Billes de polymère

 

 

Capsules creuses de polymère

 

 



Les premières applications de la microencapsulation sont apparues au cours des années 40, après une dizaine d’années de recherches. Il s’agissait alors de mettre sur le marché des papiers copieurs sans carbone. En enfermant une base colorée dans de la gélatine, le tout dispersé sur une feuille de papier, qui est au contact d’une autre feuille recouverte d’une couche d’argile acide, on dispose d’un système qui permet la reproduction. En effet, en pressant avec un crayon, on rompt les capsules et le colorant est libéré.

Par la suite, cette technique fut appliquée à différentes disciplines : en pharmacie pour la libération progressive de médicaments; pour la publicité olfactive; en agroalimentaire pour encapsuler des arômes etc…
Une application récente concerne le premier collant hydratant qui réduit le dessèchement de la peau en libérant progressivement un principe actif hydratant.
Dans ce cas, le produit est emprisonné dans des microcapsules étanches greffées sur le collant, qui se brisent sous l’effet d’un frottement.
Ces microcapsules peuvent être préparées par des processus chimiques (emplois de polymères), physicochimiques (par conservation ou formation d’émulsion complexe) ou mécaniques.

Armand Lattes
Interactions moléculaires et réactivité chimique et photochimique

Pour en savoir plus...

   La microencapsulation 

 
 
   

             © CNDP
Nanocapsules
Encapsulation et vectorisation d'actifs lipophiles. Structure des nanocapsules.
   
 


 

     © CNRS   -  Contacts   - Crédits