On appelle spectre de la lumière, l'ensemble des longueurs d'onde dont elle est constituée. Chacune de ces longueurs d'onde correspondant à une couleur, on dit souvent, par abus de langage, que le spectre de la lumière blanche est l'ensemble des "couleurs" correspondant aux longueurs d'onde du domaine "visible", qui s'étalent sur toutes les nuances : du rouge au violet, en passant par les "couleurs de l'arc-en-ciel" (violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé et rouge). Ainsi le spectre de la lumière visible est cette "tache" allongée et multicolore que l'on peut observer lorsqu'on décompose la lumière blanche, à l'aide d'un prisme par exemple.


Spectre de la lumière blanche

 


Partie visible du spectre de la lumière 

De part et d'autre du spectre visible, on trouve des radiations invisibles à l'oeil nu comme :

- les infrarouges, qui sont caractéristiques de la lumière émise par les corps chauds : le soleil, les braises, les fers à repasser, les animaux, etc...

- les ultraviolets, parfois improprement appelés "lumière froide" sont émis par des corps incandescents extrêmement chauds, comme les étoiles. Ils sont responsables du bronzage, mais aussi des cancers de la peau ou autres brûlures graves. Les ultraviolets sont susceptibles d'exciter la fluorescence de certaines substances (fluorescéine) qui réémettent sous forme visible le rayonnement ultraviolet qu'elles absorbent.

Le spectre visible se situe entre 400 et 700 nanomètres (1nm=10-9m). Chaque couleur correspond à une certaine longueur d’onde :


- Rouge : 620-700 nm
- Orange : 592-620 nm
- Jaune : 578-592 nm
- Vert : 500-578 nm
- Bleu : 446-500 nm
- Violet : 400-446 nm



Exemple d’objets utilisant différentes longueurs
d’onde du spectre visible et invisible


Il existe de nombreux spectroscopes qui permettent de décomposer la lumière blanche dans la vie de tous les jours : les disques-compacts par exemple mais aussi les gouttes d'eau qui décomposent la lumière du soleil pour former des arcs-en-ciel.

Sources bibliographiques: La main à la pâte et Wikipédia

 

 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits