Le spectromètre alpha-magnétique AMS emploie un électro-aimant à supraconducteur, refroidi à -271 degrés, afin de générer un puissant champ magnétique. On recherchera l’antimatière (anti-hélium ou anti-carbone), la matière noire et l’énergie noire de l’Univers. On étudiera les rayons cosmiques. Matière et anti-matière se distinguent parce que leur trajectoire s’infléchit en sens inverse. Le détecteur est un cylindre de 3 mètres de diamètre pour 3 mètres de long. Il pèse 7 tonnes. Ses 300 000 canaux électroniques seront précis au dix milliardième de seconde et au millième de millimètre près. On s’intéressera aux particules ultrarapides dotées d’une énergie d’environ mille milliards d’électrons-volts.
 
© Trent Martin / Lockheed Martin / Nasa