Grains de mélanine dans un cheveu châtain





Grains de mélanine dans un cheveu blond






Grains de phaeomélanines vus au microscope













Constituants des mélanosomes, les mélanines sont des macromolécules responsables de la couleur de la peau et des cheveux. La pigmentation mélanique, du cheveu comme de l’épiderme, est déterminée par le patrimoine génétique de chaque individu.

Les travaux sur l'origine de la coloration des cheveux font apparaître l'existence de mélanges mélaniques complexes dans lesquels on identifie au moins deux types très différenciés de mélanines : les eumélanines qui déterminent les teintes brunes à noires et les phéomélanines auxquelles on attribue les couleurs allant du blond au roux (Raper 1938, Chioccara et Prota 1977).
 
Cette production, orientée par des éléments extérieurs (lumière, oxygène), peut aussi avoir des causes biogénétiques. Il s'agit souvent d'une altération du message génétique dans le mode de production des intermédiaires mélaniques, par exemple au niveau de la tyrosine elle-même (aminoacide dont dérivent les mélanines) ou de l'enzyme tyrosinase qui lui est couplée. C'est le cas chez les individus albinos qui sont dépourvus de mélanines.

L'apparition des cheveux blancs, au cours du vieillissement, s’explique par la diminution du taux de mélanocytes, cellules produisant les mélanines. Les cheveux blancs ne contiennent que des grains mélaniques de faibles dimensions ce qui semble indiquer un arrêt de la mélanogénèse.
La cause de ce phénomène pourrait résider dans le ralentissement de l'activité de l'enzyme tyrosinase et dans la présence en excès de substances comme la cystéine ou le gluthation, tripeptidique soufré.

La connaissance des mécanismes de biogénèse des mélanocytes a des répercussions directes sur les procédés cosmétiques de décoloration du cheveu. L'éclaircissement des cheveux consiste par exemple en la destruction et la solubilisation des mélanines.
Les procédés cosmétiques de décoloration du cheveu tiennent de plus en plus compte des mécanismes d'évolution des mélanocytes.

L'effet du rayonnement solaire sur les mélanines est relativement bien connu (Mercier 1992). Il s'accompagne d'un éclaircissement des cheveux. Ces effets sont consécutifs aux changements structuraux des mélanocytes.

 
Pierre Le Perchec
Les molécules de la beauté, de l’hygiène et de la protection
CNRS Editions/Nathan

 


H. S. Raper, 1938. "Some problems of tyrosine metabolism", J. Chem. Soc., pp. 125-30

F. Chioccara, E. Novellino et G. Prota, 1977. "Trimeric aldolization product of 1,4 benzothiazine", J. Chem. Soc. Comm., pp.   50-1

P. Mercier, 1992. "Les mélanocytes sortent de l’ombre", Biofutur, 114: pp. 32-5

 


 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits