Flux Presse http://www.cnrs.fr/fr/espace-presse fr Michel Talagrand, ancien directeur de recherche du CNRS, lauréat du prix Shaw 2019 de mathématiques http://www.cnrs.fr/fr/michel-talagrand-ancien-directeur-de-recherche-du-cnrs-laureat-du-prix-shaw-2019-de-mathematiques <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Michel Talagrand, ancien directeur de recherche du CNRS, lauréat du prix Shaw 2019 de mathématiques </span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>aagullo</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mer 22/05/2019 - 13:41</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Alexiane Agullo </a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Michel Talagrand, né le 15 février 1952, a passé toute sa carrière au CNRS, à l’Institut de mathématiques de Jussieu - Paris Rive Gauche (CNRS/Sorbonne Université/Université de Paris). Ce spécialiste de l'analyse fonctionnelle, des probabilités et de leurs applications, est aujourd’hui membre de l’Académie des sciences. Il est distingué pour ses travaux sur les inégalités de concentration, sur les processus stochastiques et sur les verres de spin. Le prix Shaw de mathématiques lui sera remis mercredi 25 septembre 2019 à Hong-Kong.</p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Institutionnel</div> <div class="field__item">Mathématiques</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-22T12:00:00Z" class="datetime">22 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Décerné depuis 16 ans, le prix Shaw consiste en trois prix annuels (astronomie, sciences de la vie et médecine et sciences mathématiques) chacun doté de 1,2 million de dollars américains.</p> <p> </p> <p>Pour en savoir plus : <a href="http://www.cnrs.fr/insmi/spip.php?article3199 ">http://www.cnrs.fr/insmi/spip.php?article3199 </a></p></div> </div> Wed, 22 May 2019 11:41:42 +0000 aagullo 3868 at http://www.cnrs.fr Ma thèse en 180 secondes : finale nationale le 13 juin à Grenoble http://www.cnrs.fr/fr/ma-these-en-180-secondes-finale-nationale-le-13-juin-grenoble <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Ma thèse en 180 secondes : finale nationale le 13 juin à Grenoble</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>sebastien</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar 21/05/2019 - 12:09</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Xavier Teissedre</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Julien Guillaume</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>La finale nationale 2019 du concours « Ma thèse en 180 secondes », se déroulera le 13 juin prochain à 18h30 à la Maison de la Culture de Grenoble et sera animée par Mathieu Vidard et Bertrand Périer. Organisée par la Conférence des présidents d'université (CPU) et le CNRS, avec le soutien de la Communauté Université Grenoble Alpes, la finale nationale permettra à 16 doctorants venus de toute la France de présenter leur sujet de thèse en trois minutes.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Evénement</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CP2_MT180_FinaleNationale_VF_1.pdf" type="application/octet-stream; length=593572" title="CP2_MT180_FinaleNationale_VF.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(579.66 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/MT180%20France_1.jpg?itok=tr4vOPnb" width="290" height="290" alt="#" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc"></div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Institutionnel</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-21T12:00:00Z" class="datetime">21 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Pour cette sixième édition, près de 600 doctorants de toute la France se sont inscrits à la formation en médiation scientifique proposée par les universités ! Plus de 350 ont participé aux finales régionales, et seuls 16 doctorants se retrouveront en finale le 13 juin à partir de 18h30 sur la scène de la MC2 de Grenoble.</p> <p>Cette finale sera animée par Mathieu Vidard, présentateur de « La Tête au Carré » sur France Inter, et Bertrand Périer, avocat et spécialiste de l’art oratoire et parrain du concours. La soirée, dont la totalité des places a été réservée en quelques heures, sera retransmise en direct sur <a href="http://mt180.fr/">http://mt180.fr</a>, et également sur les comptes <a href="https://fr-fr.facebook.com/MT180France/">Facebook</a>, T<a href="https://twitter.com/MT180FR">witter</a> du concours et sur la <a href="https://www.youtube.com/channel/UCvWoYjTzOe-dC0xFNQI-TGg">Chaine Youtube</a> MT180.</p> <p>Le ou la lauréat(e) de cette finale nationale représentera la France lors de la finale internationale, le 26 septembre prochain au Grand Théâtre National de Dakar au Sénégal.</p> <p><strong>Découvrez les 16 candidats nationaux par ordre de passage :</strong></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="ac5649bf-79b9-4ebe-b2ba-a57be75e8e46" src="/sites/default/files/inline-images/arthur.jpg" /></p> <p><strong>« Mon travail c’est d’aider la police à réduire la marge d’erreur en développant une nouvelle méthode de datation des os bi</strong><strong>en plus précise et celle-ci est acoustique »</strong><br />     <br /><strong>Arthur ANGERMULLER</strong>, Université Paris Seine – Laboratoire des Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie (SATIE)</p> <p><em>Estimation du délai Post-Mortem de l’os par méthodes ultrasonores</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=o64qQMrENjg">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="e611831b-cf75-42cf-ad14-dc8b4cbf3282" src="/sites/default/files/inline-images/florine.jpg" /></p> <p><strong>« Je recrée une flore intestinale artificielle au laboratoire afin de tester l’effet des futurs médicaments sur nos bonnes bactéries »</strong></p> <p><strong>Florine ECALE</strong>, Université Confédérale Léonard de Vinci – Laboratoire Écologie et Biologie des Interactions (EBI)<br />    <br /><em>Stress moléculaire du microbiote</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=vgR3AQYJdx4">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="32378e9b-6b67-4222-bd95-38adc8df9433" src="/sites/default/files/inline-images/valentin.jpg" /></p> <p><strong>« Le but de ma thèse est de découvrir le lien entre la lumière et cette envie frénétique de manger du nitrate »</strong></p> <p><strong>Valentin CHAPUT</strong>, Languedoc-Roussillon Universités – Laboratoire Biochimie &amp; Physiologie Moléculaire des Plantes (BPMP)</p> <p><em>Étude des voies de signalisations impliquées dans la régulation des transporteurs de nitrate aux niveaux transcriptionnel et post-traductionnel chez Arabidopsis thaliana</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=EHjqeRxvqCM">Revoir sa prestation en finale régionale  </a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="0e80ce65-b964-4bf8-9020-96b82774ecba" src="/sites/default/files/inline-images/apolline.jpg" /></p> <p><strong>« J’étudie deux maîtres du camouflage : la seiche et le crabe vert »</strong></p> <p><strong>Apolline CHABENAT</strong>, Normandie Université – Laboratoires Stress Environnementaux et Biosurveillance des milieux aquatique (SEBIO) et Neuro-éthologie Cognitive des Céphalopodes (NECC-Ethos)</p> <p><em>Modification des polymorphismes liés aux défenses vis-à-vis des prédateurs par des médicaments psychotropes chez un céphalopode et un décapode</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=EXcURlwUEAg&amp;list=PLPVQFlbTn3ZlBOqxuhjXRTebI5mFli59B&amp;index=2">Revoir sa prestation en finale régionale   </a> </p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="2f24f743-a4a0-4419-9fba-c74e1eae3786" src="/sites/default/files/inline-images/sylvain.jpg" /></p> <p><strong>« Le but de ma thèse est de comprendre ce qui s’est passé dans la tête de Zidane le 9 juillet 2006 »</strong></p> <p><strong>Sylvain LABORDE</strong>, Normandie Université – Centre d'Étude Sport et Actions MotriceS (CesamS)</p> <p><em>Activité vagale cardiaque et respiration : influence sur le stress et la performance des fonctions cognitives exécutives chez le sportif</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=YrZ8affSr6Q&amp;list=PLPVQFlbTn3ZlBOqxuhjXRTebI5mFli59B&amp;index=2&amp;t=0s">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="e502e2e9-0f0b-4191-9738-f3252724eb7f" src="/sites/default/files/inline-images/liliane.jpg" /></p> <p><strong>« Ma mission : transcender des pièces de théâtre agrémentées de musique créées il y a plus d’un siècle au festival de Béziers »</strong></p> <p><strong>Liliane SIANI</strong>, Réseau d'établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche de Champagne-Ardenne – Centre d'Etude et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC)  </p> <p><em>Le Festival de Béziers au tournant du XXe siècle : un « Bayreuth français » ?</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=NJ6aOIzHluY&amp;feature=youtu.be">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="e90277d5-1825-48c8-ab83-5124fa108a2c" src="/sites/default/files/inline-images/Alexandra.jpg" /></p> <p><strong>« Comment procéder pour trouver toutes les empreintes d’une scène de crime aussi étendue que la salle où nous nous trouvons ce soir ? »</strong></p> <p><strong>Alexandra SAUVÊTRE</strong>, Sorbonne Université – Laboratoire de Chimie de la Matière Condensée de Paris (LCMCP)</p> <p><em>Nouvelle méthode de révélation de traces papillaires par diffusion en spray de cyanoacrylates fluorescents à température ambiante. Dispositifs opérationnels pour les forces de l'ordre</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=lcIeIezNCCo&amp;feature=youtu.be">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="031ccbb9-864e-4f5f-9ba0-5698e3b623bc" src="/sites/default/files/inline-images/Leah.jpg" /></p> <p><strong>« Je ne suis pas une linguiste normale, je n’étudie pas les sens des mots, j’étudie les sons des langues »</strong></p> <p><strong>Leah VANDEVEER</strong>, Bordeaux - La Rochelle – Pau – Laboratoire Cognition, Langue, Langages, Ergonomie</p> <p>La phonologie des consonnes rares : une approche typologique<br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=80TwdcmclFs">Revoir sa prestation en finale régionale</a>    </p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="b3f187ad-653f-4bff-ade3-69ec3863520b" src="/sites/default/files/inline-images/Nicolas.jpg" /></p> <p><strong>« Si on pouvait demander à tous ces électrons de se déplacer efficacement dans les fils sans faire le bazar, on ne perdrait plus d’énergie inutilement !»</strong></p> <p><strong>Nicolas AUVRAY</strong>, Université Sorbonne Paris Cité – Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques (MPQ)</p> <p><em>À la recherche du pseudogap dans Nd-LSCO – Étude du diagramme de phases des cuprates par spectroscopie Raman électronique</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=x4p3VQSnIL8">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="32a10250-8a5b-49f7-b66a-25d4c4c6c47a" src="/sites/default/files/inline-images/Yassin.jpg" /></p> <p><strong>« Une cellule sénescente c’est un peu comme votre voisin qui à 4h du matin va mettre la musique à fond, réveiller tout l’immeuble. Le lendemain tout le monde est énervé et fatigué »</strong></p> <p><strong>Yassin TACHIKART</strong>, Languedoc-Roussillon Universités – Institut de médecine régénérative et biothérapies (IRMB)</p> <p><em>Rôle du transfert mitochondrial et du microenvironnement sur le rajeunissement des cellules souches mésenchymateuses et sujets âgés appliqué à la médecine régénératrice</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=oWACjcpYzEk">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="48a7fa59-c2bf-492d-8ddb-315fbc15a521" src="/sites/default/files/inline-images/farah.jpg" /></p> <p><strong>« Mon travail consiste à créer un gyrophare moléculaire, c’est-à-dire une molécule biologique qui serait capable de fluorescer »</strong></p> <p><strong>Farah BOUHEDDA</strong>, Alsace - Université de Strasbourg / Université de Haute-Alsace – Laboratoire Architecture et réactivité de l’ARN</p> <p><em>Développement de nouveaux aptamères d'ARN fluorogènes pour la conception d'outils d'imagerie</em><br /><a href="https://youtu.be/ThWg22HDOAQ">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="7cfa2e99-298d-4fa7-9ddd-ec561e4de05f" src="/sites/default/files/inline-images/Eslem.jpg" /></p> <p><strong>« Mon travail est d’utiliser des méthodes de datation afin de donner un âge précis à des indices archéologiques provenant d’une scène de fouille »</strong></p> <p><strong>Eslem BEN AROUS</strong>, Sorbonne Université – Laboratoire Histoire naturelle de l'Homme préhistorique</p> <p><em>Chronologie des peuplements d'Homo sapiens en Afrique du Nord-Ouest au Pléistocène supérieur : approche chronologique multi-méthodes appliquées aux sites de Rabat-Témara</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=5-BGHPF86to">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="5a7f2b77-514f-4351-b86b-0f437dcf2c97" src="/sites/default/files/inline-images/christophe.jpg" /></p> <p><strong>« En ce moment je suis passionné par deux trucs : la vibration des réservoirs de fusées et le rap »<br />     <br /> Christophe HOAREAU</strong>, HESAM Université – Laboratoire de Mécanique des Structures et des Systèmes Couplés (LMSSC)</p> <p><em>Réduction des vibrations de structures couplées à des liquides internes avec surface libre par l'utilisation de systèmes hybrides passifs/actifs</em><br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=vOFBNOEo8N4">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="3eb45f90-c540-48cd-a6cd-cae5e1926b92" src="/sites/default/files/inline-images/Emilie.jpg" /></p> <p><strong>« Pour ma thèse je m’intéresse au futur de la Basilique Saint-Rémi de Reims : à l’altération des pierres »</strong></p> <p><strong>Emilie HUBY</strong>, Réseau d'établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche de Champagne-Ardenne – Groupe d'Etude sur les Géomatériaux et Environnements Naturels, Anthropiques Archéologiques (GEGENAA)</p> <p><em>Caractérisation, détection et modélisation de l'effet thermique sur les matériaux de la Basilique Saint-Remi</em><br /><a href="https://youtu.be/PVRf7Jmp8ww">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="4bbe7ef2-aeac-46e4-8ff7-b23c0d801133" src="/sites/default/files/inline-images/gabriel_0.jpg" /></p> <p><strong>« Il était une fois, dans un royaume lointain, un triste forgeron qui semblait incertain »</strong></p> <p><strong>Gabriel VENET</strong>, HESAM Université – Laboratoire de Conception Fabrication Commande (LCFC)</p> <p><em>Modélisation du comportement et identification paramétrique pour la mise en forme des matériaux métalliques massifs  </em>  <br /><a href="https://www.youtube.com/watch?v=YVNxuHN-0gg">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="9a794f21-e98c-40a4-be03-bbb83e7f3051" src="/sites/default/files/inline-images/tom.jpg" /></p> <p><strong>« Mon travail consiste à démontrer la proximité entre d’une part la musique de Rossini et d’autres part les musiques commerciales d’aujourd’hui »</strong></p> <p><strong>Tom MÉBARK</strong>I, Aix-Marseille Provence Méditerranée – Laboratoire Perception, Représentations, Image, Son, Musique (PRISM)</p> <p><em>La « folie organisée » dans l’opera buffa rossinien. Vers une transhistoire du son</em><br /><a href="https://youtu.be/JB2jHWEeubU">Revoir sa prestation en finale régionale</a></p> <p>Concours francophone initié en 2012 au Québec (Canada) par l'Association francophone pour le savoir (Acfas), « Ma thèse en 180 secondes » lance un défi aux doctorants : expliquer leur sujet de recherche en français et avec des termes simples, à l'attention du grand public, avec l'appui, s'ils le souhaitent, d'une unique diapositive et le tout en trois minutes chrono !</p> <p>Pour la quatrième année consécutive, un forum dédié aux nouvelles initiatives en médiation scientifique (NIMS) sera également organisé le jour de la finale nationale, à la MC2 de Grenoble.  Portés par l'expérience réussie de « Ma thèse en 180 secondes », le CNRS et la CPU mettent en valeur et encouragent d'autres initiatives de médiation scientifique mais aussi ceux qui les portent. Enseignants-chercheurs, chercheurs, étudiants et médiateurs sont invités à venir découvrir de nouveaux vecteurs de vulgarisation scientifique et échanger sur des pratiques innovantes. Un forum à découvrir sur <a href="http://www.cnrs.fr/forum-nims/">www.cnrs.fr/forum-nims/</a></p> <p class="text-align-center"><strong>Accréditation obligatoire pour les journalistes auprès des contacts presse<br /> avant le 11 juin au soir</strong></p> <p class="text-align-center"><strong>Découvrez les candidats et suivez la finale nationale<br /> sur <a href="http://mt180.fr/ ">http://mt180.fr/ </a>et sur Twitter #MT180</strong></p> <p><em>Cet évènement est organisé par la CPU et le CNRS, avec le soutien de la Communauté Université Grenoble Alpes et de l'IDEX. En partenariat avec la Banque des territoires, la CASDEN, la MGEN, France Inter, la MC2 de Grenoble et le Crous Grenoble Alpes</em>.</p> <p> </p> <img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="39f241fe-8b14-4289-9b39-09202b05d75f" height="492" src="/sites/default/files/inline-images/affiche_0.jpg" width="328" /><p class="text-align-center"> </p> <p> </p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/conference-des-presidents-duniversite" hreflang="fr">Conférence des présidents d’université</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/mt180-france" hreflang="fr">MT180 France</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/176" hreflang="fr">IN2P3</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/179" hreflang="fr">INP</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/177" hreflang="fr">INC</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/182" hreflang="fr">INSHS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/183" hreflang="fr">INSIS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/180" hreflang="fr">INS2I</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/184" hreflang="fr">INSMI</a></div> </div> </div> Tue, 21 May 2019 10:09:30 +0000 sebastien 3863 at http://www.cnrs.fr Fondation DOAB : vers un label de qualité pour les livres académiques en accès ouvert http://www.cnrs.fr/fr/fondation-doab-vers-un-label-de-qualite-pour-les-livres-academiques-en-acces-ouvert <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Fondation DOAB : vers un label de qualité pour les livres académiques en accès ouvert</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 20/05/2019 - 15:14</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Pierre Mounier</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Marie Pellen</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>L’édition scientifique connait une révolution depuis plusieurs années avec le développement de l’accès ouvert, ou <em>open access</em>, qui permet à tous de consulter gratuitement des articles ou des livres académiques. Mais dans cet environnement de liberté, lecteurs et bibliothécaires doivent pouvoir être orientés vers des ouvrages de qualité, certifiés par la communauté scientifique. Aussi, l’Europe se dote d’une fondation pour labelliser les livres académiques en accès ouvert évalués par les pairs, sous l’impulsion du CNRS, d’Aix-Marseille Université et de la fondation néerlandaise OAPEN. Cette fondation appelée <em>Directory of open access books</em> (DOAB) vient d’être lancée.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CPCNRS-fondationDOAB-Frweb.pdf" type="application/octet-stream; length=346968" title="CPCNRS-fondationDOAB-Frweb.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(338.84 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Institutionnel</div> <div class="field__item">Sciences humaines et sociales</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-21T08:20:00Z" class="datetime">21 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Impossible aujourd’hui de penser à la diffusion du savoir scientifique sans soulever la question de l’open access, soit l’accès ouvert en français : une pratique de publication donnant la possibilité à tous de consulter gratuitement des productions académiques partagées sur des archives ouvertes ou des plateformes de publication. Néanmoins, la multiplication des initiatives dans ce domaine impose de maintenir une vigilance constante. Comment s’assurer de la qualité et de la pertinence des contenus scientifiques dans un environnement de plus en plus ouvert ?</p> <p>Pour relever le défi d’un accès ouvert certifié et reconnu par les acteurs européens, OpenEdition (CNRS/Aix-Marseille Université/EHESS/Université d'Avignon et des pays de Vaucluse) et la fondation néérlandaise <em>Open access publishing in european network</em> (OAPEN), ont poursuivi leur coopération née en 2015 en créant une fondation dédiée à cette mission.</p> <p>Appelée fondation <em>Directory of open access books</em> (DOAB), elle établit des critères de qualité avec les acteurs de la recherche européenne pour labelliser les livres académiques disponibles en accès ouvert. Elle propose aux lecteurs et bibliothécaires un outil pour identifier les publications ouvertes reconnues par la communauté scientifique.</p> <p>Avant de devenir une fondation, le DOAB est un projet lancé par OAPEN en 2012. Ce répertoire consigne aujourd’hui 17 000 livres de recherche académique en accès ouvert, écrits dans plusieurs langues. Cette nouvelle autonomie sous forme de fondation permettra au DOAB d’étendre son activité en Europe et dans le monde, tout en garantissant que la variété des pratiques académiques dans les différents pays européens soit bien prise en compte.</p> <p>A terme, le DOAB est appelé à rejoindre le catalogue de services proposés par l’infrastructure OPERAS – <em>open access in the european research area through scholarly communication</em> – dont OpenEdition et OAPEN sont membres fondateurs avec sept autres partenaires européens.</p> <p>La création de la fondation DOAB est une des actions inscrites dans le plan national pour la science ouverte présenté par la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal en 2018.