presentation
imprimer

L'éducation à la protection de la biodiversité

La notion de biodiversité est récente et la nécessité de la sauvegarder est l'affaire de tous. Les Etats et d'importantes organisations internationales prennent de grandes décisions, les organismes de recherche et d'expertise font des découvertes primordiales mais il faut pour que l'espèce humaine vive en bonne entente avec le reste de la biodiversité que les informations soient relayées auprès du plus grand monde et que chacun se sente concerné par la sauvegarde de la biodiversité.
Pour cela, plusieurs programmes d'information du grand public ont déjà été mis en place. De nombreuses ONG œuvrent pour que la biodiversité soit reconnue et respectée du plus grand nombre. De plus, les Nations unies ont déclaré la décennie 2005-2014, décennie pour l'éducation en vue d'un développement durable et l'Unesco est l'agence support de cette opération.
Mais plus près de nous, la biodiversité étant l'affaire de chacun, chacun doit en connaître l'existence, la complexité et l'importance. Le ministère de l'éducation a mis en place en 2004 l'éducation à l'environnement et au développement durable (EDD) dans lequel la biodiversité en inscrite. Elle a donc sa place dans les programmes scolaires, il reste donc à savoir si celle-ci est suffisante.

Enseignement de la biodiversité en école primaire, collège et lycée général

Ces niveaux d'enseignement sont suivis par la majorité de la population française. C'est donc par ce biais que l'idée de protection de la biodiversité peut toucher un nombre très important de personne. En 2003, l'IFB fait le constat suivant dans sa Stratégie nationale de recherche sur la biodiversité : « Dans le primaire, l'enseignement des sciences à travers lequel il est possible d'aborder l'environnement n'est pas une priorité nationale. Au total, en dépit d'opérations de grande ampleur telle la Main à la Pâte ou Preste, la politique du Ministère de l'Education Nationale en matière d'éducation à l'environnement reste à développer. »
Ce constat indique clairement que l'école n'a pas encore clairement intégré la biodiversité à ses programmes.
Un deuxième rapport pour le primaire et le secondaire réalisé par Ms. Bonhoure et Hagnerelle pour le Ministère de l'Education nationale indique que :
- peu d'élèves ont été touchés par l'éducation à l'environnement
- quand ils l'ont été, ce fut par des actions trop isolées, juxtaposées et généralement mal intégrées aux enseignements de fond, à la formation.

De ces deux témoignages, il ressort que les programmes scolaires de premier et deuxième cycle n'ont pas encore pleinement intégré la notion de biodiversité. Si le terme est connu de tous, sa définition et les enjeux qui y sont liés ne semblent pas clairement enseignés, tout juste les aborde-t-on lors d'évènements ponctuels.

Enseignement agricole

Cet enseignement a ceci de particulier qu'il est destiné à des personnes qui travailleront directement avec la biodiversité et qui auront une grande influence sur elle. Connaître le rôle important de la biodiversité dans les cycles de vie et apprendre les méthodes d'agriculture respectueuses de l'environnement sont donc des conditions sine qua non à un maintien de la biodiversité dans nos paysages.
Dans ce domaine où la biodiversité joue un rôle essentiel, le constat est moins nuancé que pour les filières générales. Dès 1970, on note l'émergence dans les filières agricoles de l'intérêt pour la préservation de la nature. Dans les années, 1985-95, la préoccupation pour l'environnement se place au cœur des programmes avec notamment l'insertion de ce thème dans les sorties de terrain.
Il existe en plus de cela des diplômes agricoles entièrement consacrés à l'agriculture biologique, agriculture qui est respectueuse de la biodiversité. Le Ministère de l'Agriculture et de la Pêche a mis en place en 1996 un réseau appelé FORMABIO qui fédère toutes les formations dispensées en agriculture biologique. Il montre une réelle volonté d'ancrer la prise en compte de la biodiversité dans les formations agricoles.

D'ailleurs, Robert Barbault précise dans un rapport sur l'enseignement de la biodiversité en France datant de 2007 :
L'enseignement agricole présente deux caractères particuliers :
- il s'adresse à de futurs professionnels qui exerceront leur activité en lien direct avec la biodiversité et auront sur elle une grande influence : la formation doit donc souligner le rôle important de la biodiversité sur les cycles de vie, et diffuser les pratiques professionnelles agricoles qui lui sont favorables ;
- les établissements d'enseignement agricole ont pour mission, outre la formation initiale et continue, de participer au développement territorial et aux actions de recherche, de démonstration et d'expérimentation. Depuis peu, ils sont fortement incités à développer des projets de développement sur le thème de la biodiversité, et à en exploiter l'intérêt pédagogique, en conformité avec le volet agriculture de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité.
Dès 1970, on note l'émergence dans les filières agricoles de l'intérêt pour la préservation de la nature. Dans les années, 1985-95, la préoccupation pour l'environnement se place au cœur des programmes avec notamment l'insertion de ce thème dans les sorties de terrain. Depuis 2006, le Bac technologique Agricole (STAV) intègre de manière explicite la biodiversité dans ses programmes, non seulement dans ses aspects professionnels (pratiques agricoles), mais aussi dans les aspects sociaux : un nouveau module pluridisciplinaire intitulé «Gestion de la biodiversité et des ressources » a ainsi vu le jour, associant les professeurs de Philosophie, de Biologie-écologie et de Sciences et techniques agricoles. Les bacs professionnels agricoles seront réformés en 2009 dans le même esprit.
En outre, il existe des diplômes agricoles intégrant fortement les concepts du développement durable, où la biodiversité prend une place importante. On peut citer les BTS GPN (Gestion et Protection de la Nature), les formations en Agriculture Biologique...
Enfin, les enseignants sont organisés en réseaux pour diffuser les connaissances et les pratiques pédagogiques. On peut citer quelques exemples de réseaux : Formabio (agriculture biologique), Biodiversité, Education à l'environnement pour le Développement durable, Gestion et protection de l'eau...

Filières de troisième cycle

Il est difficile à l'heure actuelle d'établir un bilan de l'enseignement de la biodiversité à l'Université pour plusieurs raisons :
- d'une part la récente réforme LMD (licence -master-doctorat) entraîna un changement plus ou moins important des programmes de toutes les universités. Il est donc difficile en cette période d'avoir une vision précise des matières enseignées en troisième cycle.
- d'autre part, l'enseignement de la biodiversité en Université s'adresse à un public déjà sensibilisé puisqu'il a lui-même choisi cette spécialité. Il s'agit donc plus d'approfondir ses connaissances en matière de biodiversité que d'en découvrir l'importance.
Cependant, l'intensification des recherches sur la biodiversité s'accompagne naturellement du développement des enseignements sur ce thème.

Rédaction :

Renan Aufray (chargé de mission à la FRB)

Validations scientifiques :

Laurent Charasse (attaché du Ministère de l'agriculture à la FRB), Catherine Cibien (directrice du comité français du Mab) et Jean-Claude Génot (Chargé de mission « protection de la nature» au Syndicat de Coopération pour le Parc naturel régional des Vosges du Nord et actif dans le programme Mab)

Sources de l'article

  • Site du Ministère de l'Agriculture et de la pêche
  • R. Barbault, 2007. Pour un renforcement des formations aux sciences de la nature et de la biodiversité et aux métiers de l'écologie. Etude pour le Ministère de l'éducation et celui de l'Environnement et du Développement durable.

logo cnrs logo frb