(1) Abrasion naturelle de la surface de l'ongle
 
(2) Vieillissement de l'ongle
(3) Surface d'un ongle à 65 ans
(4) Rayure d'un ongle à 31 ans






 

 


 

La fragilité unguéale relève de causes variées internes et/ou externes. Parmi les causes internes, il y a le vieillissement, les maladies unguéales et les carences alimentaires. Pour les causes externes, on retrouve souvent un contact répété avec de l’eau, des erreurs de manucuries ou des facteurs de contact avec des objets plus durs. La tribologie “science du frottement et de l’usure ” permet de s’intéresser aux facteurs de contact qui entraînent les dégradations de la surface de l’ongle et qui ont pour conséquences une modification de leurs propriétés

Agressions extérieures de la surface de l’ongle

Les traces que l’on observe à la surface de l’ongle sont le plus fréquemment des stries d’abrasion. Elles sont la conséquence d’un contact entre la surface de l’ongle et des particules plus dures provoquant un enlèvement de kératine par arrachement. L’image (1) montre une abrasion naturelle de la surface de l’ongle.

Vieillissement de l’ongle

Au cours des années la morphologie de la surface de l’ongle change en faisant apparaître des lignes parallèles orientées dans le sens de la croissance de l’ongle. Des mesures par rugosimétrie laser de la topographie de surfaces des ongles, montrent que ces lignes sont de plus en plus profondes avec l’âge. Cette variation va de quelques microns pour un enfant de 20 mois, à plusieurs dizaines de microns pour une personne âgée de 65 ans. L’image (2) montre l’évolution de la topographie de l’ongle pour trois âges : 20 mois, 27 et 65 ans. L’image (3) visualise en 3D la surface de l’ongle d’une personne de 65 ans.
Ces modifications de morphologie au cours des âges s’accompagnent aussi d’une perte des propriétés mécaniques qui ne sont pas sans conséquences sur l’importance des dégradations que va subir la surface de l’ongle lors des sollicitations mécaniques dans sa vie de tous les jours.

Des analyses par micro-indentation montrent qu’au cours du vieillissement la surface de l’ongle devient moins élastique. Elle devient plus “ raide ” et les agressions subies laissent alors apparaître des marques de plus en plus visibles.
Autre facteur important de dégradation, les modifications des propriétés de résistance à l’abrasion de la plaque de kératine. Des tests de simulation d’usure par rayage (sclérométrie) et de frottement permettent de reproduire les différentes sollicitations subies par les surfaces des ongles dans des situations réelles d’utilisations.

En s’intéressant aux mécanismes d’endommagement lors d’un contact entre deux corps par la technique de la sclérométrie, nous pouvons comprendre comment réagit la surface unguéale en fonction de l’âge. L’image (4) montre une rayure sur un ongle d’une personne de 31 ans.
Pour une population âgée de 3 à 65 ans, l’énergie de rayage diminue de 20% avec l’âge. Ceci montre que plus on vieilli, plus nos ongles deviennent sensibles à l’abrasion et donc aux dégradations engendrées par les contacts répétés des corps extérieurs.

Hassan Zahouani et Roberto Vargiolu.
Laboratoire de Tribologie et Dynamique des Systèmes
Ecole Centrale de Lyon

 

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits