Dossier : Climat   
    La recherche française sur le climat
  Les thèmes de recherche
  Chimie de l'atmosphère  
   

Evolution de l'ozone troposphérique au cours du XXème siècle


Extrait de la Lettre n°1 du Programme International Géosphère Biosphère-Programme Mondial de Recherches sur le Climat (PIGB-PMRC)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Evolution de l'ozone dans l'atmosphère libre au dessus de l'Europe de l'Ouest durant le XXème siècle, déduite des mesures effectuées au Pic du Midi et dans diverses stations européennes d'altitude.

 


Les résultats des campagnes aéroportées STRATOZ et TROPOZ ont montré qu'il existait une dissymétrie importante entre les deux hémisphères (maximum dans l'hémisphère nord) liées à la prédominance des sources anthropiques des précurseurs de l'ozone dans cet hémisphère.

L'évaluation des concentrations d'ozone pendant l'ère préindustrielle est d'une importance capitale pour étudier l'impact des activités humaines sur l'environnement. Une très longue série de mesures anciennes (1874-1909), effectuées à la fin du siècle dernier à l'observatoire du Pic du Midi, dans le sud-ouest de la France, a récemment été retrouvée. Des mesures plus récentes (à partir de 1982) complètent le jeu de données et permettent d'accéder à l'évolution de l'ozone troposphérique sur un siècle en un même site. Cette station présente un intérêt exceptionnel par suite à la fois de sa situation élevée (2900 m d'altitude) dans l'atmosphère libre et de l'influence océanique prépondérante qui s'y exerce. Située la majorité du temps au dessus de la couche limite, elle est affranchie de l'influence directe de la pollution des basses couches et constitue un observatoire représentatif de l'air de la troposphère libre aux latitudes moyennes de l'hémisphère nord. Les concentrations exactes d'ozone ont été calculées à partir des données anciennes (indices Schönbein) en prenant en compte l'influence de la pression et de l'humidité sur le signal et en utilisant la calibration absolue réalisée au siècle dernier à l'observatoire de Montsouris.

Les résultats obtenus (voir figure) montrent que l'ozone a augmenté d'un facteur 5 depuis la fin du siècle dernier aux latitudes moyennes de l'hémisphère nord, passant en moyenne de 10 ppb en 1874 à environ 50 ppb actuellement . Ceci correspond à un taux de croissance de 1,6 % par an, la tendance étant problablement plus élevée (2,4 % par an) dans les dernières décennies. Une concentration stable de 10 ppb est observée au cours de l'ère préindustrielle et l'augmentation commence vers 1895. Les autres données obtenues en Europe entre 1920 et 1980 dans des stations d'altitudes, sont en excellent accord avec l'évolution observée au Pic du Midi.

Les valeurs préindustrielles trouvées ici sont du même ordre de grandeur que celles obtenues à partir des quelques données remontant à la fin du siècle dernier en Amérique du Sud et en Europe, confirmant ainsi que les deux hémisphères avaient alors des teneurs en ozone troposphérique faibles et comparables.


Contact :
A. Marenco
Laboratoire d'Aérologie
Université Paul Sabatier
31062 Toulouse Cedex.



© CNRS Contact : Sagascience@cnrs-dir.fr