Accueil du site > ... aux confins de l’Univers > Les exoplanètes




Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Les exoplanètes

Découverte en août 2005, OGLE-2005-BLG-390Lb était alors l'exoplanète la moins massive connue avec une masse estimée à 5,5 fois celle de la Terre, de plus ce n'est pas une géante gazeuse. Elle tourne autour de son étoile en une dizaine d'années et la température à sa surface est d'environ -220°C © ESO Notre système solaire est formé de 8 planètes qui tournent toutes autour d’une étoile : le Soleil. Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète qui orbite autour d’une autre étoile que notre Soleil. La première exoplanète n’a été découverte qu’en 1995 par 2 chercheurs suisses, M. Mayor & D. Queloz. Depuis cette date, le nombre d’exoplanètes ne cesse de croître grâce à l’amélioration des instruments utilisés et à la multiplication des programmes visant à les détecter.

La découverte de ces exoplanètes a complètement bouleversé l’idée que nous nous faisions des systèmes planétaires à partir du seul exemple de notre système solaire. Mais nous sommes encore loin de bien comprendre la diversité de leurs propriétés et leur mécanisme de formation.

©CNES/PRODHOMME Patrice Le transit planétaire est le passage d’une planète devant son étoile et ce phénomène est observable lorsque l’étoile, la planète et l’observatoire sont alignés. Le passage de l’exoplanète devant l’étoile diminue temporairement la quantité de lumière de l’étoile provenant jusqu’à nous. Pour détecter des exoplanètes il suffit donc dans ce cas là de mesurer cette diminution lumineuse de l’étoile avec un photomètre. C’est cette méthode qui est utilisée par le satellite CoRoT pour détecter les exoplanètes.
©CNES/DUCROS David Le satellite CoRoT, lancé en décembre 2006, a pour objectif d’étudier la structure interne des étoiles et de rechercher des planètes extrasolaires autour d’étoiles proches. Les scientifiques estiment pouvoir découvrir entre 10 et 40 planètes de taille moyenne, d’une structure proche de celles du système solaire. Ces planètes constitueraient de nouveaux mondes à explorer dont la taille, la température et la composition chimique pourraient être compatibles avec la présence d’eau liquide.