Origines de la vie
Titan, satellite de Saturne





 

Titan, le plus gros satellite de Saturne, possède une atmosphère dense de 1,5 bar constituée essentiellement d'azote (plus de 90%) mais aussi de méthane et d'un peu d'hydrogène. L'atmosphère renferme également d'épais brouillards d'aérosols organiques.

Les observations glanées par la mission Voyager et les mesures faites à partir de la Terre indiquent clairement la présence de nombreux hydrocarbures et de nitriles dans ce milieu. Parmi ces composés organiques figurent l'acide cyanhydrique, l'acétylène, le cyanoacétylène, véritables passages obligés de la chimie prébiotique. La modélisation des processus physicochimiques supposés se dérouler à la surface de Titan suggère la présence d'océan(s) de méthane et d'éthane liquide en équilibre avec les constituants de l'atmosphère. Titan représente un véritable laboratoire de production de composés prébiotiques à l'échelle planétaire. Bien que des traces de vapeur d'eau aient été récemment détectées par le satellite ISO dans la haute atmosphère, la température très basse (-180°C) régnant près de la surface interdit la présence d'eau liquide. Les molécules ne peuvent donc pas évoluer vers une vie de type terrestre. Vers quels systèmes complexes évoluent ces molécules en l'absence d'eau? Existe-t-il une vie exotique basée sur la chimie du carbone et le méthane liquide? La mission NASA-ESA Cassini-Huygens lancée en octobre 1997 devrait apporter des éléments de réponse en 2005. Malheureusement, la sonde Huygens ne porte aucun instrument capable de mesurer la chiralité des molécules organiques de Titan, véritable ligne de démarcation entre matière inerte et matière vivante.

Pour en savoir plus…

Sous les brumes de Titan - vidéo - interview de Jean-Pierre Lebreton, mission Cassini-Huygens, ESA

Des révélations sur l'origine de Titan et de son atmosphère - Communiqué de presse INSu du 3 novembre 2008