</p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="4289eda9-862d-4410-83b9-2d22f8e53810" src="/sites/default/files/inline-images/doab.png" /><figcaption><strong>Logo du <em>Directory of open access books</em></strong><br /><em>© DOAB</em></figcaption></figure><p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/182" hreflang="fr">INSHS</a></div> </div> </div> Mon, 20 May 2019 13:14:55 +0000 fmaginiot 3860 at http://www.cnrs.fr La famille est primordiale pour la survie des orques http://www.cnrs.fr/fr/la-famille-est-primordiale-pour-la-survie-des-orques <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">La famille est primordiale pour la survie des orques</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>msantos</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 20/05/2019 - 14:30</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Maxime Dos Santos</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Christophe Guinet</a></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Animaux</div> <div class="field__item">Océans</div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/NGasco-killerwhale.jpg?h=9dd90d85&amp;itok=ocvyyqML" width="290" height="290" alt="&quot;&quot;" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc"> © Nicolas Gasco</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-20T19:00:00Z" class="datetime">20 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Les orques sont organisées en groupes sociaux stables et structurés. Une équipe de recherche du CNRS et de La Rochelle Université<a class="see-footnote" id="footnoteref1_x79u7u0" title="Ces chercheurs et chercheuses font partie du Centre d'études biologiques de Chizé (CNRS/ La Rochelle Université) et de l’observatoire PELAGIS (CNRS/ La Rochelle Université) " href="#footnote1_x79u7u0">1</a> vient de montrer que leur survie était directement liée à leur appartenance à un groupe social stable. Entre 1996 et 2002 une pêcherie illégale à la légine australe, avec laquelle les orques interagissaient, a été responsable de la mort de la moitié de la population d’orques de l’archipel Crozet. Depuis, leur taux de survie n’a jamais retrouvé sa valeur initiale. A partir d’un suivi par photo-identification entamé en 1987, les scientifiques ont montré que les orques survivantes au sein d’une famille décimée adoptent alors un comportement social « erratique », passant d’un groupe social à l’autre. Moins ces associations sont durables, plus forte est la probabilité pour les orques de mourir. Ces individus n’étant vraisemblablement pas pleinement admis par les groupes sociaux qu’ils visitent, n’auraient pas accès à la même quantité de nourriture et finiraient par dépérir. Ces découvertes mettent en évidence, pour la première fois, les conséquences sur le long terme d’un évènement ayant affecté la survie et l’organisation sociale d’une espèce de mammifère. Cette étude est publiée dans <em>Proceedings of the National Academy of Sciences</em> le 20 mai 2019.</p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="b0fe5440-83c9-4e0f-a267-19881a128f74" src="/sites/default/files/inline-images/Y-gouedard-_0.jpg" /><figcaption>Les orques sont suivies par photo-identification : la crête et la tache dorsale sont caractéristiques de chaque individu et permettent donc de les identifier et de les suivre.<br /> Crédit : Yvon Gouedard</figcaption></figure><p><strong>Une vidéo est disponible sur demande auprès de l'attaché de presse. </strong></p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_x79u7u0"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_x79u7u0">1.</a> Ces chercheurs et chercheuses font partie du Centre d'études biologiques de Chizé (CNRS/ La Rochelle Université) et de l’observatoire PELAGIS (CNRS/ La Rochelle Université) </li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>The role of sociality in the response of killer whales to an additive mortality event</strong><br /> Marine Busson, Matthieu Authier, Christophe Barbraud, Paul Tixier, Ryan Reisinger, Anaïs Janc, Christophe Guinet <em>Proceedings of the National Academy of Sciences</em> le 20 mai 2019.</p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> </div> </div> Mon, 20 May 2019 12:30:13 +0000 msantos 3857 at http://www.cnrs.fr Notre-Dame de Paris : le CNRS lance un « chantier » pour coordonner les recherches http://www.cnrs.fr/fr/notre-dame-de-paris-le-cnrs-lance-un-chantier-pour-coordonner-les-recherches <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Notre-Dame de Paris : le CNRS lance un « chantier » pour coordonner les recherches</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 20/05/2019 - 11:52</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, vient de confier à un chercheur et une chercheuse la coordination du « chantier CNRS Notre-Dame ». L’objectif est de développer des axes de recherche touchant à la cathédrale Notre-Dame de Paris, comme les matériaux ou la modélisation, tout en initiant de nouveaux modes d’échanges entre des scientifiques de différents domaines.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CPCNRS-chantierND-V3.pdf" type="application/octet-stream; length=284043" title="CPCNRS-chantierND-V3.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(277.39 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/P1720717rsize.jpg?h=462d0439&amp;itok=UnclEPB5" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© N. Lambert</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> <div class="field__item">Ingénierie</div> <div class="field__item">Institutionnel</div> <div class="field__item">Sciences humaines et sociales</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-20T09:52:30Z" class="datetime">20 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Suite à la tragédie qui a touché la cathédrale Notre-Dame de Paris, la recherche s’organise au CNRS. Martine Regert, directrice adjointe scientifique à l’Institut écologie et environnement du CNRS, et Philippe Dillmann, directeur de recherche CNRS à l’Institut de recherche sur les archéomatériaux (CNRS/Université de Technologie Belfort-Montbéliard/Université d'Orléans/Université Bordeaux Montaigne) viennent d’être nommés chargés de mission par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, pour piloter le « chantier CNRS Notre-Dame ».</p> <p>Cette initiative est née d’un besoin apparu très vite après l’incendie de Notre-Dame : la multiplication des sujets de recherche liés à la cathédrale nécessite un cadre pour coordonner l’ensemble des initiatives. Le chantier CNRS Notre-Dame permettra de mettre en relation des équipes de recherche travaillant dans divers domaines scientifiques, d’identifier les besoins pour la conservation et la restauration en termes de science et de technologie, et de développer des études dans des thématiques plus larges liées au monument et à la façon dont l’événement a été ressenti par la société. Il s’agira de travailler en lien étroit avec les différentes institutions concernées telles que le ministère de la Culture, mais également l’<a href="https://www.scientifiquesnotre-dame.org/">Association des scientifiques pour la restauration de Notre-Dame</a>.</p> <p>Mme Regert et M. Dillmann ont débuté l’inventaire de l’ensemble des études scientifiques déjà existantes au CNRS sur Notre-Dame et les autres monuments gothiques. Plus de 50 chercheurs et chercheuses se sont fait connaître auprès d’eux et commenceront à travailler prochainement sur les quatre premiers axes de recherche : modélisation et données numériques, bois et charpente, matériaux (plomb, pierre…) et anthropologie (pour étudier comment la population a vécu l’incendie et ses retombées, par exemple).</p> <p>Les responsables du chantier CNRS Notre-Dame espèrent que ces nouvelles interfaces d’échange donneront naissance à des formes de coopération interdisciplinaires inédites, qui pourraient à terme bénéficier aux recherches menées sur d’autres monuments.</p> <p><em>Découvrez l’interview croisée de Martine Regert et Philippe Dillmann <a href="https://lejournal.cnrs.fr/node/2206/">dans CNRS Le Journal</a>.</em></p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/182" hreflang="fr">INSHS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/183" hreflang="fr">INSIS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> </div> </div> Mon, 20 May 2019 09:52:30 +0000 fmaginiot 3855 at http://www.cnrs.fr Athena X-IFU : un instrument révolutionnaire pour comprendre l’Univers http://www.cnrs.fr/fr/athena-x-ifu-un-instrument-revolutionnaire-pour-comprendre-lunivers <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Athena X-IFU : un instrument révolutionnaire pour comprendre l’Univers</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven 17/05/2019 - 15:57</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">CNRS - Bureau de Presse </a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Claire Dramas</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr"> Presse UT3 Paul Sabatier</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Une nouvelle étape vient d’être franchie avec succès par les scientifiques en charge de la réalisation du spectromètre X-IFU, l’instrument phare du futur télescope spatial dans les rayons X : Athena. Après plus de 4 ans d’études, à l’issue d’une évaluation rigoureuse, l’Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre national d’études spatiales (CNES), viennent de confirmer la faisabilité de cet instrument. Sous la responsabilité scientifique d’un chercheur CNRS de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (CNRS/CNES/Université Toulouse 3 - Paul Sabatier)<a class="see-footnote" id="footnoteref1_bm8owr4" title="L’Irap fait partie de l’Observatoire Midi-Pyrénées" href="#footnote1_bm8owr4">1</a> et la responsabilité technique du CNES, le consortium international regroupant treize pays va commencer à développer cet instrument unique au monde. Dédié à l’étude de l’Univers chaud et énergétique, celui des amas de galaxies, des trous noirs et de tous les phénomènes violents comme les explosions d’étoiles, X-IFU promet de révolutionner notre connaissance de l’Univers.</p> <p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_bm8owr4"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_bm8owr4">1.</a> L’Irap fait partie de l’Observatoire Midi-Pyrénées</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Grands instruments</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CP%20-%20Athena%20X-IFU.pdf" type="application/octet-stream; length=439775" title="CP - Athena X-IFU.pdf" target="_blank">Télécharger l'invitation presse <span>(429.47 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Visuel_3.jpg?itok=w_O77GOQ" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">Trou noir supermassif© IRAP-OMP (CNRS/UT3 Paul Sabatier/CNES)</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Invitation presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Univers</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-placedisplayed field--type-string field--label-hidden field__item">Toulouse<span class="field_suffix">, </span> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-17T13:57:32Z" class="datetime">17 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p class="text-align-center"><strong>Présentation de l’instrument le <u>mardi 21 mai 2019 à 8h30</u> à l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP), 9 avenue du Colonel Roche, 31028 Toulouse.</strong><br /> Avec Didier Barret, chercheur CNRS et responsable scientifique du Consortium X-IFU,<br /> Thien Lam-Trong, qui a dirigé les études de faisabilité au CNES<br /> et les équipes en charge de la réalisation des 120 kg d’électronique de lecture embarqués.<br /> Visite en salle blanche du banc de test cryogénique où la température atteint le zéro absolu<br /> Projection du film sur l’instrument X-IFU et ses objectifs scientifiques.</p> <p class="text-align-center"><strong>Merci de confirmer votre présence à <a href="clement.blondel@dr14.cnrs.fr">clement.blondel@dr14.cnrs.fr</a> avant vendredi 17 mai 2019</strong></p> <p><br /> Puissantes sources de rayons X, les phénomènes extrêmes comme les trous noirs, les amas de galaxies et les explosions d’étoiles, sont de véritables archives qui nous informent sur les grandes étapes de la formation et de l’évolution de l’Univers.</p> <p>Placé au foyer du télescope spatial Athena <em>(Advanced Telescope for High ENergy Astrophysics</em>) de l’ESA, le spectromètre X-IFU (<em>X-ray Integral Field Unit</em>) permettra d’observer ces phénomènes de l’Univers chaud et énergétique, dans le domaine des rayons X : une fenêtre d’observation accessible uniquement depuis l’espace. X-IFU embarquera des technologies innovantes lui conférant des performances exceptionnelles qui permettront de mesurer l’énergie des rayons X avec un niveau de précision sans précédent et de déterminer les conditions dans lesquelles ils sont émis. Les scientifiques pourront alors explorer les amas de galaxies en déterminant la température, la vitesse, la composition chimique du gaz, ou encore suivre la matière engloutie par les gigantesques trous noirs situés au cœur des galaxies les plus massives.<br /> Véritable pièce maîtresse du télescope spatial Athena, X-IFU promet des avancées majeures dans le domaine de l’astrophysique des hautes énergies.</p> <p>Le consortium X-IFU regroupe plus de 220 ingénieurs et chercheurs de 50 laboratoires, répartis dans 13 pays sur 3 continents, qui travaillent sur la vingtaine de sous-systèmes de l’instrument. La France assume la responsabilité scientifique du Consortium X-IFU par l’intermédiaire de Didier Barret, directeur de recherche CNRS à l’Irap. Le CNES assure la maîtrise d’œuvre et le pilotage du projet sous la responsabilité de Vincent Albouys, le chef de projet pour la phase de développement.</p> <p>La mission Athena est la seconde mission de classe L (Large) sélectionnée par l’ESA en juin 2014 dans le cadre de son programme scientifique Cosmic Vision. Le télescope spatial Athena sera lancé au début des années 2030 et succédera aux deux observatoires spatiaux dans les rayons X actuellement en fonctionnement : XMM-Newton (ESA) et Chandra (NASA).</p> <figure><img alt="Trou noir supermassif" data-entity-type="file" data-entity-uuid="9015bde1-cb6f-4c56-86ad-371ba2bb3564" src="/sites/default/files/inline-images/Visuel_3.jpg" /><figcaption>Trou noir supermassif © IRAP-OMP (CNRS/UT3 Paul Sabatier/CNES).</figcaption></figure><p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/cnes" hreflang="fr">Cnes</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/universite-toulouse-iii-paul-sabatier" hreflang="fr">Université Toulouse III - Paul Sabatier</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Fri, 17 May 2019 13:57:32 +0000 areglier 3853 at http://www.cnrs.fr La Fondation Tara Océan lance une nouvelle mission sur 10 fleuves d’Europe aux origines de la pollution plastique http://www.cnrs.fr/fr/la-fondation-tara-ocean-lance-une-nouvelle-mission-sur-10-fleuves-deurope-aux-origines-de-la <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">La Fondation Tara Océan lance une nouvelle mission sur 10 fleuves d’Europe aux origines de la pollution plastique </span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 16/05/2019 - 10:04</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Elodie Bernollin</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Iris Kruijen</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>D’où viennent les déchets plastiques ? Sous quelles formes arrivent-ils en mer ? Où faut-il concentrer nos efforts pour stopper leurs flux ? Quels impacts ont-ils sur la biodiversité marine et le vivant ? Aujourd’hui, on estime que 80 % des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre.<br /> Pour la Fondation Tara Océan et l’EMBL engagés sur ces questions depuis 2010, il est urgent d’explorer et de décrire les fuites de déchets plastiques vers la mer pour mieux endiguer cette « hémorragie ». Cette nouvelle <em>mission plastique 2019</em>, dont le volet scientifique est coordonné par le CNRS, sillonnera plusieurs façades de l’Europe pendant 6 mois et explorera 10 grands fleuves européens. Elle débutera le 23 mai 2019 de Lorient (Morbihan), le port d’attache de la goélette <em>Tara</em>.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biodiversité</div> <div class="field__item">Micro-organismes</div> <div class="field__item">Pollution</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CP%20mission%20microplastic%202019%20FTO%20FR.pdf" type="application/octet-stream; length=621117" title="CP mission microplastic 2019 FTO FR.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse : <span>(606.56 Ko)</span></a> </div> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/DOSSIER%20DE%20PRESSE%20-%20Mission%20microplastiques%202019.pdf" type="application/octet-stream; length=2742537" title="DOSSIER DE PRESSE - Mission microplastiques 2019.pdf" target="_blank">Télécharger le dossier de presse : <span>(2.62 Mo)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/tara.jpg?h=78d9de66&amp;itok=Khv4A43j" width="290" height="290" alt="#" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc"></div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-16T10:00:00Z" class="datetime">16 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Un nouveau chapitre de la recherche sur le plastique à bord de Tara</strong><br /> Depuis 2010, la goélette <em>Tara</em> prélève des microplastiques (de 0,2 à 5 mm de diamètre) dans ses filets à l’occasion de ses différentes expéditions. Le constat est clair : ces fragments de microplastiques sont omniprésents dans l’océan. Après s’être concentrés sur cette pollution en mer Méditerranée en 2014, avoir découvert l’importante zone d’accumulation dans l’océan Arctique en 2017 et identifié la biodiversité associée dans le “Vortex” du Pacifique Nord en 2018, la goélette <em>Tara</em> et ses partenaires vont identifier les sources, prédire le devenir et évaluer l’impact des plastiques de la terre vers la mer.<br /><br /><strong>Microplastiques, les fragments les plus problématiques</strong><br /> Si de nombreuses études en Europe et dans le monde permettent déjà de caractériser les flux de déchets en milieux aquatiques (eaux de mer, eaux littorales, eaux de transition comme les estuaires et lagunes, fleuves), elles se concentrent le plus souvent sur les macrodéchets (&gt; 2 cm).<br /> Issus de la dégradation des macrodéchets plastiques, les microplastiques ont de nombreuses interactions avec les organismes marins : dispersion d’espèces potentiellement invasives ou pathogènes fixées sur les plastiques, accumulation de produits toxiques dans la chaîne alimentaire, etc.</p> <p><strong>Explorer le cours des fleuves pour identifier les foyers de dispersion des plastiques et leur impact</strong><br /> Pluie ruisselant sur les routes, caniveaux, lacs, cours d’eau tels que rivières ou fleuves sont autant de vecteurs des déchets plastiques produits par chacun d’entre nous qui finissent par se retrouver dans l‘océan. En se rapprochant des côtes, la goélette <em>Tara</em> va donc mener une nouvelle enquête pour tenter d’identifier l’origine terrestre des matières plastiques retrouvées en mer.<br /> Biologistes marins, écotoxicologues, océanographes, modélisateurs, chimistes et physiciens composent une équipe interdisciplinaire d’une quarantaine de scientifiques au sein de cette mission. Ils travailleront collectivement à deux grands objectifs scientifiques communs :</p> <ol><li>Identifier les sources de pollution, comprendre leur fragmentation dans les fleuves et prédire leur dispersion vers l’océan,</li> <li>Comprendre leurs impacts sur la biodiversité marine et leurs effets sur la chaîne alimentaire,</li> </ol><p>L’échantillonnage est prévu à l’embouchure de 10 des 15 principaux fleuves d’Europe : la Tamise (Angleterre), l’Elbe et le Rhin (Allemagne), la Seine, la Loire, la Garonne et le Rhône (France), le Tage (Portugal), l’Èbre (Espagne) et le Tibre (Italie).</p> <p>Les prélèvements de microplastiques (1 - 5mm), particules micrométriques (1-1000 µm) et nanoplastiques (1-999 nm) seront effectués en surface et dans la colonne d’eau. Ils sont autant d’indices et de « pièces à conviction » pour remonter à l’origine de la dispersion, identifier les foyers de dispersion (selon leur taille et leur nature chimique), et cibler les plus fortes concentrations de microplastiques pour agir, demain, à la source.<br />  <br /><strong>Mieux comprendre la toxicité des microplastiques</strong><br /> Les échantillonnages en mer, dans les estuaires et dans les fleuves permettront d’étudier l’impact des plastiques sur la biodiversité et leur transfert dans la chaîne alimentaire. Les plastiques sont de véritables radeaux qui peuvent transporter une large diversité d’espèces sur de grandes distances et perturber durablement les écosystèmes. Ils peuvent également s’accumuler dans la chaîne alimentaire et terminer dans nos assiettes. Les plastiques contiennent des additifs (notamment des perturbateurs endocriniens) qui peuvent être « relargués » dans les tissus des animaux qui les avalent. Ces recherches contribueront à hiérarchiser demain les plastiques les plus toxiques selon leur composition, pour les éliminer en priorité de notre consommation.</p> <p><br /><strong>« Plastique en mer, les solutions sont à terre »</strong><br /> Devant l’impossibilité de collecter le stock de microplastiques en mer, la solution la plus efficace revient à enrayer les flux de déchets depuis les continents. « Identifier les sources de ces flux est incontournable pour la mise en place de politiques publiques efficaces. Cette mission de la Fondation Tara Océan et du CNRS, bien que succincte, apportera quelques indices pour affiner les approches futures et modéliser les flux », explique Jean-François Ghiglione (CNRS) et directeur scientifique de la mission. Mieux évaluer les sources des microplastiques et leur devenir en mer est un enjeu scientifique et politique qui permettra de lutter plus efficacement contre cette pollution – tout en avançant dans le recyclage, la réduction, le réemploi et la réparation – et de contribuer au débat et aux actions de l'économie circulaire.