CNRS La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événement... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Brevets et licences

Syndrome de l'X-fragile : la molécule développée par le CNRS obtient la désignation orpheline aux Etats-Unis

La FDA, l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, vient d'accorder la désignation orpheline à la molécule BMS-204352, candidat-médicament pour le traitement du syndrome de l'X-fragile, une maladie génétique rare. Cette désignation facilitera le développement de la molécule, notamment dans les prochaines phases cliniques envisagées.

illustration

Après l'Agence européenne du médicament (EMA), c'est son homologue américain, la Food and drug administration (FDA), d'accorder la désignation « médicament orphelin » à la molécule BMS 2043521 développée par le CNRS pour le traitement du syndrome de l'X-fragile. Cette maladie génétique rare, qui touche près d'une naissance sur 4 000, s'accompagne d'un déficit intellectuel souvent associé à des troubles du comportement de type autistique et des signes physiques caractéristiques. A ce jour, les patients ne bénéficient d'aucun traitement spécifique.

Il s'agit de la première désignation orpheline demandée par le CNRS, via sa filiale de valorisation FIST SA, auprès de la FDA. L'élaboration du complexe dossier de demande a bénéficié du soutien de la Fondation maladies rares et d'Orphan Dev, la plateforme nationale dédiée aux essais cliniques dans les maladies rares.

La désignation orpheline octroie de nombreux avantages : elle facilite à la fois le développement pharmaceutique de la molécule (crédits d'impôt, dispense de frais, accords règlementaires) et sa commercialisation (accès rapide au marché, protection plus longue), au bénéfice des patients.

Les recherches menées par l'équipe de Sylvain Briault, du laboratoire Immunologie et neurogénétique expérimentales et moléculaires (CNRS/Université d'Orléans) ont, dans un premier temps, relié des cas de déficience mentale et de trouble autistique à une anomalie des canaux potassiques BKCa. Dans un second temps, l'équipe a montré l'existence d'une anomalie BKCa similaire chez des personnes avec X-fragile. Quoique « normaux », ces canaux sont deux fois moins présents chez des sujets atteints par le syndrome de l'X-fragile, faisant de BKCa une nouvelle cible thérapeutique. L'équipe a alors décidé de tester la molécule BMS-204352, capable d'ouvrir ce canal. Encouragés par les conclusions d'un essai clinique de phase III pour le traitement de l'accident vasculaire cérébral ischémique, où aucune toxicité vis-à-vis de cette molécule n'a été observée, les chercheurs ont testé la molécule in vitro sur des cultures de neurones issus du modèle murin du syndrome de l'X-fragile, la souris FMR1 KO. Les résultats prometteurs ont amené les chercheurs à poursuivre les essais in vivo sur le modèle souris adulte de la maladie. Ils ont constaté que la molécule BMS-204352 y ouvre très largement les canaux potassiques existants et accroît considérablement leur activité, jusqu'à la rendre équivalente aux témoins. Les souris modèles du syndrome de l'X-fragile possèdent alors un comportement cognitif, émotionnel, social similaires à ceux des souris sauvages, témoins de l'étude. En 2011, le CNRS, l'université d'Orléans et le centre hospitalier régional d'Orléans ont déposé une demande de brevet2 pour la molécule, valorisé par FIST SA.

Mené par le centre hospitalier régional d'Orléans, le projet partenarial FRAXADev regroupe un réseau d'experts multidisciplinaires capables d'accompagner le développement de BMS-204352, notamment dans les prochaines phases cliniques. L'objectif est de rapidement tester chez des patients la cible thérapeutique BKCa et l'efficacité de BMS-204352 dans l'indication X-fragile. Une étude clinique pilote de phase II « Proof of concept » devrait démarrer en 2016. La désignation orpheline obtenue auprès de la FDA vient ajouter de la valeur au projet, tant dans l'assistance protocolaire et les réductions de charges accordées au cours de son développement clinique que dans l'exclusivité commerciale de sept ans après obtention de l'autorisation de mise sur le marché.

Pour de plus amples informations : Mardi de l'innovation du 15 décembre 2015 dédié aux innovations dans le traitement des maladies rares avec l'intervention de Brahim Sennane (FIST SA).

Appelée également Flindokalner : (3S)-(+)-(5-chloro-2-methoxyphenyl)-1,3-dihydro-3-fluoro-6-(trifluoromethyl)-2H-indol-2-one.
2 N° de brevet : WO2013001412 - DI CNRS 04388-01.

 

Contacts :
Sylvain Briault / Laboratoire immunologie et neurogénétique expérimentales et moléculaires / T. +33 2 38 51 44 52 / sylvain.briault@cnrs-orleans.fr
Brahim Sennane / FIST SA / T+ 33 1 40 51 00 90 / brahim.sennane@fist.fr
Karine Wecker-Blanda / Responsable Innovation et Relation avec les Entreprises - Direction de la communication du CNRS / karine.wecker-blanda@cnrs-dir.fr