presentation
imprimer

L'activité humaine peut générer de la biodiversité

La Dombes, région située dans le département de l'Ain, a la particularité d'être constellée d'étangs. Ceux-ci ont tous été créés par les habitants de cette région, au Moyen-âge, pour diverses raisons : drainage des sols marécageux, évitant ainsi les maladies liées aux marais (principalement le paludisme) ; apport d'une nouvelle source de nourriture à travers la pêche...
Etang dans les Dombes. Au premier plan, le Thou permet de vider l'eau de cet étang vers un autre.Un système permet de vider les étangs de leur eau et de la transférer vers d'autres plans d'eau. Les étangs vidés sont alors pêchés et peuvent ensuite être remplis de nouveau ou bien servir à l'agriculture pendant une période plus ou moins longue. Cette alternance "mise en eau" / culture permet d'utiliser les limons (des sédiments aquatiques) accumulés pendant la période en eau comme engrais naturels pour les cultures durant les assecs. De plus, le changement cyclique de type d'exploitation entraîne un renouvellement permanent de l'écosystème. Lorsque les étangs passent du mode pisciculture au mode culture, les espèces qui vivaient dans l'eau meurent et d'autres espèces arrivent sur les terres nouvellement émergées. L'inverse se déroule lorsque les étangs sont remis en eau. Cette méthode particulière d'exploitation est donc bénéfique à la biodiversité.© Inra Photothèque  /  BALVAY Gérard 

La création des plans d'eau a donc entraîné en Dombes une importante activité piscicole. Sur 12 000 hectares, les quelques 1100 étangs fournissent aujourd'hui entre 150 et 400 kilos de poissons par hectare. La carpe est le principal pêché ; animal emblématique de la région, c'est en fait une espèce introduite depuis le 14e siècle.
La Dombes est aujourd'hui une région connue pour la diversité de ses oiseaux. Une grande quantité d'oiseaux migrateurs passent par cette région en raison des plans d'eau qui leur fournissent nourriture et abris. Et les oiseaux ne sont pas sa seule richesse, une faune et une flore particulières l'habitent et ce, grâce à la grande influence de l'espèce humaine.

Etang dans les Dombes. Au premier plan, le Thou permet de vider l'eau de cet étang vers un autre.Il s'agit donc d'une zone où l'exploitation de la nature et l'important maniement du paysage ont permis le développement d'une biodiversité importante. Mais l'actuelle région d'étangs n'a probablement rien à voir avec les marais qui existaient avant l'aménagement par l'Homme et il faudrait pouvoir comparer la diversité des deux types de paysage pour savoir exactement ce que l'on a gagné et perdu en passant des marais aux étangs. L'alternance de mise en eau et d'assec assure une production conséquente de poissons et de diverses cultures et cet endroit est également un lieu de passage reconnu de nombreux oiseaux migrateurs. Plusieurs espèces se sont installées dans cette région, preuve qu'économie et biodiversité peuvent parfaitement cohabiter !© Inra Photothèque  /  BALVAY Gérard 

Rédaction :

Renan Aufray (chargé de mission à la FRB)

Validations scientifiques :

Catherine Cibien (directrice du comité français du Mab) et Jean-Claude Génot (Chargé de mission "protection de la nature" au Syndicat de Coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord actif dans le programme Mab)

Sources de l'article

  • La Carpe (Cyprinus carpio, Linné, 1758), une espèce qui envahit l'Europe occidentale à partir du 13e siècle. R. Benarrous1 et M.-C. Marinval2. Extrait des actes des 2e Journées de l'IFB en 2002.
  • L'activité piscicole dans les étangs de la Dombes. Laurence Bérard et Philippe Marchenay. 2e Séminaire de l'Ecodéveloppement - "Qualité, Environnement, Marché "

logo cnrs logo frb