</p> <p><br /><strong>Tara fera 18 escales en Europe</strong><br /> La Fondation Tara Océan prévoit 18 escales pour partager les enjeux liés à la connaissance et la préservation de l’océan. Pour Romain Troublé, Directeur général de la Fondation Tara Océan <em>«  cette mission va contribuer à la recherche fondamentale, comme l’ensemble des expéditions Tara, mais celle-ci comporte un enjeu sociétal fort, dont toutes les générations doivent s’emparer à présent pour changer notre rapport aux ressources, à leur préservation, et à très court terme de changer de mode de consommation, de production »</em>.  Allant à la rencontre du public dans de grandes villes du pourtour européen, ces escales seront autant d’opportunités pour engager les parties prenantes et les acteurs locaux, les écoles, les collectivités publiques, le secteur privé et la communauté scientifique. Conférences, visites de la goélette scientifique, la Fondation Tara Océan proposera aussi une nouvelle exposition itinérante sur les relations entre la biodiversité marine et les microplastiques et partagera avec le plus grand nombre des solutions qui se trouvent… à terre !</p> <p><strong>La santé de l’environnement est aussi notre santé</strong><br /> Ces escales seront aussi une occasion de découvrir la recherche scientifique de haut niveau réalisée avec le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL), partenaire essentiel des expéditions Tara. A l'instar du CERN pour la recherche en physique, l’EMBL développe une recherche fondamentale visionnaire et de nouvelles technologies dans les sciences de la vie sur six sites européens.<br /> L’EMBL coordonne le consortium scientifique <em>Tara Océans</em> en charge des analyses avec le CNRS, qui regroupe plus de 100 scientifiques de 18 institutions partenaires dans le monde. Pour Edith Heard, directrice générale du laboratoire, <em>« l'EMBL continue d'apporter des contributions cruciales à l'analyse des données, au stockage des données et à la mise à disposition de toutes ces données. En tant que plus grand écosystème continu de la Terre, l'océan peut nous fournir des informations cruciales non seulement pour la préservation de l'humanité, mais également pour celle de notre planète. L'EMBL continuera à promouvoir ces recherches vitales à l'avenir, conjointement avec la Fondation Tara Ocean et le CNRS entre autres. »</em></p> <p>Toutes les informations sur les escales sur fondationtaraocean.org</p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/fondation-tara-ocean" hreflang="fr">Fondation Tara ocean</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/embl" hreflang="fr">EMBL</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/183" hreflang="fr">INSIS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/177" hreflang="fr">INC</a></div> </div> </div> Thu, 16 May 2019 08:04:52 +0000 areglier 3839 at http://www.cnrs.fr L'hépatite D, un virus qui en utilise d'autres http://www.cnrs.fr/fr/lhepatite-d-un-virus-qui-en-utilise-dautres <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">L&#039;hépatite D, un virus qui en utilise d&#039;autres</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar 14/05/2019 - 16:57</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Samira Techer</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Séverine Ciancia</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Marc Fournet</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François-Loïc Cosset</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><strong><span><span>Si la plupart des virus sont capables de se répliquer seuls dans les cellules qu'ils infectent, ce n'est pas le cas du virus de l'hépatite D (VHD). Celui-ci a besoin que le virus de l'hépatite B (VHB) co-infecte une cellule afin de se transmettre à d'autres cellules. En effet, le VHD ne possède pas de gènes codant les protéines d'enveloppe virale sans lesquelles il est incapable de sortir d'une cellule pour en infecter une autre, mais utilise celles du VHB. Cette interaction, rare au sein des virus animaux, fait l'objet d'une étude de l'équipe de François-Loïc Cosset, directeur de recherche CNRS au Centre international de recherche en infectiologie (CIRI, CNRS/ENS Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1/Inserm). Ces recherches, soutenues par l'ANRS, démontrent dans un modèle de souris au foie humanisé, que le VHD est capable <em>in vitro</em> et <em>in vivo</em> d'utiliser l'enveloppe d'autres virus que celle du VHB, comme celle du virus de l'hépatite C et de virus d'autres genres, comme celui de la dengue. Ces résultats sont parus dans<em> <a href="https://www.nature.com/articles/s41467-019-10117-z">Nature Communications</a></em></span></span></strong><span class="MsoHyperlink"><u><strong><em><span><span>.</span></span></em></strong></u></span></span></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Micro-organismes</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CPh%C3%A9patiteD.pdf" type="application/octet-stream; length=668804" title="CPhépatiteD.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(653.13 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Vignette_%20h%C3%A9patite_D.jpg?h=0da1768c&amp;itok=ZsTBI4e1" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc"></div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> <div class="field__item">Santé</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-16T08:45:00Z" class="datetime">16 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Enveloped viruses distinct from HBV induce dissemination of hepatitis D virus in vivo,</strong><br /> Jimena Perez-Vargas, Fouzia Amirache, Bertrand Boson, Chloé Mialon, Natalia Freitas, Camille Sureau, Floriane Fusil &amp; François-Loïc Cosset.<br /><em>Nature Communications</em>, 8 mai 2019 - <a href="https://www.nature.com/articles/s41467-019-10117-z">https://doi.org/10.1038/s41467-019-10117-z</a></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Tue, 14 May 2019 14:57:17 +0000 areglier 3835 at http://www.cnrs.fr Les 9, 10 et 11 juillet 2019 : Recherche et Création en Avignon ! 6e édition des Rencontres sur les « Traversées des mondes » Forum « Intelligences culturelles » http://www.cnrs.fr/fr/les-9-10-et-11-juillet-2019-recherche-et-creation-en-avignon-6e-edition-des-rencontres-sur-les <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Les 9, 10 et 11 juillet 2019 : Recherche et Création en Avignon ! 6e édition des Rencontres sur les « Traversées des mondes » Forum « Intelligences culturelles »</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 16/05/2019 - 10:24</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Julien Guillaume</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Katel Le Floc&#039;h</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Arnaud Pain</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Aurélie Mongour</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Claire Martz</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>L’Agence nationale de la recherche et le Festival d’Avignon organisent la 6ème édition des « Rencontres Recherche et Création » ainsi qu’un Forum en partenariat avec le CNRS qui, à l’occasion de ses 80 ans, s’associe à l’événement. Deux temps forts pour favoriser les échanges entre les chercheurs, les artistes et le public du Festival et rappeler le lien entre la recherche scientifique, la création et la société.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Histoire</div> <div class="field__item">Arts</div> <div class="field__item">Société</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/CP_Rencontres_Recherche_Avignon.pdf" type="application/octet-stream; length=1141149" title="CP_Rencontres_Recherche_Avignon.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse : <span>(1.09 Mo)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Sciences humaines et sociales</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-16T08:24:15Z" class="datetime">16 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>« Traversées des mondes » pour la 6e édition des Rencontres Recherche et Création</strong><br /> Cette nouvelle édition, sur le thème des Traversées des mondes, explorera les récits fondateurs des civilisations et les Odyssées qui, de l’antiquité à nos jours, racontent l’aventure ou l’exil, en quatre actes :</p> <ul><li>     Civilisations et imaginaires</li> <li>     Après la guerre !</li> <li>     Histoires : fonder la société</li> <li>     Désirs d’ailleurs : polyphonies, hybridation et utopies</li> </ul><p>En réunissant des auteurs, des comédiens, des metteurs en scène programmés au Festival d’Avignon et des chercheurs de différentes disciplines, ces Rencontres internationales contribuent à mettre en résonnance la pensée des œuvres et les travaux de recherche les plus récents.<br /> Anthropologues, historiens, sociologues, philosophes, musicologues, spécialistes d’études théâtrales et littéraires, de psychologie, de sciences et neurosciences cognitives dialogueront avec les artistes et le public du Festival pour déplacer les frontières de la connaissance et ouvrir de nouvelles perspectives.</p> <p><br /><strong>Forum sur les « Intelligences culturelles – Percevoir, interpréter, connaitre, inventer »</strong><br /> Ce Forum sera l’occasion de confronter les apports, les réflexions et les expériences des acteurs de la culture et de la recherche autour du rôle de la culture et de la création dans les apprentissages fondamentaux, le développement humain et celui des sociétés.<br /> Organisé en trois sessions animées, le Forum permettra aux artistes, représentant(e)s des institutions scientifiques et culturelles, chercheuses et chercheurs d’échanger et de débattre avec le public autour de trois grands thèmes :</p> <ul><li>     Perception, émotion, langage, cognition : les apprentissages fondamentaux au prisme de la culture (animée par Laurent Goumarre)</li> <li>     Se représenter le monde et le réinventer (animée par Patrick Boucheron)</li> <li>     Pour des sociétés réflexives : du rôle de la culture</li> </ul><p><em>Avec la participation de : Patrick Boucheron, Guillaume Boudy, Jean-Pierre Bourguignon, Jane Burbank, Thierry Damerval, Souleymane Bachir Diagne, Alain Ehrenberg, Stéphane Fievet, Laurent Gaudé, Pascale Gisquet, Barbara Glowczewski, Antoine Petit, Olivier Py, Pascal Rambert, Paul Rondin, Jean-Marie Schaeffer, Louis Schweitzer, Jean-Noël Tronc, George Vigarello, Jean-Pierre Vincent…</em></p> <p><span class="color--blue">Plus d’informations sur l’événement</span></p> <ul><li>     Lieu : Cloître Saint-Louis Avignon</li> <li>     Le programme : <a href="https://www.recherche-creation-avignon.fr/">https://www.recherche-creation-avignon.fr/</a></li> <li>     L’article « Chercheurs et artistes : la curiosité en partage », à paraître le 13 mai dans le Journal du CNRS</li> <li>     Programme des Rencontres Recherche et Création « Traversées des mondes »</li> <li>     Programme Forum « Intelligences Culturelles »</li> <li>     L’ouvrage <em>Le jeu et la règle</em> issu de l’édition 2018 des « Rencontres Recherche et Création » - CNRS Editions – Parution juillet 2019.</li> </ul><p> </p> <p><em>Événement organisé dans le cadre des Ateliers de la pensée du Festival d’Avignon, des 80 ans du CNRS et des 60 ans du ministère de la Culture.<br /> Événement sous le parrainage de Carlos Moedas, membre de la Commission européenne, du Secrétariat général pour l’Investissement, du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de la Culture et du Haut Conseil de l’éducation artistique et culturelle</em></p> <table><tbody><tr><td> <p><span class="color--blue">Partenaires</span><br /> Artcena (Centre national des Arts du cirque, de la rue et du théâtre), Avignon Université, La Bibliothèque Nationale de France, Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Centro Ciência Viva – Université de Coimbra, le CNRS, Département de Romance Languages and Literatures de Harvard University, European Alliance for social Sciences and Humanities (EASSH), École des hautes études en sciences sociales (EHESS), European Cooperation in Sciences and Technology (COST), France Culture, Institut Français, Institut d’études avancées de Paris, Institut Supérieur des Techniques du Spectacle (ISTS), IRCAM, L’Histoire, Maison Française d’Oxford, Le phénix scène nationale Valenciennes pôle européen de création, Philosophie Magazine, La Recherche, Sacem Université, Sciences et Avenir, La Société des Gens de Lettres, Université d’Oxford, Université libre de Bruxelles.</p> </td> </tr></tbody></table><h2><br /><strong>6ème Rencontres Recherche et Création<br /> Organisées par l’ANR et le Festival d’Avignon</strong><br />  </h2> <h3><strong><span class="color--blue">PROGRAMME</span></strong></h3> <h3><strong><span class="color--blue">Traversées des mondes</span></strong><br /><strong>Quatre thèmes en résonnance avec la programmation du Festival</strong></h3> <p><br /><span class="color--blue"><strong>Mardi 9 juillet - 9h30-12h30</strong></span></p> <p><span class="color--blue">Civilisations et imaginaires</span></p> <p><strong>Les préhistoires de l’Europe : l’invention d’un nouveau monde en Europe il y a 3500 ans</strong><br /><strong>Anne Lehoërff</strong>, professeur des universités, Université de Lille, Chaire de Protohistoire européenne, UMR 8164 – HALMA, membre de l’Institut Universitaire de France, Présidente du Conseil national de la recherche archéologique (ministère de la Culture)</p> <p><strong>Roland Auzet</strong>, metteur en scène et <strong>Laurent Gaudé</strong>, écrivain, dramaturge, auteur (Nous, l’Europe, banquet des peuples)</p> <p><strong>L’Europe et le mythe de la paix permanente ou les métamorphoses du pluralisme juridique au vingtième siècle</strong><br /><strong>Grégoire Mallard</strong>, professeur d’anthropologie et sociologie, Institut de hautes études internationales et du développement (Genève)</p> <p><strong>Alexandre, héros mythique et universel</strong><br /><strong>Edhem Eldem</strong>, professeur, Chaire internationale d’histoire turque et ottomane, Collège de France</p> <p><br /><strong>Fonder la cité :  les formes du commun dans la démocratie grecque antique<br /> Paulin Ismard</strong>, maitre de Conférences, en histoire grecque, Université Paris 1 Sorbonne, membre de l'Institut Universitaire de France, UMR Anhima. « Anthropologie et histoire des mondes antiques »</p> <p><strong>Jean-Pierre Vincent</strong>, metteur en scène <em>(L’Orestie)</em></p> <p><strong><em>Avec les interventions de</em></strong></p> <p><strong>Louis Schweitzer</strong>, président du Festival d’Avignon<br /><strong>Olivier Py</strong>, directeur du Festival d‘Avignon<br /><strong>Guillaume Boudy</strong>, secrétaire général à l’Investissement</p> <p><span class="color--blue"><strong>Mardi 9 juillet - 14h00 – 17h30</strong></span></p> <p><span class="color--blue">Après la guerre !</span></p> <p><strong>Blandine Savetier</strong>, metteuse en scène (<em>L’Odyssée</em>)</p> <p><strong>Le retour de Lénine</strong><br /><strong>Jane Burbank</strong>, professeur, histoire et études russes et slaves, New York University</p> <p><strong>L’aventure aussi a une histoire : genèse d’une mystique moderne<br /> Sylvain Venayre</strong>, professeur, histoire contemporaine, Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe, Université Grenoble-Alpes</p> <p><strong>L’héroïsme du potentiel caché<br /> Alain Ehrenberg</strong>, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, membre du CERMES3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société), Université Paris Descartes, EHESS, CNRS, INSERM, Sorbonne Paris Cité</p> <p><strong>Exotisme, altérité et naissance du structuralisme<br /> Vincent Debaene</strong>, professeur de littérature française, Université de Genève</p> <p><strong>Les ruses des pathogènes franchissant les frontières<br /> Frédéric Keck</strong>, anthropologue, directeur de recherche CNRS, directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale, (CNRS-Collège de France-EHESS)</p> <p><strong>Musique et harmonie sociale à l’époque moderne<br /> Anne Piejus</strong>, directrice de recherche CNRS, musicologie, Institut de recherche en musicologie (IREMUS), CNRS, BNF, Ministère de la Culture, Sorbonne Université (membre du projet ANR Molière 21 et des Labex OBVIL, ResMed)</p> <p><span class="color--blue"><strong>Mercredi 10 juillet - 9h30 – 12h30</strong></span></p> <p><span class="color--blue">Histoires : fonder la société</span></p> <p><strong>Alexandra Badea</strong>, metteuse en scène (<em>Point de non-retour [Quais de Seine]</em>)</p> <p><strong>Après l’empire : construction de la citoyenneté en Afrique et en France<br /> Frederick Cooper</strong>, professeur, histoire, New York University</p> <p><strong>Raconter la violence au-delà des générations<br /> Giovanna Leone</strong>, professeur associé, psychologie sociale, Université La Sapienza Rome</p> <p><strong>Homo itinerans : des hautes terres de l’Afghanistan aux rivages de l’Europe<br /> Alessandro Monsutti</strong>, professeur, anthropologie, Institut de hautes études internationales et du développement, Genève</p> <p><strong>S’exiler pour des idées<br /> Delphine Diaz</strong>, maîtresse de conférences, histoire contemporaine, membre du Centre d'Études et de Recherches en Histoire culturelle (CÉRHiC - EA 2616), Université de Reims Champagne-Ardenne (coordinatrice du projet ANR AsileuropeXIX)</p> <p><strong>Le retour du nativisme : sexualité et race aux Pays-Bas et en France<br /> Jan Willem Duyvendak</strong>, professeur, sociologie, Université d’Amsterdam, directeur de l’institut néerlandais d’étude avancé en humanités et sciences sociales</p> <p><span class="color--blue"><strong>Mercredi 10 juillet - 14h00 – 17h30</strong></span></p> <p><span class="color--blue">Désirs d’ailleurs : polyphonies, hybridation et utopies</span></p> <p><br /><strong>Maelle Poésy</strong>, metteuse en scène et <strong>Kevin Keiss</strong>, auteur, professeur associé à l’Université Bordeaux-Montaigne (Sous d’autres cieux)</p> <p><strong>Echos du passé, voix du présent : le lien de la mémoire<br /> Pascale Gisquet</strong>, directrice de recherche au CNRS, Neurosciences intégratives, Institut des Neurosciences Paris-Saclay (NeuroPsi) UMR 9197</p> <p><strong>Catégoriser l'Autre ? Un point de vue génétique sur l'histoire du peuplement humain<br /> Paul Verdu</strong>, chargé de recherche CNRS, anthropologie et génétique des populations humaines, UMR7206 Ecoanthropologie et ethnobiologie, CNRS-MNHN-Université Paris Diderot (coordinateur du projet ANR METHIS)</p> <p><strong>L’empire de la sexualité. Loin de l’utopie<br /> Michel Bozon</strong>, sociologue, directeur de recherche à l’Ined, chercheur associé à l’EHESS, directeur-adjoint de l’Institut du genre</p> <p><strong>L’arc d’Ulysse et les contes des prétendants<br /> Souleymane Bachir Diagne</strong>, professeur, directeur du Département de français et philologie romane, Columbia University</p> <p><strong>Ici, vu d’ailleurs : la Renaissance ou l’éloge du décentrement<br /> Thibaut Maus de Rolley</strong>, maître de conférence, littérature française et comparée, University College London (UCL)</p> <p><strong>L'utopie pastorale : une politique des origines<br /> Laurence Giavarini</strong>, maitre de conférence, études littéraires, Centre Chevrier - UMR 3507, membre associé du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (Grihl), Université de Bourgogne</p> <p> </p> <h2><strong>Forum Intelligences culturelles<br /> Organisées par l’ANR, le Festival d’Avignon et le CNRS</strong></h2> <h3><span class="color--blue">PROGRAMME<br /> Percevoir, interpréter, connaitre, inventer</span></h3> <p><strong>11 juillet 2019 – 9h30 – 17h30</strong></p> <p><strong>9h30 -  Ouverture</strong></p> <p><strong>La culture, moteur de l’évolution : arrêts sur image(s) de la Préhistoire<br /> Jacques Jaubert</strong>, professeur de Préhistoire, Université de Bordeaux – PACEA (De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie)  - UMR 5199</p> <p><strong>Jean-Pierre Bourguignon</strong>, président de l’European research Council (ERC), <strong>Thierry Damerval</strong>, président directeur général de l’ANR, <strong>Antoine Petit</strong>, président directeur général du CNRS, <strong>Olivier Py</strong>, directeur du Festival d’Avignon de l’ANR</p> <p><strong>10h15 – 12h00 Perception, émotion, langage, cognition : les apprentissages au prisme de la culture</strong></p> <p><em>Animation Laurent Goumarre, journaliste</em></p> <p><strong>Dominique Lecoyer</strong>, directrice des Etudes, Ecole du Théâtre national de Strasbourg (TNS)<br /><strong>Mathilde Michel</strong>, directrice du projet de Philharmonie des enfants<br /><strong>Tatjana A. Nazir</strong>, psychologie cognitive, directrice de recherche, Laboratoire langage, cognition et cerveau, Institut pour les sciences cognitives, CNRS-Université Lyon 1 (projet ANR, Cog-HuLiCE)<br /><strong>Bénédicte Poulin-Charronat</strong>, chargée de recherche CNRS, psychologie cognitive, Université de Bourgogne<br /><strong>Pascal Rambert</strong>, auteur et metteur en scène<br /><strong>George Vigarello</strong>, historien</p> <p><strong>13h45 – 15h45  Se représenter le monde et le réinventer</strong></p> <p><em>Animation Patrick Boucheron, historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire histoire des pouvoirs en Europe occidentale 13e-16e siècles</em></p> <p><strong>Barbara Glowczewski</strong>, directrice de recherche, CNRS, anthropologie, responsable de l'équipe Anthropologie de la perception , Laboratoire d’anthropologie sociale, CNRS/EHESS/Collège de France (médaille d'argent du CNRS en 2018)<br /><strong>Kevin Keiss</strong>, auteur, professeur associé à l’université de Bordeaux<br /><strong>Jean Marie Schaeffer</strong>, directeur d’études, EHESS, Centre de recherches sur les arts et le langage<br /><strong>Alfredo Vega Cardenas</strong>, directeur de l’Ecole supérieure d’Art d’Avignon</p> <p><strong>16h00-17h45 - Du rôle de la culture pour des sociétés réflexives</strong></p> <p><strong>Pierre-Jean Benghozi</strong>, directeur de recherche CNRS, Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (UMR 9217), professeur à l'Ecole polytechnique et l'Université de Genève (membre du projet ANR IMPACT)<br /><strong>Romaric Daurier</strong>, directeur général, le phénix, scène nationale Valenciennes, pôle européen de création, trésorier du Syndeac<br /><strong>Stéphane Fievet</strong>, directeur de la culture Paris2024 (JO)<br /><strong>Matthieu Letourneux</strong>, professeur, littérature, Université Paris Nanterre<br /><strong>Antoine Lilti</strong>, directeur d'études EHESS, Groupe d’études sur les historiographies modernes<br /><strong>Paul Rondin</strong>, directeur délégué Festival d‘Avignon<br /><strong>Jean-Noël Tronc</strong>, directeur général de la Sacem</p> <h2><br /> PUBLICATION<br /> 5e VOLUME DES RENCONTRES</h2> <h2><span class="color--blue">Le jeu et la règle</span></h2> <h3>Ouvrage issu de l’édition 2018 des Rencontres Recherche et Création</h3> <h3>Sous la direction de Catherine Courtet, Mireille Besson, Françoise Lavocat, Alain Viala</h3> <h3>Préface d’Olivier Py</h3> <p>Etre en société nécessite de « jouer le jeu » !