presentation
imprimer icone

Urbanisation, contamination et biodiversité des sols

L'artificialisation des sols français

Vue générale de Bangkok (quartier au nord-est) depuis la tour DTEC (Thaïlande).La perte de la biodiversité des sols est en premier lieu causée par leur disparition. Les sols artificiels - autrement dit urbanisés - représentaient en 2004 8,4% du territoire métropolitain avec une progression de 15% par an depuis 1994, alors que dans la même période l'augmentation de la population française n'était que de 5% par an. D'après l'Ifen (Institut français de l'environnement), cette progression provient d'une construction croissante de maisons individuelles et des infrastructures associées (jardins, parkings, transports) qui grignotent du terrain.
Ces terres perdues représentent une perte de la biodiversité car les plantes ne peuvent plus s'y développer (à l'exception des parcs et jardins accueillant une flore hautement sélectionnée par l'être humain). Par ailleurs, la flore bactérienne et la faune du sol pâtissent inévitablement de la construction en surface de structures imperméables à la lumière et à l'eau telles que le béton ou l'asphalte.© IRD Photothèque / Montoroi, Jean-Pierre

Rédaction :

Renan Aufray, chargé de mission à la FRB

Validation scientifique :

Antonio Bispo (Coordinateur du programme ADEME «Bioindicateurs de qualité des sols») et Laurent Charasse (chargé de mission « Enseignement agricole et biodiversité » - FRB)

Source :

IFEN, 2006. L'environnement en France - Les synthèses. La Documentation française.


logo cnrs logo frb