Dossier : Climat   
    La recherche française sur le climat
  Les services d'observation
  Les observatoires de recherche en environnement  
   

LEZARD : étude intégrée et à long terme de l’impact du réchauffement climatique sur le fonctionnement des populations
Extrait de la Lettre du Changement global n°18 - Programme International Géosphère Biosphère (IGBP) - Programme Mondial de Recherches sur le Climat (WCRP) - Programme International «Dimensions Humaines» (IHDP) - Diversitas - Earth System Science Partnership (ESSP)



retour sommaire

 

Problématique scientifique et objectifs

Des effets du réchauffement climatique sur tous les types d’organismes (des plantes aux vertébrés) ont déjà été clairement observés. Cette certitude acquise, il est maintenant prioritaire de disposer de prédictions sur le devenir des espèces.

Ceci ne peut passer que par la compréhension des mécanismes par lesquels les populations vont répondre à l’élévation des températures en s’appuyant sur des études suffisamment intégrées afin de tester et contrôler la multiplicité des conséquences du changement climatique.

Pour ces raisons, l’ORE s’attache à l’étude de nombreux paramètres individuels et populationnels sur de longues séries temporelles, approche complétée par des expérimentions.




Figure 1 –Vue du site expérimental de l’ORE LEZARD (Foljuif, Seine et Marne).


Figure 2 –Diagramme présentant la réponse des populations naturelles de 1983 à 2001
 

Stratégie et paramètres mesurés

L’ORE regroupe des études sur le lézard vivipare (Lacerta vivipara), espèce intéressante de par sa grande sensibilité aux températures et la diversité de ses habitats de vie. Son étude est facilitée par la bonne connaissance de sa biologie, ses facilités de capture, d’élevage et de manipulation. Deux types d’approches sont développées : un suivi à long terme de populations naturelles et des expériences à échelle populationnelle.

- Suivi à long terme de populations naturelles : Au Mont Lozère (Cévennes), des populations sont suivies depuis 1983. Cinq sites sont suivis sur le long terme, neuf l’ont été sur le moyen terme (au moins 3 ans), et dix nouveaux sites sont en début d’étude sur une échelle régionale plus large. Les sites ont comme intérêt d’être bien contrastés (habitats, profils démographiques) afin de tester la généralité et la variabilité des réponses populationnelles.

- Expériences à échelle populationnelle : En raison des non linéarités attendues des réponses au réchauffement climatique, les suivis de populations ne peuvent suffire pour établir des projections fiables sur le long terme. Dans un souci d’explorer les conséquences de réchauffements plus affirmés, des expérimentations sont conduites au Centre de Recherche en Ecologie Expérimentale de Foljuif (Seine et Marne).

Coordinateur : Manuel MASSOT :
mmassot@snv.jussieu.fr

Laboratoire responsable et autres laboratoires impliqués :
Laboratoire d’Ecologie, CNRS-UMR 7625, Université P. et M. Curie, Paris (M. Massot)



© CNRS - Contact : Sagascience@cnrs-dir.fr  - http://www.cnrs.fr