</p> <p><br /> Avant l’invention de la parole, le jeu est au centre de la communication de nos lointains ancêtres, les primates.</p> <p><br /> Le jeu entre dans la conversation quand les règles sont redéfinies dans la spontanéité de l’instant. Il permet d’adopter la perspective d’autrui. « Faire semblant » permet à l’enfant l’acquisition de l’attention et la régulation des émotions nécessaires au développement social et cognitif. Le genre, les identités ou la filiation articulent normes et ambiguïté, biologique et social.</p> <p>Les rites et les rituels sont à la fois des rapports sociaux et des jeux avec les dieux, des représentations et des métaphores du politique. Dans la Grèce antique, entre hasard et stratégie, les règles du jeu figurent l’ordre de la cité.</p> <p>Le jeu est au cœur des arts de la scène quand se croisent présence des corps, conventions, transgressions, imaginaires et attentes des spectateurs.</p> <p>En rassemblant les points de vue de chercheurs en littérature, histoire, sociologie, primatologie, linguistique, psychologie du développement, sciences et neurosciences cognitives, ceux de chorégraphes, metteurs en scène et auteurs, cet ouvrage pluridisciplinaire explore comment le jeu raconte la communication humaine et les sociétés.</p> <p>Avec les textes de Adrien Meguerditchian, Guillaume Dumas, Sonja Kotz, Sasha Waltz, Jochen Sandig, Emanuel Gat, Sylvie Richard, Édouard Gentaz, Véronique Dasen, Philippe Desan, Didier Galas, Alain Badiou, Jacques Moeschler, Rebekah Ahrendt, Vinciane Pirenne-Delforge, R Chloé Dabert, Mondher Kilani, Thomas Jolly, Patrick Boucheron, François Chaignaud, Nino Laisné, Sébastien Chauvin, et Catriona Seth.</p> <p><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="f77c9ebf-b15d-4668-b4a9-3d390a783001" src="/sites/default/files/inline-images/Ouvrage_LeJeuEtLaRegle_1.jpg" /></p> <p><em>C</em><em>et ouvrage a été coordonné par Catherine Courtet, Agence nationale de la recherche ; Mireille Besson, directeur de recherche en neuroscience CNRS, CNRS-Aix-Marseille Université ; Françoise Lavocat, professeur de littérature comparée, Université Sorbonne Nouvelle, membre sénior de l’Institut universitaire de France ; Alain Viala, professeur de littérature française, Université d’Oxford.</em></p> <p> </p> <p>Cnrs éditions<br /> Sortie librairie 4 juillet 2019<br /> Contact presse / Claire Martz - claire.martz@cnrseditions.fr</p> <p>« Retrouvez plus d’informations sur l’article de CNRS le Journal :<br /><a href="https://lejournal.cnrs.fr/sites/default/files/numeros_papier/jdc296_complet_bd2.pdf#page=60">https://lejournal.cnrs.fr/sites/default/files/numeros_papier/jdc296_complet_bd2.pdf#page=60</a> »</p> <p> </p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/rencontres-recherche-et-creation" hreflang="fr">Rencontres Recherche et Création</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/anr" hreflang="fr">ANR</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/festival-davignon" hreflang="fr">Festival d&#039;Avignon</a></div> </div> Thu, 16 May 2019 08:24:14 +0000 areglier 3843 at http://www.cnrs.fr L’embryogénèse dévoile le rôle du « second cerveau » dans la digestion http://www.cnrs.fr/fr/lembryogenese-devoile-le-role-du-second-cerveau-dans-la-digestion <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">L’embryogénèse dévoile le rôle du « second cerveau » dans la digestion</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>msantos</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 13/05/2019 - 15:50</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Maxime Dos Santos</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Nicolas Chevalier</a></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Neurosciences</div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/1_duod_reconstructed_zoom%20%281%29.jpg?h=e4a801f2&amp;itok=ZKQx_wV2" width="290" height="290" alt="&quot;&quot;" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">Le système nerveux de l’intestin de l’embryon aviaire à 16 jours, au stade où il commence à contrôler les contractions musculaires de l’intestin. Ce réseau de neurones est situé entre les couches musculaires circulaires et longitudinales.Nicolas Chevalier et al.</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-15T03:00:00Z" class="datetime">15 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Pour propulser et mélanger les aliments ingérés, l’intestin est pourvu de deux muscles entre lesquels se trouvent un réseau autonome de neurones, le « second cerveau ». En étudiant le développement des mouvements digestifs chez l’embryon de poulet, une équipe de recherche du CNRS et de l’Université de Paris<a class="see-footnote" id="footnoteref1_wlcbqcc" title="Ces chercheurs et chercheuses appartiennent au laboratoire « Matière et Systèmes Complexes » (CNRS/Université de Paris) et à l’Institut Jacques Monod (CNRS/Université de Paris)" href="#footnote1_wlcbqcc">1</a> a découvert comment les neurones contrôlent les contractions des muscles nécessaires à la digestion<a class="see-footnote" id="footnoteref2_b522bhk" title="L’ensemble de ces mouvements forment ce que l’on nomme le péristaltisme." href="#footnote2_b522bhk">2</a>. Alors que les premiers mouvements de l’intestin sont purement musculaires, les chercheurs ont découvert qu’une fois activé, le système nerveux intestinal coordonne ces deux muscles : lorsque le premier se contracte pour pousser les aliments, les neurones, déformés par cette action, ordonnent au second de se relâcher, ouvrant de fait le passage. L’étude du développement embryonnaire des réflexes permet de mieux comprendre le fonctionnement des organes et les pathologies pouvant les toucher. Cette étude est publiée dans <em>The Journal of Physiology</em> le 15 Mai 2019.</p> <p> </p> <figure><a href="https://webcast.in2p3.fr/player/5cd98a38e1ff8?autostart=true"><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="ba2ce8fc-37fa-496e-9492-58709fca73ae" src="/sites/default/files/inline-images/GIF%20EMBRYON%20%28002%29.jpg" /></a> <figcaption><em>Contractions se propageant dans l’intestin embryonnaire.</em><br /> Crédit : Nicolas Chevalier<br /><em>Cliquez sur l'image pour accéder à l'animation</em></figcaption></figure><p> </p> <figure><a href="https://webcast.in2p3.fr/player/5cd989378fc02?autostart=true"><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="1c1a5ca8-0cd1-4183-860d-9f6144c4e525" src="/sites/default/files/inline-images/1_duod_reconstructed_zoom%20%281%29.jpg" /></a> <figcaption><em>Le système nerveux de l’intestin de l’embryon aviaire à 16 jours, au stade où il commence à contrôler les contractions musculaires de l’intestin. Ce réseau de neurones est situé entre les couches musculaires circulaires et longitudinales, et coordonne celles-ci.</em> <br /> Crédit : Nicolas Chevalier et al.<br /><em>Cliquez sur l'image pour accéder à l'animation</em></figcaption></figure><p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_wlcbqcc"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_wlcbqcc">1.</a> Ces chercheurs et chercheuses appartiennent au laboratoire « Matière et Systèmes Complexes » (CNRS/Université de Paris) et à l’Institut Jacques Monod (CNRS/Université de Paris)</li> <li class="footnote" id="footnote2_b522bhk"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_b522bhk">2.</a> L’ensemble de ces mouvements forment ce que l’on nomme le péristaltisme.</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><strong>Embryogenesis of the Peristaltic Reflex, insights into the myogenic to neurogenic transition of gut motility. </strong>Nicolas R. Chevalier, Nicolas Dacher, Cécile Jacques, Lucas Langlois, Chloé Guedj, Orestis Faklaris. <em>Journal of Physiology </em>le 15 Mai 2019</span></span></span></p> <p><span><span><span>DOI : <a href="https://physoc.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1113/JP277746">10.1113/JP277746</a></span></span></span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/183" hreflang="fr">INSIS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Mon, 13 May 2019 13:50:27 +0000 msantos 3829 at http://www.cnrs.fr Fichiers illégaux commandités par Monsanto : l’Inra et le CNRS portent plainte http://www.cnrs.fr/fr/fichiers-illegaux-commandites-par-monsanto-linra-et-le-cnrs-portent-plainte <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Fichiers illégaux commandités par Monsanto : l’Inra et le CNRS portent plainte</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 13/05/2019 - 16:36</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">CNRS - Bureau de Presse </a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Presse Inra </a></div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Institutionnel</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-13T14:36:54Z" class="datetime">13 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Comme de nombreux représentants des mondes médiatique, politique et associatif, les noms de plusieurs chercheurs, chercheuses et dirigeants de l'Inra et du CNRS figurent dans les fichiers établis par Fleishman Hillard pour le compte de la société Monsanto.</p> <p>La constitution de ces fichiers est inacceptable. L’Inra et le CNRS ont décidé de déposer une plainte.</p> <p>Les deux organismes protestent contre une telle utilisation de données personnelles et expriment leur indignation face à ces pratiques. Un débat public serein sur l’utilisation des pesticides en général et du glyphosate en particulier est nécessaire. Les chercheurs de l’Inra et du CNRS y contribuent, sur la base  d’expertises collectives et transparentes.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/inra" hreflang="fr">Inra</a></div> </div> Mon, 13 May 2019 14:36:54 +0000 areglier 3828 at http://www.cnrs.fr Épidémies de virus Nipah au Bangladesh : âge et troubles respiratoires augmentent le risque de transmission http://www.cnrs.fr/fr/epidemies-de-virus-nipah-au-bangladesh-age-et-troubles-respiratoires-augmentent-le-risque-de <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Épidémies de virus Nipah au Bangladesh : âge et troubles respiratoires augmentent le risque de transmission</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>stecher</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 09/05/2019 - 15:49</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Presse Institut Pasteur </a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Samira Techer</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Présent dans toute l’Asie du Sud et du Sud-Est, le virus Nipah est un agent infectieux émergent transmis par les chauves-souris et qui, d’après l’OMS, pose un risque d’épidémie sévère dans un futur proche. Alors qu’aucun traitement ni vaccin n’existe actuellement, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health se sont associés à des confrères internationaux<a class="see-footnote" id="footnoteref1_89ibqg0" title="Des chercheurs du Centre international pour la recherche contre les maladies diarrhéiques, Bangladesh (icddr,b), de l’Institute of Epidemiology Disease Control and Research (IEDCR) et des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains ont contribué à cette étude, en collaboration avec l’Institut Pasteur, le CNRS et la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health." href="#footnote1_89ibqg0">1</a> de l’icddr,b, de l’IEDCR et des CDC américains, pour étudier la dynamique de transmission du virus Nipah. Ils se sont appuyés sur des données issues d’investigations épidémiologiques réalisées durant ces quatorze dernières années au Bangladesh, pays le plus touché. Leur étude a démontré que le risque de transmission est plus important lorsque le malade est un adulte présentant des symptômes respiratoires. Par conséquent, lorsqu’il n’est pas possible d’isoler tous les cas suspects, ces individus devraient être ciblés en priorité pour mieux lutter contre la propagation du virus. Ces résultats sont publiés dans le journal scientifique<em> NEJM</em> le 9 mai 2019.</p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_89ibqg0"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_89ibqg0">1.</a> Des chercheurs du Centre international pour la recherche contre les maladies diarrhéiques, Bangladesh (icddr,b), de l’Institute of Epidemiology Disease Control and Research (IEDCR) et des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains ont contribué à cette étude, en collaboration avec l’Institut Pasteur, le CNRS et la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health.</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Micro-organismes</div> <div class="field__item">Animaux</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/190509%20-%20CP%20Nipah%20FR.pdf" type="application/octet-stream; length=631071" title="190509 - CP Nipah FR.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(616.28 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Image%20CP%20Pasteur_%C2%A9%20Viacheslav%20-%20Adobe%20Stock.jpg?itok=t5Y8CGpQ" width="290" height="290" alt="Virus Nipah" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Viacheslav - Adobe Stock </div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> <div class="field__item">Santé</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-10T08:00:00Z" class="datetime">10 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Transmission of Nipah Virus — 14 Years of Investigations in Bangladesh,</strong><br /> Birgit Nikolay, Dr.rer.nat., Henrik Salje, Ph.D., M. Jahangir Hossain, M.B., B.S., A.K.M. Dawlat Khan, M.A., Hossain M.S. Sazzad, M.B., B.S., Mahmudur Rahman, Ph.D., Peter Daszak, Ph.D., Ute Ströher, Ph.D., Juliet R.C. Pulliam, Ph.D., A. Marm Kilpatrick, Ph.D., Stuart T. Nichol, Ph.D., John D. Klena, Ph.D., Sharmin Sultana, Ph.D., Sayma Afroj, Ph.D., Stephen P. Luby, M.D., Simon Cauchemez, Ph.D., and Emily S. Gurley, Ph.D.<br /><em>The New England Journal of Medicine</em>, 9 mai 2019</p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> </div> </div> Thu, 09 May 2019 13:49:15 +0000 stecher 3825 at http://www.cnrs.fr Les glaces du Mont-Blanc ont gardé les traces de la pollution de l’époque Romaine http://www.cnrs.fr/fr/les-glaces-du-mont-blanc-ont-garde-les-traces-de-la-pollution-de-lepoque-romaine <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Les glaces du Mont-Blanc ont gardé les traces de la pollution de l’époque Romaine</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar 07/05/2019 - 18:29</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Michel Legrand</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Susanne Preunkert</a></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Pollution</div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/cartepollutionrome.png?h=abc51aaa&amp;itok=AvDlZwMM" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Susanne Preunkert et al. / CNRS Photothèque</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> <div class="field__item">Terre</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-09T08:00:00Z" class="datetime">09 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Datées au carbone 14, les couches les plus profondes du glacier du col du Dôme, dans le massif du Mont-Blanc, ont archivé l’état de l’atmosphère au cours de l’Antiquité romaine. Publiée dans <em>Geophysical Research Letters</em>, leur analyse, menée par une équipe internationale, et coordonnée par une scientifique du CNRS de l’Institut des géosciences de l’environnement (CNRS/IRD/UGA/Grenoble INP)<a class="see-footnote" id="footnoteref1_hqy0lac" title="Ce laboratoire fait partie de l’Observatoire de sciences de l’Univers de Grenoble" href="#footnote1_hqy0lac">1</a>, montre une pollution atmosphérique très significative en métaux toxiques : la présence de plomb et d’antimoine (dont c’est le premier enregistrement dans la glace alpine ancienne) s’avèrent liées à l’activité minière et à la production de plomb et d’argent des Romains, donc bien avant le début de l’ère industrielle.</p> <p>Bien que moins bien datée qu’au Groenland, l’archive alpine retrace les grandes périodes de prospérité de l’Antiquité romaine (cf. figure 1), avec deux maximums d’émission de plomb bien distincts : durant la République (entre 350 et 100 ans av. J.-C.), puis l’Empire (entre 0 et 200 ans apr. J.-C.). Les Romains extrayaient le minerai de plomb argentifère pour produire le plomb nécessaire à la fabrication des conduites d’eau, et l’argent pour la monnaie. Le procédé de séparation plomb-argent passait par une fusion du minerai à 1200°C, ce qui entraînait d’importantes émissions de plomb dans l’atmosphère comme l’avaient déjà montré des archives continentales telles les tourbières, dont il est cependant difficile de déduire une information globale à l’échelle européenne. Cette toute première étude de la pollution durant l’Antiquité à partir de glace alpine permet de mieux évaluer l’impact de ces émissions anciennes sur notre environnement européen et de le comparer notamment à celui de la pollution plus récente liée à l’utilisation de l’essence au plomb dans les années 1950-1985.</p> <p><em>Ces recherches ont bénéficié des soutiens du CNRS, de l’Ademe et des programmes européens Alpclim et Carbosol.</em></p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="a2fbb3ad-5485-4667-bc92-a8e6af967397" src="/sites/default/files/inline-images/graphpollutionrome.png" /><figcaption><strong>Figure 1.</strong><em> (a) Concentrations en plomb dans la glace du Groenland (bleu) et du col du Dôme (CDD, rouge). (b) Concentrations en plomb (rouge) et antimoine (vert) dans la glace du CDD. Sur l’échelle du bas, l’âge est reporté en années à partir de l’an 1 de notre ère commune (CE) (soit l’an 1 après Jésus-Christ). Les phases de croissance des émissions de plomb ont été accompagnées d’une augmentation simultanée des teneurs de la glace alpine en antimoine , un autre métal toxique.</em></figcaption></figure><figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="4c54aa11-9193-423a-8be6-7c470aff2495" src="/sites/default/files/inline-images/cartepollutionrome.png" /><figcaption><strong>Figure 2.</strong> <em>Simulations qui évaluent la sensibilité du dépôt de plomb au col du Dôme (étoile jaune) à la localisation géographique de l’émission. Cette carte indique également l’emplacement des principales mines connues de l’Antiquité romaine. Pour la région située ~500 km autour des Alpes, en bleu celles supposées actives dès la République romaine et en rouge celles qui le seront plus tard. En dehors de cette zone, toutes les autres mines sont reportées en rouge, quelle que soit l’époque. La glace alpine est donc représentative de l’atmosphère de haute altitude qui est alimentée par les émissions de France, Espagne, Italie, îles du bassin méditerranéen, et dans une moindre mesure d’Allemagne et Angleterre.</em></figcaption></figure><p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_hqy0lac"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_hqy0lac">1.</a> Ce laboratoire fait partie de l’Observatoire de sciences de l’Univers de Grenoble</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><strong><span>Lead and antimony in basal ice from Col du Dome (French 1 Alps) dated with radiocarbon: A record of pollution during Antiquity. </span></strong><span>Susanne Preunkert, Joseph R. McConnell, Helene Hoffmann, Michel Legrand, Andrew Wilson, Sabine Eckhardt, Andreas Stohl, Nathan Chellman, Monica Arienzo, Ronny Friedrich</span><span>, <em>Geophysical Research Letters</em>, 7 mai 2019. https://doi.org/10.1029/2019GL082641</span></span></span></span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Tue, 07 May 2019 16:29:56 +0000 fmaginiot 3823 at http://www.cnrs.fr Le CNRS à VivaTech : rencontrez les chercheurs et les start-up issus des laboratoires du CNRS http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-vivatech-rencontrez-les-chercheurs-et-les-start-issus-des-laboratoires-du-cnrs <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Le CNRS à VivaTech : rencontrez les chercheurs et les start-up issus des laboratoires du CNRS </span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>msantos</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 06/05/2019 - 10:08</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Alexiane Agullo </a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p class="text-align-center">Visite presse<br /> Vendredi 17 mai 2019 à 10h<br /> Stand du CNRS, emplacement M33 (Hall 1)</p> <p class="text-align-center">Paris Expo Porte de Versailles<br /> 1 Place de la Porte de Versailles<br /> 75015 Paris</p> <p>Venez rencontrer à VivaTech les chercheurs, start-up et projets issus des laboratoires du CNRS, en présence d’Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, de Jean-Luc Moullet, directeur général délégué à l’innovation (DGDI) du CNRS et de Johanna Michielin, directrice de CNRS Innovation.</p> <p>Avec près de 100 start-up créées par an, plus de 5 800 brevets, 1 400 licences actives et une vingtaine d’accords-cadres avec des entreprises du CAC 40, le CNRS est un acteur majeur de la Deep Tech en France.