La matière prend le pas sur l'antimatière
  Expérience LHCb au CERN

 












C’est la prochaine expérience, de nouvelle génération, qui va s’intéresser aux menues excentricités de l’antimatière.
Le détecteur LHCb (Large Hadron Collider Beauty Experiment) est implanté sur le Grand collisionneur de hadrons qui entrera en service en 2007 au Cern de Genève. Il fédère les efforts de 300 personnes, 43 instituts et treize pays. À la différence de son prédécesseur Babar, il se penchera sur une variété étrange du méson Beau (quark "étrange" et antiquark "beau") et avec une énergie bien plus importante encore.
Une cinquantaine de Français associés à cinq laboratoires participent à l’entreprise. Le détecteur analysera les trajectoires de particules émises presque dans la direction des faisceaux de protons incidents. Les collisions créeront, entre autres, des mésons Beau-Étrange. Ces poids lourds sont instables. Ils se désintègreront à quelques millimètres de leur point de naissance. L’électronique enregistrera ces événements toutes les 25 milliardièmes de seconde. Et elle fera le tri. La trajectoire des mésons sera mesurée avec une précision d’un dixième de millimètre. Les Français sont impliqués dans la fourniture des calorimètres, des photomultiplicateurs, d’un déclencheur rapide et de la logique de décision. De quoi contribuer à l’émergence d’une nouvelle physique. Pleine de promesses.