imprimer

Naissance d'un concept et d'un mot

Edward O. Wilson
© Droits réservés, Humanist Chaplaincy at Harvard
1992, Sommet de la Terre à Rio de Janeiro (Brésil)
© Droits réservés, Mount Holyoke College
Convention sur la diversité biologique
© Maxime Thibon

Il existe de nombreuses définitions du néologisme « biodiversité  », ou diversité biologique. Il a été créé en 1985 par Walter G. Rosen, biologiste américain, lors de la préparation du premier forum américain sur la diversité biologique qui s’est tenu l’année suivante. Ce terme a ensuite été repris et popularisé en 1988 par Edward O. Wilson, entomologiste et professeur à l’Université d’Harvard, lors de la publication du compte-rendu de ce forum. Le mot biodiversité lui a été suggéré en remplacement de diversité biologique, jugé moins efficace en terme de communication.

Depuis 1985, l’utilisation du terme et du concept de biodiversité a coïncidé avec la prise de conscience de l’extinction d’espèces au cours des dernières décennies du 20e siècle.
C’est en 1992 que le mot « biodiversité  » a été généralisé à l’occasion d’un événement politique planétaire, la fameuse Conférence de Rio de Janeiro (Brésil), appelée également « Sommet de la Terre  ».

Elle fut l’occasion, pour la première fois à l’échelle planétaire, de réunir et de « faire parler ensemble  » les scientifiques impliqués dans les domaines du vivant mais également dans les disciplines « sociales, économiques…  ».

Elle a également permis la véritable prise en compte du lien existant entre l’espèce humaine et la nature : une relation s’est établie entre les deux, avec la préoccupation de conservation de la diversité du vivant et la volonté de pouvoir continuer à en exploiter les ressources (en termes économique, social, alimentaire…)

De cette Conférence naîtra un texte ratifié en 2007 par 158 pays, la Convention sur la diversité biologique (CDB). Elle généralise la définition du terme « biodiversité  », à la suite de celle adoptée en 1988 par la 18e Assemblée générale de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) au Costa Rica

Après être restés longtemps cantonnés dans la sphère des sciences de la vie et de la nature, les enjeux que représentent le mot « biodiversité  » pour les sociétés humaines, soulignés dans de nombreux forums internationaux, notamment à la Conférence de Rio, expliquent que les économistes et sociologues, puis le monde médiatique et politique, s’en soient également emparés.

Rédaction :

Manuelle Rovillé

Validation scientifique :

Robert Barbault (Directeur du département « écologie et gestion de la biodiversité  » du Muséum national d’histoire naturelle)

Sources de l'article


logo cnrs logo frb