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Innovation</div> <div class="field__item">Technologies</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/IP_Vivatech_VD.pdf" type="application/octet-stream; length=206845" title="IP_Vivatech_VD.pdf" target="_blank">Télécharger l'invitation <span>(202 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Invitation presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Energie</div> <div class="field__item">Environnement</div> <div class="field__item">Ingénierie</div> <div class="field__item">Institutionnel</div> <div class="field__item">Numérique</div> <div class="field__item">Santé</div> <div class="field__item">Sciences humaines et sociales</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-06T08:45:00Z" class="datetime">06 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p class="MsoNormalCxSpFirst"><u><span>A partir de 10h00</span></u><span> : </span></p> <p class="MsoListParagraphCxSpMiddle"><span><span>-<span>       </span></span></span><strong><span>Introduction d’Antoine Petit, </span></strong><span>président-directeur général du CNRS</span><span><span>                 </span></span></p> <p class="MsoListParagraphCxSpMiddle"><span><span>-<span>       </span></span></span><strong><span>Présentation des start-up</span></strong><span> : Tiamat (énergie), ThrustMe (spatial), Curve One (nouvelles technologies), Greenerwave (nouvelles technologies), Daumet (luxe), Bio Inspir’ (environnement), Mercurio (arts et patrimoine), Sensome (santé), Drone Interactive (robotique et divertissement)</span></p> <p class="MsoNormalCxSpFirst"><u><span>A partir de 10h30 : </span></u><br /><span><span>-<span>       </span></span></span><strong><span>Présentation du supercalculateur</span></strong><span> <strong>Jean Zay</strong> de l’Institut du développement et des ressources en informatique scientifique (Idris) du CNRS sur le stand de Hewlett Packard (avec Genci, Hall 1 – emplacement D30) </span></p> <p class="MsoListParagraph"><span><span>-<span>       </span></span></span><strong><span>Visite de l’espace robotique</span></strong><span> avec le projet PhantoMovControl (une prothèse de bras robotisée) et le robot fourmi Antbot</span></p> <p class="MsoNormalCxSpMiddle"><strong><span>En savoir plus sur les start-up et projets du CNRS à VivaTech : lire le communiqué de presse « </span></strong><a href="http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-vivatech"><strong><span>le CNRS à Vivatech</span></strong></a><span class="MsoHyperlink"><strong><span> »</span></strong></span></p> <p class="MsoNormalCxSpMiddle"><strong><span> </span></strong></p> <p><strong><span>Inscriptions obligatoires avant le 15 mai 2019 auprès d’Alexiane Agullo : </span></strong><span><a href="mailto:alexiane.agullo@cnrs.fr"><strong><span>alexiane.agullo@cnrs.fr</span></strong></a></span></p></div> </div> Mon, 06 May 2019 08:08:58 +0000 msantos 3819 at http://www.cnrs.fr Les « gènes sauteurs » humains attrapés en pleine action ! http://www.cnrs.fr/fr/les-genes-sauteurs-humains-attrapes-en-pleine-action <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Les « gènes sauteurs » humains attrapés en pleine action !</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>stecher</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 02/05/2019 - 14:25</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Véronique Etienne</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr"> Inserm</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Gaël Cristofari</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><strong><span>Tout au long de l’évolution, le génome de la plupart des êtres vivants s’est complexifié grâce aux éléments transposables ou « gènes sauteurs », des fragments d’ADN capables de se déplacer ou de se copier d’un endroit à un autre sur les chromosomes. Des chercheurs de l’Inserm, du CNRS, d’Université Côte d’Azur et de l’Université de Montpellier ont pu capturer ces « gènes sauteurs » juste après leur déplacement et ont croisé leurs observations avec des bases de données déjà existantes. Leurs travaux, parus dans </span></strong><a href="https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1097276519301479?via%3Dihub"><strong><em><span lang="FR" xml:lang="FR" xml:lang="FR">Molecular Cell</span></em></strong></a><strong><em><span>, </span></em></strong><strong><span>montrent que l’intégration des « gènes sauteurs » chez l’humain ne se ferait pas au hasard mais serait influencée par certaines propriétés du génome. Ces résultats ouvrent ainsi de nouvelles perspectives dans l’interprétation des données de séquençage de génome entier.</span></strong></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Génétique</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-05/2019_05_02_CP_GenesSauteursEnAction.pdf" type="application/octet-stream; length=310955" title="2019_05_02_CP_GenesSauteursEnAction.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(303.67 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Fotolia_62625734_S.jpg?itok=PkrKJZpg" width="290" height="290" alt="brin d&#039;ADN" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">©fotolia</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-05-02T13:55:00Z" class="datetime">02 mai 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><strong><span><span>The Landscape of L1 Retrotransposons in the Human Genome Is Shaped by Pre-insertion Sequence Biases and Post-insertion Selection,</span></span></strong><span><span> TaniaSultana, Dominicvan Essen, OliverSiol, MarcBailly-Bechet, ClaudePhilippe, AmalZine El Aabidine, LéoPioger, PilviNigumann, SimonaSaccani, Jean-ChristopheAndrau, NicolasGilbert, GaelCristofari. </span></span><span><a href="https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1097276519301479?via%3Dihub"><strong><em>Molecular Cell</em></strong></a><span>. </span></span></span></span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Thu, 02 May 2019 12:25:35 +0000 stecher 3818 at http://www.cnrs.fr Un nouvel herbicide d’origine naturelle http://www.cnrs.fr/fr/un-nouvel-herbicide-dorigine-naturelle <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Un nouvel herbicide d’origine naturelle</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>msantos</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 29/04/2019 - 11:48</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Maxime Dos Santos</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Bastien Nay</a></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Plantes</div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Chimie</div> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-29T13:00:00Z" class="datetime">29 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p class="MsoNormal">Des chercheurs du CNRS, de l’École polytechnique et de Sorbonne Université<a class="see-footnote" id="footnoteref1_romzkma" title="Ces scientifiques font partie du Laboratoire de synthèse organique (CNRS/École polytechnique /ENSTA), du laboratoire « Molécules de communication et adaptation des micro-organismes » (MNHN/CNRS), du Laboratoire de biologie du développement (Sorbonne Université/CNRS) et du Laboratoire de chimie moléculaire (Ecole Polytechnique/CNRS)" href="#footnote1_romzkma">1</a> viennent de mettre en évidence le caractère phytotoxique d’une molécule naturelle, la radulanine A. Ce composé est produit par les hépatiques, des plantes (mousses) qui pourraient l’utiliser dans leur compétition vis-à-vis des autres espèces végétales. Il pourrait être exploité par l’Homme pour son effet herbicide.<strong> </strong>Ces résultats sont publiés dans la revue <em>Chemistry A European Journal</em> le 29 avril 2019.</p> <p class="MsoNormal">La chimie de synthèse a permis de rendre la radulanine A facilement disponible pour les scientifiques alors qu’il aurait été plus difficile de l’extraire en grande quantité à partir de la source naturelle. Pour identifier son effet, les chercheurs et chercheuses l’ont placée dans le substrat de culture de plantules<sup><a class="see-footnote" id="footnoteref2_iob2zw1" title="Jeunes plants suivant la germination" href="#footnote2_iob2zw1">2</a></sup> d’une plante modèle considérée comme une mauvaise herbe en agriculture. Ils ont observé que celles-ci jaunissaient rapidement puis mourraient, prouvant de fait l’effet herbicide de la radulanine A, à une dose active proche de celle du glyphosate, l'herbicide de référence.</p> <p class="MsoNormal">Si les potentiels effets toxiques de cette molécule vis-à-vis de l’Homme et de l’environnement n’ont pas encore été testés, celle-ci pourrait avoir un plus faible impact environnemental que les herbicides de synthèse actuellement utilisés.</p> <p><span>Une demande de brevet a été déposée. Pour la suite de leurs travaux, les scientifiques envisagent d’étudier les mécanismes de l’effet herbicide de la radulanine A et de mieux cerner les espèces végétales qui en seraient la cible.</span></p> <p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_romzkma"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_romzkma">1.</a> Ces scientifiques font partie du Laboratoire de synthèse organique (CNRS/École polytechnique /ENSTA), du laboratoire « Molécules de communication et adaptation des micro-organismes » (MNHN/CNRS), du Laboratoire de biologie du développement (Sorbonne Université/CNRS) et du Laboratoire de chimie moléculaire (Ecole Polytechnique/CNRS)</li> <li class="footnote" id="footnote2_iob2zw1"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_iob2zw1">2.</a> Jeunes plants suivant la germination</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong><span><span><span>One-Pot Synthesis of Metastable 2,5-Dihydrooxepines Through Retro-Claisen Rearrangements: </span></span></span></strong><span><span><span><strong>Methods and Applications.</strong> W. Zhang, E. Baudouin, M. Cordier, G. Frison et B. Nay<em>. Chemistry A European Journal</em> le 29 avril 2019</span></span></span></p> <p><a class="epub-doi" href="https://doi.org/10.1002/chem.201901675">https://doi.org/10.1002/chem.201901675</a></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/177" hreflang="fr">INC</a></div> </div> </div> Mon, 29 Apr 2019 09:48:07 +0000 msantos 3814 at http://www.cnrs.fr L’océan Arctique, berceau de la biodiversité virale http://www.cnrs.fr/fr/locean-arctique-berceau-de-la-biodiversite-virale <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">L’océan Arctique, berceau de la biodiversité virale</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>areglier</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven 26/04/2019 - 10:04</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Elodie Bernollin</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Manon Colonna d’istria</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>De nouveaux résultats, provenant essentiellement des données issues de l’expédition <em>Tara Oceans</em> (2009-2013), fournissent le catalogue le plus complet à ce jour des virus présents dans tous les océans du globe. Dirigée par l’université<span><span><span> d’État </span></span></span>de l’Ohio aux États-Unis, cette étude implique des équipes du CEA, du CNRS, de l’EMBL, de l’ENS-PSL, de la Fondation <em>Tara </em>Océan, associées au sein de la nouvelle Fédération de recherche <em>Tara Oceans</em> GO-SEE<a class="see-footnote" id="footnoteref1_epyyrxq" title="La Fédération de recherche Tara Oceans comporte 22 équipes de recherche françaises et internationales, et développe le programme GO-SEE (Global Oceans Systems Ecology &amp; Evolution). Elle implique notamment le CNRS, le CEA, la Fondation Tara Océan, Sorbonne Université, PSL, l’Inserm, l’ENS Paris, l’IRD, l’EPHE, l’Université d’Évry-Val-d’Essonne, l’Université Paris-Saclay, l’UPVD, AMU, l’Université de Toulon, l’École centrale de Nantes, l’Université de Nantes, l’UGA, l’EMBL et la faculté de sciences physiques et mathématiques de l'Université du Chili." href="#footnote1_epyyrxq">1</a>. Elle porte de 16 000 à près de 200 000 le nombre de populations virales océaniques connues. Publiés en couverture de la revue <em>Cell</em> le 16 mai 2019 (en ligne le 25 avril), ces travaux révèlent l’importance de l’océan Arctique comme réservoir de virus marins. Ils seront un référentiel pour comprendre le rôle des virus dans les réactions de l’écosystème « océan » sous la pression du changement climatique.</p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_epyyrxq"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_epyyrxq">1.</a> La Fédération de recherche Tara Oceans comporte 22 équipes de recherche françaises et internationales, et développe le programme GO-SEE (Global Oceans Systems Ecology &amp; Evolution). Elle implique notamment le CNRS, le CEA, la Fondation Tara Océan, Sorbonne Université, PSL, l’Inserm, l’ENS Paris, l’IRD, l’EPHE, l’Université d’Évry-Val-d’Essonne, l’Université Paris-Saclay, l’UPVD, AMU, l’Université de Toulon, l’École centrale de Nantes, l’Université de Nantes, l’UGA, l’EMBL et la faculté de sciences physiques et mathématiques de l'Université du Chili.</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Océans</div> <div class="field__item">Micro-organismes</div> <div class="field__item">Biodiversité</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CP%20Tara%20-%20CEA.CNRS_.TARA%20-%20VF.pdf" type="application/octet-stream; length=670037" title="CP Tara - CEA.CNRS_.TARA - VF.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse : <span>(654.33 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Visuel_2_0.jpg?itok=1KkW3SXI" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© François Aurat / Fondation Tara Océan</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-25T15:04:19Z" class="datetime">25 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Initiée par la Fondation <em>Tara</em> Océan et ses partenaires, et coordonnée par le CNRS, le CEA et l’EMBL, l'expédition <em>Tara Oceans</em> a permis de récolter et d’analyser en profondeur 35 000 échantillons de plancton marin. <em>Tara Oceans</em> a rassemblé plus de 200 scientifiques issus d’une vingtaine de laboratoires internationaux, aujourd’hui réunis au sein de la Fédération de recherche <em>Tara Oceans</em>.<br /> Une nouvelle étude publiée dans <em>Cell</em> le 16 mai prochain - dirigée par des chercheurs de l'université <span><span><span>d’État </span></span></span>de l’Ohio - porte le nombre de populations virales océaniques connues de 16 000 à près de 200 000. Ces dernières jouent un rôle notamment dans le transport du carbone depuis la surface vers les fonds marins (“pompe biologique”), il est donc primordial de les identifier et de comprendre leur fonctionnement, leur dynamique et leur rôle écosystémique. En ce sens, cette étude a permis d’appréhender la variation génétique au sein de chaque population, renseignant les chercheurs sur l’évolution et l’impact des virus océaniques à l’échelle mondiale, et de consolider la compréhension des populations de virus marins.</p> <figure><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="b454da42-9e28-42bf-9241-28a6eb7ff465" src="/sites/default/files/inline-images/Visuel_1_1.jpg" /><figcaption>© Jennifer Brum and Matt B. Sullivan / Lab. Ohio State</figcaption></figure><p><strong>Première étude systématique de la biodiversité de l’océan Arctique</strong></p> <p>Mené en collaboration avec les pays riverains de l’océan Arctique, ce travail inclut des échantillons provenant de la circumnavigation effectuée en lisière de la banquise arctique par la goélette scientifique <em>Tara</em> en 2013, une région parmi les plus touchées par le changement climatique. Il a permis de documenter les virus en analysant leur ADN. Au-delà de l’océan Arctique, la collecte de données s’est élargie aux autres océans, et à des profondeurs plus grandes que les études menées auparavant<a class="see-footnote" id="footnoteref2_ew9ha1r" title="Patterns and ecological drivers of ocean viral communities. J.R. Brum, J.C. Ignacio-Espinosa, S. Roux et al., Science, 22 mai 2015.. DOI: 10.1126/science.1261498" href="#footnote2_ew9ha1r">2</a>.</p> <p>En raison de l’impact de ces virus sur l’ensemble des organismes du plancton marin (bactéries, archées, protistes, et animaux), leur recensement détaillé est précieux. En effet, les virus peuvent changer la structure des populations de bactéries en les colonisant, en stimulant leur métabolisme, ou encore en modifiant leur trajectoire évolutive, influençant globalement la capacité de l’océan à séquestrer le carbone de l’atmosphère.</p> <p>Or les micro-organismes du plancton marin jouent un rôle primordial sur Terre : ils produisent plus de la moitié de l'oxygène que nous respirons et absorbent le dioxyde de carbone depuis l'atmosphère jusqu’au fond des océans.</p> <p><strong>Accéder à la variation génétique des virus pour comprendre leur évolution</strong></p> <p>En développant de nouvelles méthodes pour séquencer le génome de ces virus au sein des populations planctoniques, les chercheurs ont pu étudier les variations génétiques :</p> <p>-    entre les individus au sein de chaque population virale ;<br /> -    entre les populations au sein de chaque communauté virale ;<br /> -    entre les communautés à travers plusieurs environnements de l'océan mondial, ainsi que les forces motrices de toutes ces variations.</p> <p>Ces cartes mondiales de la diversité virale sont surprenantes : d’abord, la quasi-totalité des communautés de virus se répartit en seulement cinq groupes, selon leur localisation et leur profondeur. Et cette diversité virale mesurée dans l’océan Arctique est aussi étonnante : la plupart des études, portant sur les organismes cellulaires et multi-cellulaires, concluaient en effet que la plus haute diversité se situe au niveau des tropiques, et qu’elle diminue à mesure que l’on se déplace vers les pôles.</p> <p>Ces nouveaux résultats suggèrent que l'océan Arctique est un « berceau » méconnu de la biodiversité virale. Ils soulignent l'importance des régions arctiques, fortement impactées par le changement climatique, pour la biodiversité mondiale.</p> <p>Cette étude a notamment été soutenue par la Fondation Gordon et Betty Moore, la National Science Foundation et les investissements d’avenir Oceanomics et France Génomique.</p> <figure><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="dcd5a2d7-0add-4556-8fa0-3454c31a7e1a" src="/sites/default/files/inline-images/Visuel_2_0.jpg" /><figcaption>© François Aurat / Fondation Tara Océan</figcaption></figure><p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote2_ew9ha1r"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_ew9ha1r">2.</a> Patterns and ecological drivers of ocean viral communities. J.R. Brum, J.C. Ignacio-Espinosa, S. Roux et al., Science, 22 mai 2015.. DOI: 10.1126/science.1261498</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Marine DNA viral macro- and micro-diversity from pole to pole. Ann C Gregory, Ahmed A Zayed, Nádia Conceição-Neto, Ben Temperton, Ben Bolduc, Adriana Alberti, Mathieu Ardyna, Ksenia Arkhipova, Margaux Carmichael, Corinne Cruaud, Céline Dimier, Guillermo Domínguez-Huerta, Joannie Ferland, Stefanie Kandels-Lewis, Yunxiao Liu, Claudie Marec, Stéphane P 5 esant, Marc Picheral, Sergey Pisarev, Julie Poulain, Jean-Éric Tremblay, Dean Vik, Tara Oceans coordinators, Marcel Babin, Chris Bowler, Alexander I Culley, Colomban de Vargas, Bas E Dutilh, Daniele Iudicone, Lee Karp-Boss, Simon Roux, Shinichi Sunagawa, Patrick Wincker, &amp; Matthew B Sullivan. <em>Cell</em>. En ligne le 25 avril. <span class="article-header__doi bulleted"><span class="article-header__doi__label">DOI:</span><a class="article-header__doi__value" href="https://doi.org/10.1016/j.cell.2019.03.040">https://doi.org/10.1016/j.cell.2019.03.040</a></span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Fri, 26 Apr 2019 08:04:19 +0000 areglier 3810 at http://www.cnrs.fr Le CNRS partenaire des quatre Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-partenaire-des-quatre-instituts-interdisciplinaires-dintelligence-artificielle <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Le CNRS partenaire des quatre Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 25/04/2019 - 14:14</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Informatique</div> <div class="field__item">Intelligence artificielle</div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Institutionnel</div> <div class="field__item">Mathématiques</div> <div class="field__item">Numérique</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-25T12:30:00Z" class="datetime">25 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Le CNRS est partenaire des quatre projets labellisés Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle, rendus publics le 24 avril 2019 par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique.</p> <p>De nombreux laboratoires du CNRS se sont fortement impliqués aux côtés de leurs partenaires porteurs de projets. La contribution du CNRS est particulièrement notable dans l’informatique et les mathématiques, au cœur de l’intelligence artificielle, mais également en sciences humaines et sociales ou en lien avec les applications dans les domaines de l’environnement, des transports, de la mobilité et de la santé.</p> <p>Les quatre projets labellisés, pour une période initiale de quatre ans, sont :<br /> •    <strong>ANITI</strong> (Toulouse), hébergé à l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, avec pour applications privilégiées l’aéronautique, le transport, l’environnement et la santé. Son directeur scientifique est Nicholas Asher de l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (CNRS/Université Toulouse Capitole/Université Toulouse - Jean Jaurès/Université Toulouse III - Paul Sabatier/INP Toulouse).<br /> •    <strong>MIAI @ Grenoble Alpes</strong> (Grenoble), hébergé à l’Université Grenoble Alpes, avec pour applications privilégiées la santé, l’environnement et l’énergie. Son directeur scientifique est Éric Gaussier du Laboratoire d’informatique de Grenoble (CNRS/Inria/Université Grenoble Alpes/Grenoble INP),<br /> •    <strong>PRAIRIE</strong> (Paris), hébergé à Inria, avec pour applications privilégiées la santé, les transports et l’environnement. Son directeur scientifique est Jean Ponce du Département d'informatique de l'ENS (CNRS/ENS Paris/Inria).<br /> •    <strong>3IA Côte d'Azur</strong> (Nice), hébergé à l’Université Côte d’Azur, avec pour applications privilégiées la santé et le développement des territoires. Son directeur scientifique est Nicholas Ayache du Centre de recherche Inria Sophia Antipolis – Méditerranée.</p> <p>Les financements que les 3IA mobiliseront pour conduire leur programme de recherche, de formation et d’innovation seront a minima de 225 millions.