L'Univers en expansion
Hubble, le télescope spatial







Plongez dans le cosmos!
Des télescopes de Lord Rosse et du Mont Wilson au prestigieux observatoire orbital Hubble.

© NASA

 





Suivez le télescope spatial Hubble… en direction de la Constellation des poissons.

 

 

Edwin Hubble aurait désiré le prix Nobel… Mais depuis 1990, son nom honore le plus célèbre des observatoires astronomiques. Le télescope spatial Hubble a photographié des milliers de galaxies. Certaines brillaient lorsque le cosmos n’avait que 3 à 6% de son âge actuel.

Un joyau optique
Qui ne connaît pas le télescope spatial Hubble? Depuis quinze ans, il mesure l’âge et la taille de l’Univers, plonge dans nos racines, lève le voile sur les mystères des étoiles et des galaxies. Baptisé en l’honneur d’Edwin Hubble, cet observatoire de 11 tonnes long de 13 mètres et estimé à 1,5 milliard de dollars aurait coûté, au final, six ou dix fois plus. Il vogue dans l’espace depuis le 25 avril 1990. Et il constitue un ambitieux programme de collaboration scientifique entre la Nasa américaine et l’ESA européenne. La contribution du Vieux Continent fût évaluée à 15%. Les chercheurs de ce côté-ci de l’Atlantique recueillent 25% du temps d’observation. L’idée d’installer un puissant instrument optique au-dessus des nuages de la Terre remonte à 1946 et à l’astronome américain Lyman Spitzer.

Quinze ans de moisson
Depuis quinze ans, le prestigieux engin défile à 600 kilomètres et à 28 000 kilomètres à l’heure au-dessus de nos têtes. La précision de pointage équivaut à l’épaisseur d’un cheveu à un kilomètre de distance. Hélas, le miroir de 2,4 mètres de diamètre se révèle légèrement faussé. Hubble est myope. Il faudra attendre la réparation par les astronautes mécaniciens, en décembre 1993, pour que ce soit corrigé. Depuis, le satellite a reçu la visite de trois autres missions d’entretien : en février 1997, décembre 1999 et février 2002. Là-haut, il bénéficie d’une vue imprenable sur les profondeurs de l’Univers. Il enregistre les rayonnements de l’ultraviolet à l’infrarouge, entre 0,1 et 2,5 microns de longueur d’onde.

L’heure de la relève
Chaque semaine, les astronomes reçoivent 120 milliards d’octets de données. L’équivalent de 14 films en dvd ou d’un kilomètre de livres sur étagère. Le télescope spatial a consolidé l’échelle des distances. Il a mesuré le rythme d’expansion du cosmos et son âge avec une précision de moins de 10 %. Il a apprécié l’évolution des galaxies, la naissance des étoiles, identifié des trous noirs géants et des planètes extrasolaires. Mais, l’engin vieillit. Ses concurrents - les télescopes au sol de 8 ou 10 mètres - le rattrapent. Verdict: il n’y aura plus de maintenance, a dit la Nasa. L’engin s’éteindra de sa belle mort en 2006, 2007 ou 2008. La relève, elle, est déjà là. Le James Webb Space Telescope sera deux fois plus léger et doté d’un miroir de 6,5 mètres qui visera les galaxies infrarouges lointaines. Il volera à l’horizon 2011. Lancé par Ariane 5, fleuron de l’Europe.

Une nouvelle preuve de l'accélération de l'expansion de l'Univers grâce à Hubble Communiqué de presse du 25 mars 2010