Dossier : Climat   
    La recherche française sur le climat
  Les services d'observation
  Les observatoires de recherche en environnement  
   

RESYST : Réponse d’un SYSTème deltaïque aux forçages externes
Extrait de la Lettre du Changement global n°18 - Programme International Géosphère Biosphère (IGBP) - Programme Mondial de Recherches sur le Climat (WCRP) - Programme International «Dimensions Humaines» (IHDP) - Diversitas - Earth System Science Partnership (ESSP)



retour sommaire

 

Problématique scientifique et objectifs

Les deltas, zones clés de l’écosystème terrestre, ont un intérêt biologique, géologique et socio-économique. Leur stabilité repose en grande partie sur celle du système hydro-sédimentaire. Ces zones sont soumises à une diversité de forçages qui se sont amplifiés récemment : réduction des apports fluviatiles, montée du niveau marin, pressions anthropiques (redistribution des eaux, pollutions). Ces modifications récentes peuvent déstabiliser les zones deltaïques, particulièrement sensibles en raison de la diversité des milieux et de la complexité des transferts internes. Il est donc devenu essentiel d’évaluer et de comprendre le rôle de ces forçages et leurs variations dans le temps afin d’en prévoir les conséquences et proposer une politique de gestion et de développement durable pour ces zones.

L’ORE RESYST répond à cet objectif en se focalisant sur une question clé : comment répond le système hydro-sédimentaire d’une zone deltaïque (Camargue) aux forçages externes actuels ? Depuis sa création, fin 2002, les travaux ont porté sur quelques grands axes comme la relation entre les nappes souterraines et les eaux de surface, la qualité du milieu en terme de polluants ou encore l’érosion du littoral.



Figure 1 – Localisation des piézomètres et des prélèvements de sols


Figure 2 – Variation des teneurs en pesticides dans un piézomètre profond


Figure 3 – Variation de la salinité depuis 1970
 

Stratégie et paramètres mesurés

L’ORE RESYST se développe autour de 3 grand axes :
• Les nappes et les eaux de surface. Ce volet hydrologique a été privilégié car il s’est révélé méconnu. Quatre types de paramètres
sont suivis :
- des paramètres de terrain : suivi du niveau piézométrique des nappes et de paramètres physico-chimiques (conductivité électrique, salinité, température, pH, O2 dissous, Redox)
- des analyses chimiques pour la caractérisation du milieu : cations et anions majeurs
- des analyses de polluants : métaux lourds, hydrocarbures (HAP), pesticides, radioéléments artificiels
- des traceurs isotopiques : 18O,2H,226Ra. La mesure de ces traceurs est destinée à mieux appréhender les relations entre les nappes et les processus de transfert souterrains.
• Les sols et les sédiments :
ils sont étudiés afin d’évaluer la quantité de polluants présents en surface et en profondeur: radioéléments artificiels, pesticides, hydrocarbures, métaux lourds.
• La zone côtière : cette étude doit contraindre qualitativement et quantitativement les processus d’apports et d’érosion sédimentaire le long du littoral camarguais. Des suivis topo-bathymétriques de profils perpendiculaires à la plage sont effectués sur des zones sélectionnées. Ils permettent de caractériser les fluctuations bathymétriques à court terme des petits fonds et de définir la sensibilité aux dynamiques marines de chacun des secteurs.

Coordinateur : Olivier RADAKOVITCH :
radakovitch@cerege.fr
Site web :
http://www.cerege.fr/resyst/index_resyst.htm

Laboratoire responsable et autres laboratoiresimpliqués :
CEREGE (CNRS), U. Aix-Marseille 3 (O. Radakovitch)


 


© CNRS - Contact : Sagascience@cnrs-dir.fr  - http://www.cnrs.fr