</p> <p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/180" hreflang="fr">INS2I</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/184" hreflang="fr">INSMI</a></div> </div> </div> Thu, 25 Apr 2019 12:14:33 +0000 fmaginiot 3808 at http://www.cnrs.fr Au-delà des mots : les origines cognitives du sens linguistique http://www.cnrs.fr/fr/au-dela-des-mots-les-origines-cognitives-du-sens-linguistique <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Au-delà des mots : les origines cognitives du sens linguistique</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 25/04/2019 - 10:19</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Emmanuel Chemla</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>« Marc n’achèvera pas l’écriture de son livre ». Nous ne vous l’avons jamais dit, mais cela vous paraît évident que Marc a commencé à écrire un livre. Deux chercheurs du CNRS et leur collègue australienne viennent de démontrer que ce type de raisonnement inconscient est également réalisé à partir de messages non-linguistiques, faits de gestes ou d’animations stylisées et abstraites. Ces travaux, combinant linguistique et psychologie expérimentale, ouvrent un nouveau domaine de recherche sur les origines cognitives de phénomènes linguistiques. Ils sont publiés le 24 avril 2019 dans la revue <em>PNAS</em>.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Langage</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CPCNRS-inferencesnonliguistiques-FR2web.pdf" type="application/octet-stream; length=233225" title="CPCNRS-inferencesnonliguistiques-FR2web.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(227.76 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Sciences humaines et sociales</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-25T12:00:00Z" class="datetime">25 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Les langues mettent à notre disposition de nombreux moyens pour transmettre de l'information. Prenons, par exemple, la phrase : « Marc achèvera l’écriture de son livre » et sa négation « Marc n’achèvera pas l’écriture de son livre ». Dans les deux cas, nous comprenons que Marc a déjà commencé son livre. Cette information est transmise de façon indirecte et on voit qu’elle échappe à la négation : ceci est caractéristique de ce que les linguistes appellent une « présupposition ». La linguistique moderne étudie les présuppositions et d'autres façons de transmettre de l'information sous le terme générique « d’inférences » : elle en répertorie les différentes espèces pour comprendre comment nous les traitons et quelles sont leurs fonctions.</p> <p>Comment donc calcule-t-on ces inférences ? La présupposition ci-dessus, par exemple, est-elle liée à notre connaissance du fait que pour « achever », il faut d’abord « commencer » ou à ce que nous avons appris du mot « achever » en apprenant le français ? Très souvent, les linguistes situent l’origine de ces inférences dans les mots qui les déclenchent, comme si notre dictionnaire mental, construit en apprenant notre langue, indiquait que « achever » engendre une présupposition.</p> <p>Pour évaluer ceci, deux chercheurs du CNRS au Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique (CNRS/ENS Paris/EHESS) et à l’Institut Jean-Nicod (CNRS/ENS Paris)<a class="see-footnote" id="footnoteref1_0g1ocax" title="Philippe Schlenker, chercheur du CNRS à l’Institut Jean-Nicod, est également Global Distinguished Professor à l'Université de New York (NYU)" href="#footnote1_0g1ocax">1</a><a class="see-footnote" id="footnoteref2_s5jgy46" title="L’Institut Jean-Nicod est un centre EHESS" href="#footnote2_s5jgy46">2</a>, et leur collègue australienne de Western Sydney University, ont essayé de faire comprendre à des participants naïfs des phrases hybrides faites de mots ordinaires mélangés à d'autres types de matériaux porteurs de sens tels que des gestes (ex : action de retirer des lunettes) ou des animations visuelles (une barre changeant de couleur).</p> <p>Ils ont d’abord démontré que les participants comprennent ces gestes/animations inconnus au premier coup d’œil. Plus important, ces matériaux se fondent dans le langage, et ils ont donc pu reproduire les tests linguistiques traditionnels, comme celui de la négation pour la présupposition. Leur étude a alors permis de prouver que gestes et animations engendrent une riche gamme d’inférences linguistiques. Ces inférences apparaissent ici spontanément, sans apprentissage et même sans mots.</p> <p>Ce travail montre donc comment utiliser les méthodes puissantes de la linguistique moderne sur des supports autres que la langue. L’étude de ces matériaux non linguistiques peut permettre de comprendre les origines cognitives d’inférences variées, des origines qui vont au-delà des mots.<br /><br /> L'Université de New-York a également publié <a href="https://www.nyu.edu/about/news-publications/news/2019/april/meaning-without-words--gestures-and-visual-animations-reveal-cog.html">un communiqué de presse</a> sur ces résultats (en anglais).</p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_0g1ocax"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_0g1ocax">1.</a> Philippe Schlenker, chercheur du CNRS à l’Institut Jean-Nicod, est également Global Distinguished Professor à l'Université de New York (NYU)</li> <li class="footnote" id="footnote2_s5jgy46"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_s5jgy46">2.</a> L’Institut Jean-Nicod est un centre EHESS</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Linguistic inferences without words.</strong> Lyn Tieu, Philippe Schlenker et Emmanuel Chemla. <em>PNAS</em>, le 24 avril 2019. DOI : 10.1073/pnas.1821018116</p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/182" hreflang="fr">INSHS</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Thu, 25 Apr 2019 08:19:50 +0000 fmaginiot 3805 at http://www.cnrs.fr Les Français habitant à proximité d’un parc naturel sont plus écolos que les autres http://www.cnrs.fr/fr/les-francais-habitant-proximite-dun-parc-naturel-sont-plus-ecolos-que-les-autres <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Les Français habitant à proximité d’un parc naturel sont plus écolos que les autres</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>pdacher</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 18/04/2019 - 23:24</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Victor Cazalis</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><strong>Les Français qui résident à proximité d’un parc naturel se comportent de manière plus écologique que les autres. C’est ce que révèlent des scientifiques du CNRS et de l’Université de Montpellier<a class="see-footnote" id="footnoteref1_sqzs6q0" title="Les scientifiques appartiennent à deux laboratoires français, le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (Université de Montpellier/CNRS/Université Paul Valéry Montpellier/EPHE/IRD) et le Centre d'écologie et des sciences de la conservation (CNRS/MNHN/Sorbonne Université)." href="#footnote1_sqzs6q0">1</a> dans une étude à paraître le 25 avril 2019 dans la revue <em>Biological Conservation</em>. L’impact direct des aires protégées sur les comportements pro-environnementaux des personnes qui y vivent est ainsi prouvé pour la première fois. Selon les scientifiques, les parcs naturels permettraient de préserver le lien entre humains et nature. Des résultats qui encouragent ces aires protégées à poursuivre leurs actions de sensibilisation, et chaque citoyen à se questionner sur son rapport à la nature.</strong></span></span></span></p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_sqzs6q0"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_sqzs6q0">1.</a> Les scientifiques appartiennent à deux laboratoires français, le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (Université de Montpellier/CNRS/Université Paul Valéry Montpellier/EPHE/IRD) et le Centre d'écologie et des sciences de la conservation (CNRS/MNHN/Sorbonne Université).</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Société</div> <div class="field__item">Biodiversité</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CP_ParcNaturel%20VF_0.pdf" type="application/octet-stream; length=184822" title="CP_ParcNaturel VF.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse : <span>(180.49 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/CP%20Cazalis%20photo%201.%20Cr%C3%A9dit%20Antoine%20Bel.JPG?itok=MsikPi7S" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">Les parcs naturels, ici le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, stimulent l’adoption de comportements pro-environnementaux en permettant à leurs habitants un contact privilégié avec la nature.Antoine Bel</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-placedisplayed field--type-string field--label-hidden field__item">Paris<span class="field_suffix">, </span> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-24T22:01:00Z" class="datetime">25 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span>Quel est l’effet des parcs naturels sur les comportements des Français vis-à-vis de la nature ? Pour répondre à cette question, des scientifiques ont étudié trois indicateurs de la conscience écologique de la population : le score réalisé dans chaque municipalité de France métropolitaine par des candidats écologistes à diverses élections, le soutien aux associations environnementales (WWF et la Ligue pour la protection des oiseaux, LPO) et la participation au programme de sciences participatives « Oiseaux des jardins » du Muséum national d'Histoire naturelle et de la LPO. Ces trois paramètres sont considérés comme des indicateurs sérieux pour analyser les comportements environnementaux d’une population à l’échelle nationale. </span></span></span></p> <p><span><span><span>Résultat : les Français ont des comportements plus écologiques que la moyenne lorsqu’ils habitent à proximité ou dans un parc naturel, qu’il soit national ou régional. Plus précisément, le score des candidats écologistes est en moyenne 31 % plus élevé dans une commune située dans un parc naturel que dans une ville située à 100 km du parc le plus proche, et le nombre d’adhérents à la LPO y est deux fois plus important. D’autres facteurs peuvent influer sur ces comportements : plus une municipalité présente une population importante et au salaire moyen élevé, plus les comportements pro-environnementaux y sont importants, et le nombre de retraités dans une commune. En effet, phénomène étonnant, une ville comportant beaucoup de retraités présente des scores plus élevés d’adhésion aux associations et de participation au suivi du programme de sciences participatives mais dépouille une plus faible proportion de bulletins verts que les municipalités dont la population est en moyenne plus jeune.</span></span></span></p> <p><span><span><span>Selon les auteurs, l’influence des parcs naturels s’explique d’abord par le fait que leurs paysages sont plus sauvages qu’ailleurs, ce qui stimule l’intérêt et la sensibilité à la nature de leurs habitants. Mais pas seulement… Il existe un impact direct des parcs, démontré ici pour la première fois à l’échelle d’un pays, sur les comportements pro-environnementaux des personnes y habitant, en raison probablement de leurs actions de sensibilisation vers le grand public (sorties nature, panneaux explicatifs, conférences…). </span></span></span></p> <p><span><span><span>Identifier les facteurs nécessaires à l’émergence de comportements pro-environnementaux est de première importance dans une société qui doit réduire son impact environnemental. Tout en invitant chaque citoyen à se questionner sur son rapport à la nature, ces résultats encouragent les parcs naturels à poursuivre et à développer leurs actions de sensibilisation. Les scientifiques souhaitent désormais affiner leurs analyses en évaluant si des différences de comportement se font jour en fonction du type d’élément paysager considéré (montagne, pâturage, distance aux métropoles…). </span></span></span></p> <figure><img alt="Les parcs naturels" data-entity-type="file" data-entity-uuid="a1a754b2-afd0-4d1c-9fcc-af673a64c8ad" src="/sites/default/files/inline-images/CP%20Cazalis%20photo%201.%20Cr%C3%A9dit%20Antoine%20Bel-LIGHT.JPG" /><figcaption>Les parcs naturels, ici le parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises, stimulent l’adoption de comportements pro-environnementaux en permettant à leurs habitants un contact privilégié avec la nature.<br /> Crédit : Antoine Bel</figcaption></figure><figure><img alt="Les parcs naturels" data-entity-type="file" data-entity-uuid="5e75ac14-486a-4ddc-bca7-87a3cdcbd66f" src="/sites/default/files/inline-images/CP%20Cazalis%20photo%202.%20Cr%C3%A9dit%20Victor%20Cazalis-LIGHT.JPG" /><figcaption>Les parcs naturels, ici le parc national des Cévennes, en entreprenant des actions de sensibilisation (panneaux, conférences, sorties…), augmentent la connaissance et la sensibilité à la nature des habitants et induisent une augmentation des comportements pro-environnementaux.  Crédit : Victor Cazalis</figcaption></figure><p> </p></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><span><strong>Are protected areas effective in conserving human connection with nature and enhancing pro-environmental </strong><strong>behaviours</strong><strong>? </strong>Victor Cazalis, Anne-Caroline Prévot, <em>Biological Conservation, </em>le 25 avril 2019. DOI : 10.1016/j.biocon.2019.03.012</span></span></span></span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> </div> </div> Thu, 18 Apr 2019 21:24:12 +0000 pdacher 3794 at http://www.cnrs.fr Un jeu vidéo pour aider la recherche sur Alzheimer http://www.cnrs.fr/fr/un-jeu-video-pour-aider-la-recherche-sur-alzheimer <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Un jeu vidéo pour aider la recherche sur Alzheimer</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>aagullo</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven 19/04/2019 - 13:38</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Alexiane Agullo </a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Antoine Coutrot</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Sea Hero Quest est un jeu vidéo d’orientation spatiale accessible sur téléphone portable, tablette, et en réalité virtuelle, développé par des scientifiques du CNRS, de l’University College London et de l’University of East Anglia (Royaume-Uni). Depuis sa mise en service en mai 2016, il a permis de capturer les stratégies de navigation spatiale de plus de 4 millions de joueurs de tous les pays du monde. Une nouvelle étude utilisant les données issues de ce jeu vidéo, publiée le 23 avril 2019 dans <em>PNAS</em>, a montré qu’une mauvaise orientation spatiale permettrait d’aider au diagnostic précoce de la maladie d'Alzheimer, avant même l’apparition des premiers signes cliniques.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Informatique</div> <div class="field__item">Neurosciences</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CP_SHQ_VFweb.pdf" type="application/octet-stream; length=303459" title="CP_SHQ_VFweb.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(296.35 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/map.jpg?h=ecb755bd&amp;itok=RLENqRnT" width="290" height="290" alt="#" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Diana Quach</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Numérique</div> <div class="field__item">Santé</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-24T06:00:00Z" class="datetime">24 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Comment nous orientons-nous dans l'espace ? Pourquoi est-ce que je me perds tout le temps alors que mon ami jamais ? Plus généralement, pourquoi le sens de l’orientation varie-t-il tant au sein de la population ? Est-ce lié à des caractéristiques innées, génétiques, ou bien modulé par des facteurs culturels ? Pour répondre à ces questions, Antoine Coutrot, chercheur du CNRS au Laboratoire des sciences du numérique à Nantes (CNRS/Ecole centrale de Nantes/Université de Nantes/IMT Atlantique) et ses collègues anglais de l’University College London et de l’University of East Anglia ont développé un jeu vidéo qui a jusqu’à présent rassemblé 4 millions de joueurs. Les stratégies mises en place pour réussir les différentes quêtes proposées par le jeu représentent aujourd’hui l’équivalent de 10 000 ans de données recueillies en laboratoires par des moyens expérimentaux traditionnels.</p> <p>Mais comment être certain que la réussite des joueurs dépend bien de leur capacité à s’orienter dans l’espace et non de leur habileté à utiliser un téléphone portable ou de leur habitude à jouer aux jeux vidéo ? Pour confirmer leur hypothèse de départ, les chercheurs ont d’abord comparé les performances d’orientation de volontaires, hommes et femmes de tous âges, dans le monde réel et dans le monde virtuel, à Paris et à Londres. Leurs résultats, publiés dans un premier article dans PLOS ONE, valident leur hypothèse : les performances d’orientation virtuelle et dans le monde réel sont fortement corrélées.</p> <p>Une fois établi l’intérêt du jeu vidéo pour l’évaluation de capacités d’orientation, les scientifiques ont ensuite comparé les performances de joueurs de Sea Hero Quest à celles de personnes non démentes mais ayant une plus grande probabilité de développer la maladie d’Alzheimer car porteurs de l’allèle 4 du gène APOE<a class="see-footnote" id="footnoteref1_gqtwuas" title="25 % de la population sont porteurs de cet allèle et ils ont quatre fois plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer. Voir notamment l’étude : Strittmatter et al. &quot;Apolipoprotein E: high-avidity binding to beta-amyloid and increased frequency of type 4 allele in late-onset familial Alzheimer disease.&quot; Proceedings of the National Academy of Sciences 90.5 (1993): 1977-1981." href="#footnote1_gqtwuas">1</a>. Pour ces derniers, testés en laboratoire, les scores à des questionnaires neuropsychologiques classiques sont normaux. Cependant, la comparaison de leurs performances à celles de joueurs de Sea Hero Quest de même âge, sexe et pays a mis en évidence des changements dans les habitudes de navigation avant même l'apparition des symptômes cliniques de la maladie d’Alzheimer.</p> <p>Ces résultats démontrent pour la première fois comment l'évaluation cognitive numérique à grande échelle pourrait être prometteuse pour la détection précoce de la maladie d'Alzheimer et aider au dépistage personnalisé de cette maladie chez des individus n’ayant pas encore de symptômes cliniques.</p> <p><em>Retrouvez un article dédié à ces recherches <a href="https://lejournal.cnrs.fr/articles/un-jeu-video-pour-detecter-alzheimer">sur CNRS Le Journal</a>.</em></p> <figure><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="c377567f-4afd-4138-8176-d1034f3e6c12" src="/sites/default/files/inline-images/map_web.jpg" /><figcaption>Image d’illustration du jeu vidéo Sea Hero Quest. Le joueur, après avoir mémorisé la carte du niveau, doit naviguer le plus rapidement possible vers les bouées (points 1 à 3).<br /> © Diana Quach</figcaption></figure><p> </p> <figure><img alt="#" data-entity-type="file" data-entity-uuid="05279df9-1ece-499e-8a43-8cb8847f2dd7" src="/sites/default/files/inline-images/montage_web_1.jpg" /><figcaption>Visuels issus de Sea Hero Quest et de l’expérimentation publiée dans <em>PLOS ONE</em>.<br /> © <strong>Virtual navigation tested on a mobile app is predictive of real-world wayfinding navigation performance</strong>. Coutrot, A et al. <em>PLOS ONE</em>, le 18 mars 2019. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0213272</figcaption></figure><p>Deux vidéos sont disponibles auprès d’Alexiane Agullo (presse@cnrs.fr) : une vidéo de la superposition de 1 000 trajectoires pour un niveau donné du jeu (© Ed Manley, University College London) et une vidéo d’illustration des tâches publiées dans l’article de <em>PLOS ONE</em> (© <strong>Virtual navigation tested on a mobile app is predictive of real-world wayfinding navigation performance</strong>. Coutrot, A et al. <em>PLOS ONE</em>, le 18 mars 2019. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0213272)</p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_gqtwuas"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_gqtwuas">1.</a> 25 % de la population sont porteurs de cet allèle et ils ont quatre fois plus de risque de développer la maladie d’Alzheimer. Voir notamment l’étude : Strittmatter et al. "Apolipoprotein E: high-avidity binding to beta-amyloid and increased frequency of type 4 allele in late-onset familial Alzheimer disease." Proceedings of the National Academy of Sciences 90.5 (1993): 1977-1981.</li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Impact of Sex and APOE Status on Spatial Navigation in Pre-symptomatic Alzheimer’s disease</strong>. Coughlan G., Coutrot A., Khondoker M., Minihane A., Spiers H., Hornberger M. <em>PNAS</em>, le 23 avril 2019.</p> <p><strong>Virtual navigation tested on a mobile app is predictive of real-world wayfinding navigation performance</strong>. Coutrot, A., Schmidt, S., Coutrot, L., Pittman, J., Hong, L., Wiener, J. M., Hölscher, C., Dalton, R.C., Hornberger, M., Spiers, H. J. <em>PLOS ONE</em>, le 18 mars 2019. DOI : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0213272<br />  </p> <p> </p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/180" hreflang="fr">INS2I</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Fri, 19 Apr 2019 11:38:58 +0000 aagullo 3800 at http://www.cnrs.fr Première mondiale, l’instrument français SEIS détecte un tremblement martien http://www.cnrs.fr/fr/premiere-mondiale-linstrument-francais-seis-detecte-un-tremblement-martien <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Première mondiale, l’instrument français SEIS détecte un tremblement martien</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar 23/04/2019 - 11:30</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Raphaël Sart</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Le 19 décembre 2018, l’atterrisseur de la NASA, InSight, déposait le sismomètre français, SEIS, sur la surface de Mars. Le 6 avril 2019, 128<sup>ème</sup> jour martien de la mission, un signal sismique faible mais distinct a été détecté, semblable aux signaux sismiques captés à la surface de la Lune lors des missions Apollo.