presentation
imprimer icone

Diversité des plantes : une leçon du monde

Après la sélection extrême des variétés agricoles -les céréales en sont l'exemple type- menaçant aujourd'hui la sécurité alimentaire, la solution va t-elle venir des petits agriculteurs, notamment ceux « du bout du monde » ?

Comment les paysans mexicains préservent la biodiversité du maïs

Epis de maïs de la variété locale tata kawa, variété qui pousse vers1500-2300m (Mexique).La biodiversité des plantes cultivées à l'échelle mondiale subit une érosion progressive.
Faut-il alors, pour les sauvegarder, les maintenir dans des réserves et les isoler d'autres variétés étrangères?
En observant les pratiques ancestrales des paysans du Mexique, des chercheurs mexicains et français ont constaté au contraire que, favoriser l'introduction fréquente de variétés étrangères, jouerait un rôle crucial dans le maintien d'une grande diversité.
Le maïs a été domestiqué depuis 6000 ans au Mexique à partir de la téosinte, l'espèce sauvage. Depuis des siècles, les paysans gardent des grains de la récolte pour la semence suivante. Mais, de temps à autre, ils choisissent d'échanger des grains avec d'autres paysans, plus ou moins éloignés géographiquement. Ensuite, chacun juge du résultat selon ses propres critères : goût, couleur, tenue à la cuisson, qualité du fourrage.
Epi de maïs jeune (en espagnol local elote) de couleur rouge, variété locale tata kawa (Mexique).On constate que, dans la mesure où les variétés locales sont maintenues en culture sur des surfaces suffisantes, l'introduction de ces variétés « étrangères », qui favorisent un certain taux d'échanges de gènes, constituerait une source de diversité.
Les recherches menées dans ce contexte sur les « flux de gènes » entre les populations végétales devraient permettre également de mieux évaluer les risques de diffusion de variétés de maïs génétiquement modifiées (OGM), éventuellement introduites au Mexique, au sein des variétés traditionnelles locales, et ainsi apporter des éléments de réponse au débat public engagé depuis des années sur cette question de dissémination.© IRD photothèque / Katz, Esther© IRD photothèque / Katz, Esther

N.B. : Exemple inverse : le maïs, 3e culture chinoise, repose sur quelques croisements seulement, issus de la même lignée autofécondée : érosion génétique maximale et problème grave en vue ...

Rédaction :

Maryvonne Tissier (directrice de communication à la FRB)

Source :

IRD Fiche d'actualité N°197


logo cnrs logo frb