Dossier : Climat   
    La recherche française sur le climat
  Les services d'observation
  Les observatoires de recherche en environnement  
   

REPER : observatoire de REcherche sur les écosystèmes des PERtuis charentais
Extrait de la Lettre du Changement global n°18 - Programme International Géosphère Biosphère (IGBP) - Programme Mondial de Recherches sur le Climat (WCRP) - Programme International «Dimensions Humaines» (IHDP) - Diversitas - Earth System Science Partnership (ESSP)



retour sommaire


Figure 1 – L’ORE REPER suit l’évolution de l’écosystème des Pertuis Charentais sous l’effet de la pêche

 

Problématique scientifique et objectifs

L’objet de l’ORE REPER est l’écosystème des Pertuis Charentais, dont il d’étudie les évolutions sous l’effet des pratiques d’utilisation du milieu par l’homme et plusieurs espèces animales, poissons et oiseaux, et des changements naturels dans une optique de gestion durable de la bande côtière. Dans cet écosystème fortement adapté par l’homme, le triptyque environnement-ressource-exploitation est indissociable. L’observation et l’interprétation du fonctionnement de cet écosystème ne peuvent être séparées des modes d’exploitation de la bande côtière qui influencent directement les équilibres du système. Elles nécessitent donc la contribution de disciplines des sciences de la nature et des sciences humaines.

L’observation d’un écosystème requiert d’être conduite sur une certaine durée, celle nécessaire pour plusieurs réalisation du cycle le plus long. Comme pour tout écosystème, le fonctionnement des Pertuis Charentais résulte d’équilibres entre différentes variables d’état qui procèdent de différentes échelles de temps et d’espace par le biais de processus. Mais il a la particularité d’être manipulé par les aménagements et les pratiques de l’homme. Ceux-ci peuvent être assimilés à des expérimentations, qui permettent d’analyser certains processus et de les interpréter par des modèles. D’autres processus peuvent être analysés dans les installations expérimentales, microcosmes et mésocosmes, disponibles dans la zone, notamment à L’Houmeau et à La Tremblade. L’objectif est d’aboutir à une description de l’ensemble intégrant les apports des sciences de la nature et des sciences humaines.





Figure 2 – Evolution du stock d’huîtres en élevage
 

Stratégie et paramètres mesurés

Dans les Pertuis Charentais se trouve le premier centre de production conchylicole européen (Ré-Centre-Ouest et Marennes-Oléron). C’est aussi une zone importante pour les pêcheries marines, de nourricerie et de pêche. Ces deux activités, conchyliculture et pêche, sont suivies en priorité dans l’ORE REPER. Elles sont emblématiques de la zone, de plus en plus marquée par le tourisme et les activités de loisir.

Outre le thème traitant de la qualité de l’eau qui s’inscrit dans une problématique d’effets des activités humaines et de risque sur la santé publique et sur la biodiversité, les autres actions concernent des compartiments à forte diversité d’échelle de temps. L’hydrodynamique et l’évolution de la topographie et des sédiments sont les deux éléments dont la description et la modélisation sont indispensables à tous les autres compartiments. L’échelon primaire conditionne les réseaux trophiques et présente une réponse rapide de quelques heures à quelques semaines, mais intègre aussi la dérive climatique et l’évolution des usages. Les invertébrés ont des temps caractéristiques de quelques jours à quelques années pour leurs traits de vie et ils ont la capacité de s’adapter aux fortes variations journalières et saisonnières de l’environnement. Les vertébrés sont plus ou moins capables d’éviter la zone si les conditions de l’environnement sont défavorables et de s’y déplacer pour se nourrir. Le dernier thème concerne les déterminants socio-économiques de l’activité dans la bande côtière et le bassin versant des fleuves qui débouchent dans les pertuis.

Les grandeurs mesurées ou estimées dépendent de chaque grand thème. La mise en place des procédures d’assurance qualité par l’Ifremer depuis 1999 pour ses réseaux de surveillance permet de garantir une fiabilité et une traçabilité dans les prélèvements, les mesures et la saisie. Des procédures similaires seront appliquées aux programmes de recherche, permettant ainsi de qualifier les résultats obtenus.

Coordinateur : Philippe-Jacques HATT :
pjhatt@ifremer.fr
Site web :
http://www.ifremer.fr/reper/

Laboratoire responsable et autres laboratoires impliqués :
Crema, UMR CNRS-Ifremer, L’Houmeau



© CNRS - Contact : Sagascience@cnrs-dir.fr  - http://www.cnrs.fr