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CPCNES-SeismeMarsopti.pdf" type="application/octet-stream; length=730106" title="CPCNES-SeismeMarsopti.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(712.99 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/CPCNES-SeismeMars-VIGN.jpg?h=5681aac5&amp;itok=sO9CqM47" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© InSight/NASA</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Univers</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-23T16:01:00Z" class="datetime">23 avril 2019</time> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Tue, 23 Apr 2019 09:30:19 +0000 fmaginiot 3802 at http://www.cnrs.fr Risques telluriques en France : les scientifiques font le point http://www.cnrs.fr/fr/risques-telluriques-en-france-les-scientifiques-font-le-point <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Risques telluriques en France : les scientifiques font le point </span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>vetienne</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">mar 09/04/2019 - 12:12</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Véronique Etienne</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Julien Guillaume</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Christelle Voisin</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p class="text-align-center"><span><span><span><span><strong>Conférence de presse<br /> Mardi 23 avril 2019 de 15h à 17h </strong>(accueil à partir de 14h45)<br /><strong>Siège du CNRS</strong>,<strong> </strong>3 rue Michel-Ange – 75016 Paris<br /> (M° 9 ou 10, station Michel-Ange Auteuil)</span></span></span></span></p> <p><span><span><span><strong>Tremblements de terre, volcans, glissements de terrain… la France n’échappe pas à ces phénomènes telluriques. Depuis plusieurs mois, la Soufrière connaît un changement de régime et Mayotte des essaims de séismes<a class="see-footnote" id="footnoteref1_snxni9i" title="Lire notre communiqué du 22 février 2019 : &lt;a href=&quot;http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-lance-une-campagne-dobservation-de-lactivite-sismique-mayotte&quot;&gt;Le CNRS lance une campagne d’observation de l’activité sismique à Mayotte&lt;/a&gt;" href="#footnote1_snxni9i">1</a>, tandis que le piton de la Fournaise est redevenu très actif depuis une vingtaine d’années. Le retrait progressif des glaciers alpins, quant à lui, intensifie les éboulements rocheux. Un groupe de chercheurs coordonné par le CNRS a mené un état des lieux de ces phénomènes, ainsi qu’une réflexion sur les questions d’alerte, de responsabilité et de communication. Une conférence de presse à Paris le 23 avril a permis de faire le point, en amont de la parution d’un ouvrage chez CNRS Editions le 2 mai. Il est possible de la revoir <a href="https://youtu.be/NcK1CpZrALQ">sur la chaîne YouTube du CNRS</a>.</strong></span></span></span></p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_snxni9i"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_snxni9i">1.</a> Lire notre communiqué du 22 février 2019 : &lt;a href="http://www.cnrs.fr/fr/le-cnrs-lance-une-campagne-dobservation-de-lactivite-sismique-mayotte"&gt;Le CNRS lance une campagne d’observation de l’activité sismique à Mayotte&lt;/a&gt;</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Risques naturels</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/DP%20risques%20telluriques_web.pdf" type="application/octet-stream; length=705453" title="DP risques telluriques_web.pdf" target="_blank">Télécharger le dossier de presse <span>(688.92 Ko)</span></a> </div> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/Extraits_Quand%20la%20Terre%20tremble_CNRS%20Ed.pdf" type="application/octet-stream; length=348048" title="Extraits_Quand la Terre tremble_CNRS Ed.pdf" target="_blank">Télécharger des extraits du livre <span>(339.89 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/cnrs_20150001_1709.jpg?h=0fe168a2&amp;itok=3vV6I4Qd" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Thibaut VERGOZ/UMS-IPGP / CNRS Photothèque</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Dossier de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Terre</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-23T13:00:00Z" class="datetime">23 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span>A la suite du séisme de l’Aquila (Italie), en 2009, des sismologues italiens ont été condamnés en première instance à une peine de prison ferme, accusés de n’avoir pas su prévoir les événements<a class="see-footnote" id="footnoteref2_9284shq" title="Ils ont finalement été acquittés en appel en 2014." href="#footnote2_9284shq">2</a>. Les géophysiciens travaillant en France sur les risques telluriques se sont alors interrogés sur le degré de préparation de leur communauté scientifique en cas de catastrophe majeure survenant dans l’Hexagone ou en Outre-mer. S’est ainsi fait jour la nécessité d’établir un bilan complet de l’état des connaissances de ces processus géologiques et des moyens mis en œuvre pour l’observation, la recherche, la surveillance et la prévision des catastrophes telluriques en France.</span></span></span></p> <p><span><span><span>Dans quels contextes surviennent les séismes, éruptions volcaniques et glissements de terrain ? Dans quelle mesure peut-on les prévoir ? Quelles sont les zones géographiques les plus concernées dans notre pays ? Les chercheurs ont une mission d’observation, mais qui déclenche l’alerte ? Quelles autorités informer, quelles chaînes de décision, quelles responsabilités ? Qui décide d’une situation de crise, et sur quels critères ? Quand et comment informer le public ? Un groupe de volcanologues, sismologues et géophysiciens, coordonné par l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS, s’est emparé de ces questions et livre aujourd’hui les recommandations de la communauté scientifique. </span></span></span></p> <p><span><span><span>Une conférence de presse le mardi 23 avril à 15h au siège du CNRS réunissait certains de ces chercheurs :</span></span></span></p> <ul><li><span><span><span>Eric Humler, directeur adjoint scientifique à l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS, sur l’origine du projet et le rôle du CNRS.</span></span></span></li> <li><span><span><span>Jérôme Vergne, sismologue à l’Institut de physique du globe de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg),sur la sismicité et l</span></span></span><span><span><span>es risques associés.</span></span></span></li> <li><span><span><span>Claude Jaupart, volcanologue à l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP), sur les phénomènes et risques volcaniques et gravitaires. </span></span></span></li> <li><span><span><span>Bertrand Delouis, sismologue au laboratoire Géoazur (CNRS/Université Nice Sophia Antipolis/IRD/ Observatoire de la Côte d’Azur), sur les situations de crise.</span></span></span></li> </ul><p> </p> <p>Revoir la conférence de presse : <span><span><span><a href="https://youtu.be/NcK1CpZrALQ">https://youtu.be/NcK1CpZrALQ</a></span></span></span></p> <p>Lire un article de CNRS le Journal sur le sujet : <a href="https://lejournal.cnrs.fr/articles/lorsque-la-terre-tremble-la-science-aux-avant-postes">Lorsque la Terre tremble : la science aux avant-postes</a></p> <p>Télécharger <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/DP%20risques%20telluriques_web.pdf">le dossier de presse</a>.</p> <p>Télécharger <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/Extraits_Quand%20la%20Terre%20tremble_CNRS%20Ed.pdf">des extraits du livre "Quand la Terre tremble"</a> (voir ci-dessous).</p> <p> </p> <p><span><span><span><strong>À paraître chez CNRS Editions</strong></span></span></span></p> <p><img alt="couverture du livre. " data-entity-type="file" data-entity-uuid="a45fffaf-7ca6-4bb2-898e-a8550dbe2e25" src="/sites/default/files/inline-images/12467-Quand%20la%20Terre%20tremble_web_0.jpg" /></p> <p><span><span><span><span><strong><span>Quand la Terre tremble. </span></strong><span>Séismes, éruptions volcaniques et glissements de terrain en France</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>Un ouvrage collectif coordonné par Christiane Grappin et Éric Humler, écrit par Pierre Agrinier, Patrick Bachèlery, Pascal Bernard, Bertrand Delouis, Jacques Déverchère, Jean-Robert Grasso, Claude Jaupart, Jérôme Vergne, Christophe Vigny.</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>CNRS Editions, en librairie à partir du 2 mai 2019.</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>264 pages – 24 € </span></span></span></span></span></p> <p><span><span>En savoir plus : <a href="http://www.cnrseditions.fr/sciences/7848-quand-la-terre-tremble.html">www.cnrseditions.fr/sciences/7848-quand-la-terre-tremble.html</a><em> </em></span></span></p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote2_9284shq"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_9284shq">2.</a> Ils ont finalement été acquittés en appel en 2014.</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/cnrs-editions" hreflang="fr">CNRS Editions</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Tue, 09 Apr 2019 10:12:08 +0000 vetienne 3726 at http://www.cnrs.fr Les secousses géomagnétiques enfin reproduites et expliquées http://www.cnrs.fr/fr/les-secousses-geomagnetiques-enfin-reproduites-et-expliquees <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Les secousses géomagnétiques enfin reproduites et expliquées</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 18/04/2019 - 10:01</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Julien Aubert</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Le champ magnétique de la Terre connaît des anomalies imprévisibles, rapides et intenses appelées secousses géomagnétiques. Les mécanismes à l’origine de ce phénomène restaient mystérieux jusqu’aux récents travaux d’un chercheur du CNRS à l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/IGN/Université de Paris). Avec un collègue au Danemark, et grâce aux supercalculateurs du Grand équipement national de calcul intensif (GENCI), ils sont parvenus à modéliser informatiquement et expliquer l’apparition de ces secousses géomagnétiques. Leurs travaux sont publiés dans <em>Nature Geoscience</em> le 22 avril 2019.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Calcul intensif</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CPCNRS-secoussesmagn%C3%A9tiques-FRweb.pdf" type="application/octet-stream; length=394797" title="CPCNRS-secoussesmagnétiques-FRweb.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(385.54 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/viz.jpg?itok=wlI-qHHC" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Aubert et al./IPGP/CNRS Photothèque</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Terre</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-22T15:00:00Z" class="datetime">22 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Initialement décrites en 1978, les secousses géomagnétiques sont des événements imprévisibles, qui accélèrent brutalement l’évolution du champ magnétique terrestre et faussent les prédictions de celui-ci à l’échelle de quelques années. Or, notre champ magnétique entre en jeu dans de nombreuses activités humaines, de la détermination du cap dans les téléphones mobiles au vol des satellites à basse altitude. Il est donc fondamental de pouvoir prédire son évolution avec précision. Seulement, les secousses géomagnétiques posent problème aux géophysiciens depuis plus de quarante ans.</p> <p>Le champ magnétique de la Terre est produit par la circulation de la matière à l’intérieur de son noyau métallique à partir de l’énergie libérée lors du refroidissement de ce noyau. Les chercheurs connaissent deux types de mouvement donnant naissance à deux types de variations du champ magnétique : celles issues du mouvement lent de convection, que l’on peut relever à l’échelle d’un siècle, et celles issues des ondes hydromagnétiques « rapides », détectables à l’échelle de quelques années. On soupçonnait que ces dernières pouvaient jouer un rôle dans les secousses mais l’interaction de ces ondes avec la convection lente ainsi que leur mécanisme de propagation et d’amplification restaient à élucider.</p> <p>Aussi, pour résoudre ce mystère, Julien Aubert de l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/IGN/Université de Paris) a développé avec un collègue de l’Université technique du Danemark (DTU) une simulation informatique s’approchant au plus près des conditions physiques de notre noyau. Nécessitant l’équivalent de 4 millions d’heures de calcul, cette simulation a pu être réalisée grâce aux supercalculateurs du GENCI.</p> <p>Les chercheurs ont ainsi pu reproduire la succession d’évènements qui mène aux secousses géomagnétiques. Dans la simulation, celles-ci naissent à partir d’ondes hydromagnétiques émises en profondeur. Alors que ces ondes approchent de la surface du noyau, elles sont focalisées et amplifiées pour donner lieu à des perturbations magnétiques en tout point comparables aux secousses observées.</p> <p>La reproduction numérique et la compréhension de ces secousses ouvrent la voie vers une meilleure prédiction du champ magnétique terrestre. Par ailleurs, préciser les origines des variations du champ magnétique pourra également servir aux géophysiciens pour étudier les propriétés physiques du noyau de la Terre et de son manteau profond.</p> <p>Ce projet de recherche a été financé par la Fondation Simone et Cino Del Duca de l’Institut de France, qui au travers d’une de ses subventions scientifiques soutient la recherche fondamentale en sciences de la Terre.</p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="cd27c421-7981-4462-ae7c-5897273e5289" src="/sites/default/files/inline-images/viz2.jpg" /><figcaption><strong>Visualisation de l’intérieur du noyau terrestre, tel que modélisé dans la simulation numérique (vue du plan équatorial et d’une surface sphérique près de la graine solide, depuis le pôle Nord). Les lignes de force du champ magnétique (en orange) sont étirées par la convection turbulente (en bleu et rouge). Les ondes hydromagnétiques sont émises depuis l’intérieur du noyau et se propagent le long des lignes de force du champ, jusqu’à la surface du noyau où elles se focalisent pour créer des secousses géomagnétiques.</strong><br /> © Aubert et al./IPGP/CNRS Photothèque</figcaption></figure><p><a href="https://webcast.in2p3.fr/player/5cb5b5a254e95?autostart=true">Visualisations de l’accélération des mouvements du noyau (première moitié de la vidéo)des panaches de convection (seconde moitié de la vidéo)</a><br /><strong>La secousse géomagnétique survient au temps 0 : elle est d’abord produite par le relâchement rapide d’un panache convectif (« buoyancy release »), suivie de l’émission d’ondes (« waves »). Ces ondes montent rapidement, elles se focalisent (« focusing »). La focalisation se produit à cause de la sphéricité de la frontière noyau-manteau, qui comprime les colonnes de fluides portant les ondes.</strong><br /> © Aubert et al./IPGP/CNRS Photothèque</p> <p> </p></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><span><strong>Geomagnetic jerks and rapid hydromagnetic waves focusing at Earth’s core surface.</strong> Julien Aubert et Christopher C. Finlay. <em>Nature Geoscience</em>, le 22 avril 2019. </span></span></span></span> <span>DOI : 10.1038/s41561-019-0355-1</span></p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/institut-de-physique-du-globe-de-paris-ipgp" hreflang="fr">Institut de physique du globe de Paris (IPGP)</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/genci" hreflang="fr">GENCI</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/universite-de-paris" hreflang="fr">Université de Paris</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Thu, 18 Apr 2019 08:01:09 +0000 fmaginiot 3788 at http://www.cnrs.fr Le blob absorbe les substances pour les mémoriser http://www.cnrs.fr/fr/le-blob-absorbe-les-substances-pour-les-memoriser <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Le blob absorbe les substances pour les mémoriser</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>msantos</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 18/04/2019 - 14:26</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Maxime Dos Santos</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Audrey Dussutour</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>En 2016 des scientifiques du CNRS ont démontré que le blob (<em>Physarum polycephalum</em>), un organisme unicellulaire dépourvu de système nerveux, pouvait apprendre à ne plus craindre une substance inoffensive mais aversive et qu’il pouvait transmettre cette connaissance à ses semblables. Dans une nouvelle étude, une équipe du CNRS et de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier a montré quel était le support de cette « mémoire » … et il s’agirait en réalité de la substance aversive elle-même ! Ces résultats sont publiés dans une édition spéciale de la revue<em> Philosophical Transaction of the Royal Society B </em>le 22 avril 2019</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Micro-organismes</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/Le%20blob%20absorbe%20les%20substances%20pour%20les%20m%C3%A9moriser.pdf" type="application/octet-stream; length=334162" title="Le blob absorbe les substances pour les mémoriser.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(326.33 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/blob.png?itok=d3ciTuyo" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© David Villa / CNRS Photothèque</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-21T22:01:00Z" class="datetime">22 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Le blob est un organisme unicellulaire complexe mais dépourvu de système nerveux. Celui-ci est capable d’emmagasiner une connaissance et de la transmettre à ses congénères mais la manière dont il procède demeurait un mystère. Des chercheuses et chercheurs du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/UT3 Paul Sabatier)<sup><a class="see-footnote" id="footnoteref1_wb7o2rm" title="Le Centre de recherche sur la cognition animale fait partie du Centre de biologie intégrative (CNRS/UT3 Paul Sabatier) " href="#footnote1_wb7o2rm">1</a></sup> viennent de montrer que le blob apprend à tolérer une substance en l’absorbant.</p> <p>Cette découverte découle d’une observation : les blobs s’échangent de l’information seulement lorsque leurs réseaux veineux fusionnent. Dans ce cas-là, la connaissance circule-t-elle au travers de ces veines ? Dès lors, la substance à laquelle le blob s’habitue constitue-t-elle le support de sa « mémoire » ?</p> <p>Dans un premier temps l’équipe de scientifiques a entrainé des blobs à traverser des environnements salés pendant six jours dans le but de les habituer au sel. Par la suite, elle a évalué la concentration en sel au sein de ces blobs : ceux-ci en contenaient dix fois plus que les blobs « naïfs ». Les chercheurs les ont alors placés dans un environnement neutre et ont observé qu’ils excrétaient le sel qu’ils contenaient au bout de deux jours, perdant de fait « la mémoire ». Cette expérience semblait donc indiquer un lien entre la concentration de sel au sein de l’organisme et la « mémoire » de l’apprentissage.</p> <p>Pour aller plus loin et confirmer cette hypothèse, les scientifiques ont introduit dans des blobs naïfs la « mémoire » de l’habituation au sel en en injectant directement dans leurs organismes. Deux heures après, les blobs ne se comportaient plus comme des naïfs mais comme des blobs ayant subi un entrainement de six jours.</p> <p>Lorsque les conditions environnementales se détériorent, les blobs sont capables d’entrer dans un état de dormance. Les chercheurs ont démontré qu’un mois après être entrés dans cet état, les blobs conservaient leur habituation au sel. Les blobs stockent en effet le sel absorbé pendant la phase de dormance et conservent ainsi la connaissance sur le long terme.</p> <p>Les résultats de cette étude prouvent que la substance aversive pourrait constituer le support de la « mémoire » du blob. Les chercheurs essayent maintenant de comprendre si le blob peut mémoriser plusieurs substances aversives en même temps et dans quelle mesure il est capable de s’y habituer.</p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="b54ca3cb-85c3-40de-8d4e-8f3b9c40e630" src="/sites/default/files/inline-images/blob.png" /><figcaption><strong>Fusion des réseaux veineux de deux blobs</strong><br /> © David Villa / CNRS Photothèque</figcaption></figure><p> </p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_wb7o2rm"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_wb7o2rm">1.</a> Le Centre de recherche sur la cognition animale fait partie du Centre de biologie intégrative (CNRS/UT3 Paul Sabatier) </li> </ul> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Memory inception and preservation in slime moulds : the quest for a common mechanism</strong>. A. Broussard, J. Delescluse, A. Pérez-Escudero et A. Dussutour. <em>Philosophical Transactions of the Royal Society B</em> le 22 avril 2019.