CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Événements

Workshop du laboratoire international associé France/Allemagne ISTROF

La laboratoire international associé ISTROF a réuni en juin 2014, au Havre, les spécialistes des turbulences et instabilités dans les écoulements complexes.
 

illustration

Le Workshop ISTROF 2014 a rassemblé 40 participants dont onze chercheurs étrangers venant d’Allemagne, du Royaume-Uni et de Suède.

Crée en 2013, ISTROF est composé de trois laboratoires français et d’un laboratoire allemand : 

  • le Laboratoire d'ondes et milieux complexes (CNRS/Université du Havre),
  • le laboratoire Fluides, automatique et systèmes thermiques (CNRS/Université Paris-Sud),
  • l’Institut de recherche sur les phénomènes hors équilibre (CNRS/Aix-Marseille Université),
  • le Laboratoire d’aérodynamique et mécanique des fluides situé à l'université de technologie de Brandenburg à Cottbus.

ISTROF a pour objectif de consolider les échanges entre les équipes de recherche françaises et allemandes sur les instabilités et la turbulence dans les écoulements avec stratification et rotation afin d’améliorer les connaissances de chaque équipes sur ces thèmes et sur les techniques utilisées.

Les principaux thèmes de recherche couverts sont les suivants : 

  • les instabilités avec stratification radiale dans des anneaux cylindriques ou des couronnes sphériques en rotation globale ou différentielle soumis à une rotation et/ou à un gradient radial de température ou à des tensions électriques,
  • l’instabilité magnéto-rotationnelle par analogie avec l’instabilité viscoélastique,
  • les ondes inertielles dans des sphères tournantes ou dans des couronnes sphériques.

Le projet s’intéresse aussi aux applications aux écoulements rencontrés en thermique, en géophysique et en astrophysique.

Les écoulements stratifiés et/ou en rotation sont très fréquents dans certains procédés industriels, on les rencontre par exemple dans les écoulements au sein des machines tournantes (moteurs électriques, générateurs, turboréacteurs…), dans les procédés de forage ainsi que dans les écoulements géophysiques (atmosphériques ou océaniques) ou astrophysiques (à l’intérieur des étoiles ou dans les planètes). L’étude de ces écoulements revêt un caractère fondamental et nécessite des techniques de mesure très performantes et un appui de la simulation numérique.

 

Contact :

Innocent Mutabazi / Directeur du Laboratoire ondes et milieux complexes / T. +33 2 35 21 71 19 / mutabazi@univ-lehavre.fr