Dossier : Climat   
    La recherche française sur le climat
  Les thèmes de recherche
  Variabilité climatique
 
   

Les 4 grands programmes internationaux sur le changement global : Structures internationales dont relève le nouveau CNF-CG
Extrait de la Lettre n°17 Programme International Géosphère Biosphère-Programme Mondial de Recherches sur le Climat (PIGB-PMRC)


retour sommaire  

Le Comité National Français sur le Changement Global (CNF-CG) représente la communauté des scientifiques travaillant sur le changement global, un domaine de recherche particulièrement interdisciplinaire relevant de ce que l’on appelle plus généralement le développement durable.

     
     
   

Dans sa nouvelle version, le CNFCG correspond non plus à deux, mais à quatre grands programmes internationaux, lesquels sont regroupés dans une nouvelle entité récemment créée et baptisée Earth System Science Partnership (ESSP) ou «Partenariat des Sciences du Système Terrestre».

Les quatre grands programmes en question sont les suivants :

Le PMRC, Programme Mondial de Recherches sur le Climat, (en anglais WCRP, http://www.wmo.ch/web/wcrp), créée en 1980, est basé à l’OMM à Genève. Le PMRC est placé sous le patronage du CIUS (ICSU : International council for Science (http://www.icsu.org/), de l’OMM et depuis 1993 du COI (Commission Intergouvernementale d’Océanographie) de l’UNESCO. Il coordonne des projets de recherche visant à déterminer les mécanismes fondamentaux et le fonctionnement du système climatique de la planète, avec comme objectif la prédiction de l’évolution du climat tant à l’échelle globale que régionale, notamment suite aux perturbations induites par les activités humaines. Les 4 projets développés actuellement portent sur l’acquisition de données, notamment grâce à des réseaux d’observations, sur leur interprétation et leur modélisation. Il s’agit de:

• CLIVAR (la variabilité climatique)
• CliC (le rôle de la cryosphère)
• SPARC (le rôle de la stratosphère)
• GEWEX (le cycle de l’eau).

Le PMRC soutient aussi un Groupe de Travail sur la modélisation du climat. Trois projets antérieurs, à savoir TOGA (l’ENSO), WOCE (la circulation océanique) et ACSYS (l’Arctique), ont fourni les résultats attendus et sont maintenant terminés.

La contribution de la France au fonctionnement du WCRP a été de 28170 $ au total pour les années 2002 & 2003.

Le PIGB, Programme International Géosphère-Biosphère, (en anglais IGBP, http://www.igbp.kva.se/), créé en 1986 par le CIUS et basé à Stockholm, après avoir été évalué et fortement remanié, est maintenant entré dans sa deuxième phase. Il compte désormais 8 projets. Six d’entre eux portent sur l’étude des processus physiques, chimiques et biologiques dans l’atmosphère, la biosphère continentale, l’océan et les interfaces entre milieux :

• GLOBEC (Global Ocean Ecosystem Dynamics)
• GLP (Global Land Project)
• IGAC (Atmospheric Chemistry)
• IMBER (Integrated Marine Biogeochemistry and Ecosystem Research)
• LOICZ (Land-Ocean Interactions in the Coastal Zone)
• LUCC (Land Use and land Cover Change).

Les deux derniers sont des projets transversaux :

• PAGES (Paléoclimats)
• GAIM (intégration/modélisation des données).

Le PIGB joue un rôle central dans les recherches sur la compréhension et la modélisation de la dynamique du système Terre et sur le rôle des activités humaines dans les changements observés. Il est le seul des 4 grands programmes à avoir demandé la nomination d’un représentant national, et il est donc le seul à entraîner de ce fait la constitution d’un CNF.

La France a versé l’an dernier une contribution de 217100 $ pour le fonctionnement de ce programme (y compris un rattrapage pour l’année 2002).

Le PIDH , Programme International sur les Dimensions Humaines du Changement Global (IHDP en anglais) a été lancé dès 1990, créé officiellement en 1995 conjointement par le CIUS et le CISS (Conseil International pour les Sciences Sociales) puis finalement mis en place sous sa forme actuelle en 1997. Ce programme s’attache aux aspects sociaux et socio-économiques du changement global. Outre les deux projets LUCC et LOICZ développés en commun avec IGBP (voir ci-dessus), IHDP comporte 3 autres projets :

• GECHS (Global Environmental Change and Human Security)
• IDGEC (Institutional Dimensions of Global Environmental Change)
• IT (Industrial Transformation).

Basé à l’université de Bonn (http://www.ihdp.unibonn.de/), IHDP commence tout juste à toucher la communauté française.

En 2003, la France a contribué à hauteur de 87000 $ à son fonctionnement.

Diversitas, le Programme Mondial de Recherche sur la Biodiversité, est le plus récent (2002) des 4 programmes de l’ESSP. Diversitas dépend du CIUS, de SCOPE (Scientific Committee on Problems of the Environment), de l’IUMS (International Union of Microbiological Societies), de l’IUBS (International Union of Biological Sciences) et de l’UNESCO. Son siège est à Paris (http://www.diversitas-international.org/). Il a été créé pour répondre à une série de questions très actuelles sur le rôle de la biodiversité dans le fonctionnement et la durabilité des écosystèmes, sur l’origine de la biodiversité et sur les causes, la localisation et la vitesse de sa disparition. Diversitas comprend 3 projets distincts mais complémentaires :

• bioDISCOVERY,
• EcoSERVICES
• bioSUSTAINABILITY),

programmes dont le partage et la mise en commun des connaissances, informations et résultats des recherches permettent d’aborder sous différents angles les problèmes les plus variés que pose la biodiversité dans ses relations avec le développement de l’homme sur terre.

En 2003, la France a versé 60000 $ pour le fonctionnement de Diversitas.

Les deux premiers des 4 grands programmes présentés cidessus représentent respectivement les composantes physiques d’une part et chimiques et biosphériques d’autre part, des recherches climatiques, le troisième les interactions de ces recherches avec les sciences sociales, le quatrième la biodiversité animale et végétale.

L’ensemble du programme sur les Changements Globaux relève donc de 2 Unions et de 2 organisations internationales, mais les 4 grands programmes qui le constituent sont tous sous la bannière du CIUS.

     
   

Contact : Robert Delmas
Président du CNF-CG
LGGE, UMR CNRS - Univ J. Fourier Grenoble
BP 96 38402 St Martin d’Hères

     


© CNRS - Contact : Sagascience@cnrs-dir.fr  - http://www.cnrs.fr