</p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-partners field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/universite-toulouse-iii-paul-sabatier" hreflang="fr">Université Toulouse III - Paul Sabatier</a></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> </div> </div> Thu, 18 Apr 2019 12:26:05 +0000 msantos 3792 at http://www.cnrs.fr Invitation presse – Conférence internationale « Biodiversité : état des lieux et enjeux scientifiques » http://www.cnrs.fr/fr/invitation-presse-conference-internationale-biodiversite-etat-des-lieux-et-enjeux-scientifiques <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Invitation presse – Conférence internationale « Biodiversité : état des lieux et enjeux scientifiques »</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>pdacher</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">ven 19/04/2019 - 12:21</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong><span><span><span><span>Conférence (en anglais) - Jeudi 25 et vendredi 26 avril au CNRS (Paris 16<sup>e</sup>)</span></span></span></span></strong></p> <p><span><span><span><span>Auditorium du siège du CNRS de 9h30 à 17h</span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span>3, rue Michel-Ange, Paris 16<sup>e</sup>  </span>- Métro : Michel-Ange Auteuil (lignes 9, 10)</span></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biodiversité</div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Biodiversite_0.jpg?itok=Y48cS4WL" width="290" height="290" alt="IPBES" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc"></div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Invitation presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Environnement</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-placedisplayed field--type-string field--label-hidden field__item">Paris<span class="field_suffix">, </span> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-19T11:30:00Z" class="datetime">19 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><span>À Paris, du 29 avril au 4 mai, se déroulera la 7<sup>e</sup> réunion plénière de la Plateforme sur la biodiversité et les services écosystémiques (Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services, IPBES), aussi surnommé « le Giec de la biodiversité », qui y présentera sa première synthèse mondiale. Depuis sa création en 2012, l’IPBES a clarifié les défis liés à la biodiversité et mis en évidence la pertinence des connaissances scientifiques dans les prises de décision politiques. Cette instance internationale, qui mobilise des centaines de scientifiques du monde entier, parmi lesquels un grand nombre de chercheuses et chercheurs du CNRS, a également accompagné des changements conceptuels majeurs. </span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span>En amont de cet événement, le CNRS organise une conférence internationale (en anglais) les 25 et 26 avril 2019, pour échanger sur les enjeux scientifiques relatifs à la biodiversité, en partenariat avec la Fédération pour la recherche sur la biodiversité (FRB) et le </span><a href="http://www.cesab.org/index.php/fr/"><span>Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité</span></a><span>. Faire le point sur les avancées dans ce domaine et apporter des pistes de réflexion novatrices font partie des objectifs de ces deux journées, organisées en demi-journées thématiques.</span></span></span></span></p> <p><span><span><span><strong><u><span>Jeudi 25 avril</span></u></strong></span></span></span></p> <ul><li><span><span><span><span>9h30 à 12h30 : <em>Invasions biologiques : entre déni scientifique et méconnaissances du public, quelles réponses apporter ?</em> Frédérique VIARD (CNRS), Franck COURCHAMP (CNRS)</span></span></span></span></li> <li><span><span><span><span>14h à 17h : <em>Savoirs locaux et autochtones dans les évaluations de l’IPBES et au-delà : contributions au bien-être local et mondial</em> Yildiz AUMEERUDDY-THOMAS (CNRS), Margareta TENGBERG (MNHN)</span></span></span></span></li> </ul><p><span><span><span><strong><u><span>Vendredi 26 avril</span></u></strong></span></span></span></p> <ul><li><span><span><span><span>9h30 à 12h30 : <em>Forêts bleues et océans verts : une comparaison des propriétés émergentes de ces écosystèmes</em> Jérôme CHAVE (CNRS), Joachim CLAUDET (CNRS)</span></span></span></span></li> <li><span><span><span><span>14h à 17h : <em>Le Centre de synthèse et d’analyse sur la biodiversité (CESAB) : futur et perspectives pour l’analyse de la biodiversité à grande échelle</em> Claire SALOMON (FRB), Nicolas MOUQUET (CNRS) </span></span></span></span></li> </ul><p><span><span><span><span><span>Retrouver le </span><a href="https://biodiv-cnrs.sciencesconf.org/"><span>programme</span></a><span> en intégralité. </span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><strong><span>Inscriptions pour la presse (entrée libre, inscription obligatoire)</span></strong></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>RSVP avant le mercredi 24 avril 2019 à 14h auprès de Priscilla Dacher (priscilla.dacher@cnrs.fr / 01 44 96 46 06).</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><em><span>Attention ! En raison du plan Vigipirate, une pièce d’identité vous sera demandée à l’entrée : CNI, passeport ou permis de conduire.</span></em></span></span></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/178" hreflang="fr">INEE</a></div> </div> </div> Fri, 19 Apr 2019 10:21:19 +0000 pdacher 3798 at http://www.cnrs.fr Face à l’antibiorésistance, une nouvelle arme tueuse de bactéries http://www.cnrs.fr/fr/face-lantibioresistance-une-nouvelle-arme-tueuse-de-bacteries <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Face à l’antibiorésistance, une nouvelle arme tueuse de bactéries</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>aagullo</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 15/04/2019 - 14:51</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Presse Institut Pasteur </a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Samira Techer</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Quand les premiers antibiotiques ont été découverts au début du XXe siècle, la mortalité due aux maladies infectieuses a drastiquement diminué. Mais l’émergence de bactéries multi résistantes, causée par le mésusage des antibiotiques, fait craindre que, d’ici à 2050, ces mêmes maladies redeviennent la première cause de mortalité dans le monde. Pour compléter l’arsenal face à cette menace, des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS et de de l’Universidad Politécnica de Madrid sont parvenus à programmer une structure génétique bactérienne, la rendant capable de tuer spécifiquement les bactéries multi résistantes aux antibiotiques, sans détruire les bactéries bénéfiques à l’organisme. Ce nouvel outil, contrairement à d’autres approches en développement, est associé à un taux minime d’apparition de nouvelles résistances. Ces résultats ont été publiés dans la revue <em>Nature Biotechnology</em>, le 15 avril 2019.</p></div> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Pharmacologie</div> <div class="field__item">Micro-organismes</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CP_Arme_contre_Antibioresistance.pdf" type="application/octet-stream; length=376385" title="CP_Arme_contre_Antibioresistance.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse <span>(367.56 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/Pasteur2.jpg?h=bfd0ad29&amp;itok=4PWE_njC" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Institut Pasteur</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> <div class="field__item">Santé</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-15T15:00:00Z" class="datetime">15 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Engineered toxin-intein antimicrobials can selectively target and kill antibiotic-resistant bacteria in mixed populations. Rocío López-Igual, Joaquín Bernal-Bayard, Alfonso Rodríguez-Patón, Jean-Marc Ghigo and Didier Mazel. <em>Nature Biotechnology</em>, 15 avril 2019. DOI : 10.1038/s41587-019-0105-3</p> <p> </p> <p> </p></div> </div> </div> Mon, 15 Apr 2019 12:51:37 +0000 aagullo 3787 at http://www.cnrs.fr Le Canada, la France et le Royaume-Uni lancent une série d’ateliers de recherche sur les enjeux sociétaux de l’intelligence artificielle http://www.cnrs.fr/fr/le-canada-la-france-et-le-royaume-uni-lancent-une-serie-dateliers-de-recherche-sur-les-enjeux <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Le Canada, la France et le Royaume-Uni lancent une série d’ateliers de recherche sur les enjeux sociétaux de l’intelligence artificielle</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>pdacher</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">lun 15/04/2019 - 10:26</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Priscilla Dacher</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><span><span><span>Le CIFAR, le CNRS et UKRI réalisent un investissement total de 400  000 $ CA afin de réunir des groupes d’experts internationaux, interdisciplinaires et plurisectoriels chargés de réfléchir à l’utilisation responsable de l’intelligence artificielle.</span></span></span></span></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/AI%20%26%20Society%20Workshops_CP-FR_VF.pdf" type="application/octet-stream; length=390499" title="AI &amp; Society Workshops_CP-FR_VF.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse : <span>(381.35 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué de presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Numérique</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-placedisplayed field--type-string field--label-hidden field__item">Toronto<span class="field_suffix">, </span> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-15T10:00:00Z" class="datetime">15 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p><span><span><span><span><span><span><span>Le </span></span></span></span><span><span>CIFAR a lancé, en partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et UK Research and Innovation (UKRI), une série d’ateliers de recherche internationaux dans le cadre de son programme <em>Intelligence artificielle et société </em>afin d’examiner les répercussions économiques, éthiques, politiques et juridiques de l’intelligence artificielle (IA) sur la société.</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>Qu’il s’agisse des assistants numériques ou des véhicules autonomes, les technologies d’intelligence artificielle occupent une place grandissante dans nos vies et soulèvent de vives préoccupations entourant leur développement responsable et éthique. Les nouveaux ateliers de recherche, qui auront lieu de juin 2019 à juin 2020 au Canada, en France et au Royaume-Uni, miseront sur la collaboration internationale afin de mobiliser différents points de vue provenant des sciences sociales, des sciences humaines, du droit, du génie et de l’informatique, de même que de la politique, des affaires et de la société civile. Les équipes interdisciplinaires ainsi formées examineront l’incidence de l’IA sur différents groupes de personnes et secteurs d’activité.</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>Administrés et gérés par le CIFAR, avec le soutien du CNRS et d’UKRI, les ateliers traitent des répercussions mondiales de l’IA sur une foule d’aspects allant des conflits pressentis dans l’Arctique à la confiance de la société dans les systèmes d’IA, en passant par l’incidence de l’IA sur la pratique médicale. Chaque atelier mènera à une publication non universitaire destinée au grand public et aux responsables des politiques des secteurs publics et privés. Les huit ateliers ont fait l’objet d’un processus de sélection rigoureux qui s’est échelonné sur trois mois. Chaque atelier recevra un soutien financier pouvant aller jusqu’à 50 000 <span>$ </span>CA, pour un investissement total de 400 000 $ CA.</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>« <em>La force de ces ateliers réside dans leur vocation interdisciplinaire, internationale et plurisectorielle</em>, » </span></span> <span><span>a expliqué  </span></span><span><span><a href="https://www.cifar.ca/fr/biographie/alan-bernstein"><span><span>Alan Bernstein</span></span></a></span></span><span><span>, président et chef de la direction du CIFAR. « L<em>’IA est en voie d’être adoptée partout dans le monde. Dans ce contexte, il est essentiel que nous élaborions de nouvelles approches pour mesurer l’étendue de ses répercussions sur les personnes, les secteurs et les disciplines. Le CIFAR est ravi de s’associer à des organismes de la France et du Royaume-Uni pour approfondir notre compréhension des enjeux sociétaux de l’IA</em>. »</span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span><span>Cette série d’ateliers est la deuxième organisée sous l’égide du programme <em>Intelligence artificielle et société</em> lancé en 2017 par le CIFAR. Pilier important de la Stratégie pancanadienne en matière d’IA du CIFAR, ce programme jouit d’un octroi de 125 millions de dollars alloué par le gouvernement canadien afin d’assurer le leadership du Canada dans le secteur de la recherche et de l’enseignement en apprentissage automatique.</span></span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span><span>Pour Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, « <em>œuvrer à analyser et à mieux comprendre les répercussions éventuelles d’ordre éthique, sociale, juridique ou économique de l’intelligence artificielle est primordial. Le CNRS est ravi de s’engager aux côtés de CIFAR et d’UKRI pour alimenter la réflexion autour de ces questions</em>. »</span></span></span><br /><br /><span><span>« <em>Le potentiel de l’intelligence artificielle s’étend à tous les domaines de la société et des affaires. C’est pourquoi il est crucial que nous accordions toute l’attention nécessaire aux enjeux éthiques et sociétaux de son utilisation croissant</em>e, » a déclaré sir Mark Walport, directeur général d’UKRI. « <em>Organisés en collaboration avec le CIFAR et le CNRS, les ateliers annoncés aujourd’hui contribueront de façon importante à l’étude des répercussions de l’intelligence artificielle et généreront des connaissances qui éclaireront les décideurs politiques, les entreprises et le public</em>. » </span></span></span></span></span></p> <p><span><span><span><span><span>Consultez </span></span><span><span><a href="https://www.cifar.ca/fr/ia/intelligence-artificielle-et-soci%C3%A9t%C3%A9/appel-international-propositions-d-ateliers-sur-lia-et-la-societe"><span><span>ici</span></span></a></span></span><span><span> la liste complète des ateliers et des équipes de recherche retenues.</span></span></span></span></span></p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/180" hreflang="fr">INS2I</a></div> </div> </div> Mon, 15 Apr 2019 08:26:46 +0000 pdacher 3781 at http://www.cnrs.fr Premiers résultats pour l’ExoMars Trace Gas Orbiter http://www.cnrs.fr/fr/premiers-resultats-pour-lexomars-trace-gas-orbiter <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">Premiers résultats pour l’ExoMars Trace Gas Orbiter</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 11/04/2019 - 12:41</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="field field--name-field-person field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Franck Montmessin</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Forget</a></div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/ESA_ExoMars_First%20results%20from%20the%20Trace%20Gas%20Orbiter_FINAL.pdf" type="application/octet-stream; length=1833514" title="ESA_ExoMars_First results from the Trace Gas Orbiter_FINAL.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(1.75 Mo)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/EXOMARS.png?h=bfdb5346&amp;itok=puKvathI" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© CNRS / Marco Savary</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Alerte presse</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Univers</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-11T10:41:40Z" class="datetime">11 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-body field--type-text-with-summary field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Avec les chercheurs et ingénieurs du CNRS, de l’université Paris Saclay et de Sorbonne Université, et le soutien financier du CNES, les laboratoires français jouent un rôle majeur dans la mission ExoMars Trace Gas Orbiter de l’ESA qui délivre ses premiers résultats ce 10 avril 2019. Ils ont participé à la conception de l’instrument Atmospheric Chemistry Suite (ACS), qui permet la détection de molécules d’eau, de méthane et d’autres composants de l’atmosphère martienne, et joué un rôle majeur dans l’exploitation des données recueillies. Celles-ci forment la base des résultats présentés dans deux articles publiés dans <em>Nature</em> le 10 avril 2019 : l’un d’entre eux conclut à la non-détection de méthane martien et le second étudie l’effet d’une tempête globale sur la vapeur d’eau martienne.</p> <p>Les équipes françaises ayant participé à ces travaux sont membres du Laboratoire « atmosphères, milieux, observations spatiales » (CNRS/Sorbonne Université/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), du Laboratoire de météorologie dynamique (CNRS/ENS Paris/Ecole polytechnique/Sorbonne Université), du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Observatoire de Paris/CNRS/Sorbonne Université/Université Paris Diderot), de l'Institut d'astrophysique spatiale (CNRS/Université Paris-Sud) et du laboratoire Géosciences Paris-Sud (CNRS/Université Paris-Sud).</p> <p><strong><em>Retrouvez les résultats détaillés dans le communiqué de presse de l’ESA disponible en téléchargement dans la colonne de gauche de cette page.</em></strong></p> <figure><img alt="" data-entity-type="file" data-entity-uuid="55b044c8-ec58-485d-83f3-561488f52aee" src="/sites/default/files/inline-images/ESA_ExoMars_TGO%20first%20results_2.jpg" /><figcaption><strong>Un panorama des premiers résultats obtenus par TGO dans sa quête pour mesurer le méthane martien. L’absence de détection s’est traduite en estimation de limites supérieures, limites au-delà de laquelle une détection se produirait. Les valeurs recensées sont de 10 à 100 fois inférieures aux détections passées.</strong><br /> © ESA</figcaption></figure><p> </p></div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/185" hreflang="fr">INSU</a></div> </div> </div> Thu, 11 Apr 2019 10:41:40 +0000 fmaginiot 3772 at http://www.cnrs.fr ChroMS, le cerveau comme il n’avait jamais été vu http://www.cnrs.fr/fr/chroms-le-cerveau-comme-il-navait-jamais-ete-vu <span class="field field--name-title field--type-string field--label-hidden">ChroMS, le cerveau comme il n’avait jamais été vu</span> <span class="field field--name-uid field--type-entity-reference field--label-hidden"><span>fmaginiot</span></span> <span class="field field--name-created field--type-created field--label-hidden">jeu 11/04/2019 - 11:18</span> <div class="content"><a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_decrease"><sup>-</sup>A</a> <a href="javascript:;" class="changer" id="text_resize_increase"><sup>+</sup>A</a><div id="text_resize_clear"></div></div> <div class="field field--name-field-press-info-contacts field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">Sara Tricarico</a></div> <div class="field__item"><a href="#anchor-contact" class="smoothScroll" hreflang="fr">François Maginiot</a></div> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-header field--type-text-long field--label-hidden field__item"><div class="tex2jax_process"><p>Mise au point par des chercheurs de l'École polytechnique, du CNRS, de l'Inserm et de Sorbonne Université regroupés au sein du Laboratoire d'optique et biosciences (LOB)<a class="see-footnote" id="footnoteref1_x37loj5" title="École polytechnique, CNRS, Inserm" href="#footnote1_x37loj5">1</a>  et de l'Institut de la Vision<a class="see-footnote" id="footnoteref2_c2ey8gg" title="Sorbonne Université, Inserm, CNRS" href="#footnote2_c2ey8gg">2</a>, ChroMS est une nouvelle technique de microscopie associant couleur, 3D et haute résolution, introduisant une véritable révolution dans l’imagerie du cerveau des vertébrés. L’approche ChroMS est décrite en détail dans un article qui vient de paraitre dans <em>Nature Communications</em>.</p></div> <ul class="footnotes"><li class="footnote" id="footnote1_x37loj5"><a class="footnote-label" href="#footnoteref1_x37loj5">1.</a> École polytechnique, CNRS, Inserm</li> <li class="footnote" id="footnote2_c2ey8gg"><a class="footnote-label" href="#footnoteref2_c2ey8gg">2.</a> Sorbonne Université, Inserm, CNRS</li> </ul> </div> <div class="field field--name-field-tags field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Neurosciences</div> <div class="field__item">Technologies</div> <div class="field__item">Imagerie</div> </div> <div class="field field--name-field-file-pdf field--type-file field--label-hidden field__items"> <div class="field__item"> <a href="http://www.cnrs.fr/sites/default/files/press_info/2019-04/CPActuNatureComm-LOB_IDV_CHROMS_VFinale.pdf" type="application/octet-stream; length=655626" title="CPActuNatureComm-LOB_IDV_CHROMS_VFinale.pdf" target="_blank">Télécharger le communiqué de presse. <span>(640.26 Ko)</span></a> </div> </div> <div class="field field--name-field-entity-block-image field--type-entity-reference field--label-hidden field__item"><div class="content-visual"> <span> <img src="/sites/default/files/styles/top_left/public/image/CHROMS-tof.png?h=12798af5&amp;itok=ybYEtwfW" width="290" height="290" alt="" class="image-style-top-left" /> </span> <div class="visual-desc">© Abdeladim et al/Nat Commun 2019</div> </div></div> <div class="field field--name-field-press-information-type field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Communiqué partenaires</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-thematic field--type-entity-reference field--label-hidden field__items"> <div class="field__item">Biologie</div> </div> <div class="field field--name-field-press-info-diffusiondate field--type-datetime field--label-hidden field__item"><time datetime="2019-04-11T09:18:56Z" class="datetime">11 avril 2019</time> </div> <div class="clearfix text-formatted field field--name-field-press-info-biblio field--type-text-long field--label-above"> <div class="field__label">Bibliographie</div> <div class="field__item"><div class="tex2jax_process"><p><strong>Multicolor multiscale brain imaging with chromatic multiphoton serial microscopy.</strong> Lamiae Abdeladim, Katherine S. Matho, Solène Clavreul, Pierre Mahou, Jean-Marc Sintes, Xavier Solinas, Ignacio Arganda-Carreras, Stephen G. Turney, Jeff W. Lichtman, Anatole Chessel, Alexis-Pierre Bemelmans, Karine Loulier, Willy Supatto, Jean Livet, Emmanuel Beaurepaire. <em>Nature Communications</em> (2019). DOI : 10.1038/s41467-019-09552-9</p></div> </div> </div> <div class="field field--name-field-websites-relation field--type-entity-reference field--label-above"> <div class="field__label">Instituts/Délégations</div> <div class="field__items"> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/181" hreflang="fr">INSB</a></div> <div class="field__item"><a href="/fr/taxonomy/term/179" hreflang="fr">INP</a></div> </div> </div> Thu, 11 Apr 2019 09:18:56 +0000 fmaginiot 3770 at http://www.cnrs.fr