presentation
imprimer icone

Un peu d'histoire

Les soubresauts du climat

Alors que les premiers humains partaient à la conquête de notre planète voici 100 000 ans, quatre pics de glaciations ont frappé la Terre. Le dernier a eu lieu il y a 21 000 ans. A l'époque, les glaces recouvraient une bonne partie du globe : 50 millions de km2 de plus qu'aujourd'hui ! Elles descendaient jusqu'en Allemagne pour l'Europe et jusqu'à la latitude de New York en Amérique. C'est grâce à l'évaporation des océans transformée en neige et pluies qu'elles se sont formées. Du même coup, le niveau des mers a baissé. On estime qu'il devait se situer 120 mètres plus bas qu'aujourd'hui. Des pans entiers de terre ferme sont alors apparus. On passait ainsi à pied sec de la France à l'Angleterre ; le Japon et les îles de la Sonde étaient reliés à l'Asie et l'Australie à la Nouvelle Guinée. De vastes bandes de terre actuellement submergées étaient découvertes sur 150 kilomètres. Globalement la température annuelle moyenne de notre planète était de 5°C inférieure à sa valeur actuelle.

La redistribution des cartes

Les différentes espèces présentes à l'époque ont donc pu passer d'un continent à l'autre, certaines se sont réfugiées dans des niches où elles pouvaient survivre, d'autres ont disparu totalement. Durant les périodes très froides, les forêts rétrécissaient au profit des prairies, des broussailles et des déserts. Lorsque le climat se faisait plus clément, les glaces fondaient et les forêts reprenaient de la vigueur.
En Europe occidentale, les barrières naturelles (Pyrénées, mer Méditerranée et arc alpin) ont rendu difficile aux espèces animales et végétales associées le repli vers le sud. Les espèces les plus fragiles ont donc disparu. C'est cela qui explique la plus riche biodiversité de l'Amérique du Nord, dont les chaînes de montagnes, orientées nord-sud, ont permis aux différentes espèces de se diriger vers le sud.

Le climat et la diversité culturelle

Buste de ThéophrasteAu fil des millénaires, des aléas du climat et de leurs pérégrinations, les humains ont développé des économies, des cultures, des civilisations, adaptées à leur environnement et à leur climat. La Grèce de Platon par exemple voyait un lien étroit entre la diversité des comportements des différents peuples et les climats. Ainsi, les philosophes grecs assimilaient les peuples du Nord et de l'Ouest à des guerriers en raison de leurs climats froids et brumeux et des vents violents qui sévissaient dans leurs contrées. Les peuples orientaux étaient supposés lascifs, aimant les plaisirs et les richesses ce qui, pour les philosophes grecs, tenait à la chaleur du climat subtropical et à l'amollissement qui en résulterait.
Comme d'autres espèces animales et végétales, c'est souvent parce qu'elles ont su s'adapter aux changements climatiques et aux modifications consécutives des écosystèmes que certaines grandes civilisations ont perduré. Ce fut le cas des Egyptiens, il y a 3000 ans. Face aux grandes sécheresses, ils ont su prendre des décisions rapides en construisant des barrages, en profitant du moindre ru, en rationnant le peuple, en fermant les frontières. Alors que, face au même phénomène, les Mayas ont eux disparu au 10e siècle des basses terres d'Amérique centrale, après deux millénaires d'une brillante civilisation, n'ayant pas su adapter leur agriculture à la sécheresse. Au Moyen âge, des colonies scandinaves s'étaient installées au Groenland. Quelques centaines d'années après leur établissement, elles ont lentement décliné puis totalement disparu, faute d'avoir réussi à s'acclimater. Une disparition attribuée au refroidissement rapide de l'Europe au moment du petit âge glaciaire (entre le 14e et le 19e siècle).

Rédaction :

Françoise Harrois-Monin (Journaliste scientifique)

Validation scientifique :

Serge Morand (Directeur de recherche à l'Institut des sciences de l'évolution de Montpellier - Université Montpellier 2)

Sources de l'article

  • « Biodiversité et changements globaux » enjeux de société et défis pour la recherche. Sous la direction de Robert Barbault et de Bernard Chevassus au Louis. « Histoire des crises d'extinction de la biodiversité ». Edition ADPF -Novembre 2004
  • « Comprendre le changement climatique » de Jean Louis Fellous et Catherine Gauthier Editions Odile Jacob.
  • « Effondrement » Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie »., Gallimard collection NRF essais, 2006 de Jared Diamond,
  • « L'histoire du climat », Pascal Acot (historien des sciences au CNRS) collection pour l'Histoire Editions Perrin p. 87 et p. 89
  • « L'Homme face au climat », sous la direction d'Edouard Bard collection Collège de France Edition Odile Jacob, p. 18
  • « Le changement climatique », Guy Jacques et Hervé Le Treut Editions Unesco p.21 et p. 26

logo cnrs logo frb