presentation
imprimer

Alimentation et biodiversité

biodiversite biodiversite
 

Histoires des aliments : histoire des paysages et des sociétés

Les terrasses circulaires de Moray au Pérou. Le site était probablement une sorte de centre de recherche agronomique, où les Incas expérimentaient des plantes apportées de tout l'empire, en jouant sur les différences de température entre les terrasses hautes et basses pour se rapprocher des conditions des divers étages andins.Les terrasses sont aujourd'hui en cours de restauration et l'on y tente de nouvelles expériences, ici avec de la quinoa, une céréale andine à haut potentiel nutritif. La lente adaptation réciproque entre les êtres humains et leur environnement nourricier, véritable « co-évolution », marque fortement l’histoire des sociétés humaines, des activités et des pratiques sociales, des échanges techniques et commerciaux, des comportements, des croyances et des modes culturels.
Les modes de vie et d’alimentation se sont propagés progressivement au travers des déplacements de groupes humains et d’échanges entre les groupes. Déplacements et échanges ont donné également l’occasion d’exploiter et de domestiquer de nouvelles espèces sauvages. A noter que l’Europe n’a pas été très généreuse en ne fournissant que le seigle et l’avoine tandis que d’autres continents comme le continent sud-américain ont contribué plus généreusement aux nouvelles cultures (arachide, manioc, coton, piment, patate douce, ananas, etc.© Manuelle Rovillé

Cette histoire humaine s’inscrit dans les paysages : au fil du temps, notre espèce sera intervenue sur tous les écosystèmes et aura remodelé de grands pans de notre planète par ses activités agricoles et forestières : des rizières d’Asie aux systèmes agro-forestiers d’Europe de l’Ouest et de Méditerranée d’une très grande biodiversité.

Vallée de la Dordogne. Paysage montrant le parcellaire en polycultures ceréalières ( mais)  et verger de noyers (Lot).diaporamaDes chercheurs de tous les domaines scientifiques, faisant appel aux disciplines les plus pointues (génétique, sociologie, palynologie (étude des pollens), archéozoologie, histoire des textes, carpologie reconstituent ces aventures des temps très anciens dont ne subsiste aucune trace écrite, jusqu’aux temps historiques.© Inra / BOSSENNEC Jean-Marie © Inra / BOUCHERY Yves© Inra / GIRAULT N. © Inra / BARBIER Jean-Marc

Ainsi l’étude de l’alimentation humaine montre la diversité naturelle que l’espèce humaine met à son service pour survivre ou flatter son sensible palais avec une remarquable inventivité!

Et les spécialités alimentaires, rares ou curieuses, peuvent devenir - au moins un temps, car souvent homme varie !- les symboles de statut social, de richesse ou de fête, ou bien encore l’emblème d’une région géographique.

Rédaction :

Maryvonne Tissier (directrice de communication à la FRB)

Sources de l'article


logo cnrs logo frb