presentation
imprimer

Le programme Man & Biosphere de l'Unesco

Le programme Man & Biosphere (appelé Mab) a été lancé en 1971 par l'Unesco pour chercher des solutions de gestion conciliant la protection des écosystèmes, le développement des populations humaines, en s'appuyant sur la recherche scientifique, la formation et l'éducation.
Ce programme s'appuie sur 531 sites de démonstration, dans 105 pays en 2008.

Protéger et étudier

videoLe programme Mab assume à la fois que le développement humain s'appuie sur une nature préservée, et que toutes les activités humaines ne détruisent pas la biodiversité. Certaines pratiques sont respectueuses de l'environnement.
Arbre du voyageur et végétation tropicale, Parc des Mamelles (Guyane).Les scientifiques étudient donc les interactions entre les dynamiques écologiques et les dynamiques sociales et recherchent des méthodes adéquates de gestion de l'environnement, dans un but opérationnel. Il est pour cela nécessaire que les liens entre les gestionnaires des territoires et de la biodiversité et les chercheurs soient forts. En cela, les réserves de biosphère, sites d'application du programme Mab sont bien plus que des aires protégées. Elles ont trois fonctions complémentaires : conservation des écosystèmes, développement économique, social et culturels des populations et appui par la recherche, l'éducation et la formation. Elles se situent sur tous les continents et la France en possède dix (quatre autres sont en projet) :

(Interview de Jean-Claude Génot, chargé de la protection de la nature au Parc naturel régional des Vosges du Nord).
© CNRS/sagascience
© IRD Photothèque / Jégu, Michel

* L'archipel de la Guadeloupe
* La Camargue (delta du Rhône)
* Les Cévennes
* La commune de Fakarava (Polynésie française)
* Le Luberon
* La Mer d'Iroise
* Le Mont Ventoux
* Le pays de Fontainebleau
* La Vallée du Fango
* Les Vosges du Nord / Pfalzerwald, qui a la particularité d'être transfrontalière avec l'Allemagne

Comment sont organisées les réserves de biosphère ?

Les sites du programme Mab sont structurés en plusieurs zones :

- la zone centrale, seule zone réglementée. Il s'agit d'une aire protégée par la loi du pays dans lequel on se trouve. Elle permet une conservation à long terme de ce qui fait la valeur de la réserve (paysages, écosystème, espèces, etc.). L'activité humaine y est limitée aux actions en faveur de la biodiversité (éducation à l'environnement, pastoralisme, recherche, etc.).
- la zone tampon, comme son nom l'indique, correspond à la zone entourant la zone centrale. Elle a pour but d'atténuer les perturbations et pollutions venant de l'extérieur. Les activités humaines y sont également contrôlées. Les activités et pratiques écologiquement viables y sont favorisées.
- l'aire de transition (ou de coopération) comprend villes et villages. Les activités sont orientées vers un développement durable et la participation de la population locale aux décisions concernant la gestion du territoire est encouragée. Tous les domaines d'activités sont présents dans une optique de dégradation minimale du milieu naturel.

Ce principe de zonage est très flexible et s'adapte aux conditions géographiques et écologiques de chaque réserve de biosphère : il peut ainsi y avoir plusieurs aires centrales.

Exemple d'une zone Mab en France : le Parc naturel régional des Vosges
du Nord

Le Parc naturel régional des Vosges du Nord a ceci de particulier qu'il est également la partie française d'une réserve de biosphère transfrontalière. Ce Parc a été désigné ainsi par l'Unesco en 1989. Situé à la frontière avec l'Allemagne, il travaille en partenariat avec le Naturpark Pfälzerwald voisin. Depuis 1996, l'Unesco a reconnu cette coopération entre les deux parcs, qui constituent aujourd'hui une seule réserve de biosphère transfrontalière.

La réserve de biosphère transfrontalière a permis la mise en œuvre d'une grande quantité d'actions, comme par exemple :
- un sentier transfrontalier et des documents de découverte pour les touristes ;
- l'organisation de marchés paysans transfrontaliers ;
- le suivi de la population de lynx ;
- des études de l'impact du tourisme sur les milieux urbains et naturels ;
- un site web franco-allemand pour la réserve ;
- le monitoring de la qualité de l'air par les lichens ;
- un colloque sur le patrimoine naturel de la réserve de biosphère ;
- la publication d'annales scientifiques bilingues ;
- ...

Ceci n'est qu'un aperçu des nombreuses activités que peut mener une réserve de biosphère, dont certaines en coopération avec d'autres. Elles visent à mettre en valeur le patrimoine naturel et les activités humaines qui lui sont associées.

Rédaction :

Renan Aufray (chargé de mission à la FRB)

Validations scientifiques :

Catherine Cibien (directrice du comité français du Mab) et Jean-Claude Génot (Chargé de mission « protection de la nature » au Syndicat de Coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord et actif dans le programme Mab)

Sources de l'article


logo cnrs logo frb