CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Programmes interdisciplinaires
  Accueil CNRS > Programmes interdisciplinaires terminés > Réseau RMN
  INC    INEE    INP    IN2P3    INSB    INSHS    INSMI  séparation  INST2I    INSU  

Réseau RMN

 

flècheJournée des directeurs de PIR le 26 juin 2009 à Gif sur Yvette

La journée s'est tenue en présence de Gilles Boetsch, président du Conseil Scientifique du CNRS, et d'Elisabeth Giacobino, chargée de mission pour l'interdisciplinarité auprès du Directeur général.

 

1/ Contexte

La Résonance magnétique nucléaire (RMN) constitue une des techniques de base d’un grand nombre de laboratoires. Si les spectromètres à bas champs sont des outils de routine, l’utilisation de champs magnétiques de plus en plus intenses et de vitesses de rotation de plus en plus élevées a ouvert de nouveaux domaines importants, inaccessibles aux techniques traditionnelles.

Les besoins exprimés par les communautés en RMN à hauts et très hauts champs et hautes résolutions impliquent des moyens budgétaires, en équipements et humains importants qu’il faut optimiser, rationaliser et mutualiser au niveau du développement, de l’exploitation, de la modélisation, en les installant dans des centres dédiés ayant des compétences internationalement reconnues, ouverts aux utilisateurs extérieurs, aussi bien nationaux qu’européens.

 

2/ Objectifs

L’objectif ultime est de constituer, sous forme d’un TGE, une Infrastructure décentralisée à partir des équipes de recherche à la pointe de la RMN tant en phase solide inorganique et bio-organique qu’en phase liquide associées à des spectromètres très hauts champs existants et en cours d’implantation. Ce TGE prendra la forme d’une Fédération de Recherche Multi-sites et sera une structure d'accueil ouverte à la communauté nationale et internationale des utilisateurs de la RMN. Elle sera mise en place avec le concours du ministère, des Collectivités territoriales, de la Mission interministérielle interrégionale d’aménagement du territoire et des industriels spécialisés, tels que la Société Bruker.

Le programme proposé doit fournir le support initial permettant la structuration en réseau de la communauté RMN et affermir les bases de la mise en œuvre de ce TGE décentralisée, autour d’un noyau regroupant, au démarrage, 5 centres localisés à Gif, Grenoble, Lille, Lyon et Orléans, disposant d’un parc de spectromètres significatif, dont certains sont uniques au niveau européen et deux uniques au niveau mondial. Ces équipes d’un point de vue disciplinaire sont très complémentaires couvrant tant le solide que le liquide et tant l’inorganique que le bio-organique et l’organique. Elles sont reconnues nationalement et internationalement et déjà engagées dans une activité d’accueil ou ayant accepté de l’assurer dans le cadre du TGE. Elles ont une forte activité tant en développement instrumental que méthodologique dont les retombées devront bénéficier à l’ensemble de la communauté.

 

3/ Modes d’action

Ce réseau aura pour mission le partage des compétences techniques pour la communauté, avec des actions telles que :

  • Workshops rassemblant les communautés concernées
  • Création d’un site web dédié à cette communauté
  • Missions pour la mise en place du TGE
  • Participation aux frais de fonctionnement des laboratoires d’accueil
  • Impulsion d’une stratégie de formation concertée
  • Mise en œuvre de la future Fédération de Recherche du TGE RMN Très Haut Champ

 

4/ Organisation

Directrice scientifique : Gilberte Chambaud, DSA : Abderrahmane Tadjeddine

Directeur du programme : Geoffrey Bodenhausen

Comité de pilotage : D. Massiot (Orléans), G. Lippens (Lille), L. Emsley (Lyon), J. P. Simorre (Grenoble), E. Guittet (Gif), J. P. Coutures (Perpignan), G. Bodenhausen (Paris), M. Kochoyan (Montpellier), B. Bechinger (Strasbourg), J. Dufourcq (Bordeaux)

Barre d'outils Imprimer Accueil Contact Crédits