Figure 3 : Evolution des écoulements et des concentrations des pesticides à Roujan (Hérault) de 1995 à 2000. A la suite des épandages des pesticides au printemps, les concentrations augmentent fortement dans les eaux de surface, puis diminuent progressivement sur plusieurs mois du fait de la dégradation des molécules dans les sols. On ne décele pas ces évolutions temporelles dans les eaux de la nappe, où les concentrations restent entre 0,1 mg/L et 1 mg/L (norme européenne pour les eaux potables <= 0,1 mg/L).