Le phénomène El Niño.
En temps normal (figure du haut) les eaux les plus chaudes du globe sont stockées dans l'ouest de l'océan Pacifique équatorial. La thermocline, zone qui sépare les eaux de surface, chaudes et homogènes, des eaux froides des couches inférieures, est peu profonde à l'est (environ 50 m) et relativement profonde à l'ouest (entre 150 et 200 m). Lors d'un événement El Niño (figure du bas) les eaux chaudes s'étendent vers le centre du Pacifique, la thermocline s'enfonçant à l'est et remontant à l'ouest. Cette perturbation océanique s'accompagne de modifications atmosphériques très importantes comme le déplacement de la zone convective (vue par TOGA-COARE) vers le centre de l'océan pacifique et l'affaiblissement des alizés sur tout le Pacifique.
Le réchauffement des eaux de surface qui en résulte à l'est du Pacifique (au large des côtes de l'Amérique du sud) entraîne des perturbations climatiques et écologiques importantes parfois synonyme de catastrophes (migration vers le sud de la pêche côtière, pluies diluviennes sur la côte sud américaine, en particulier sur les régions désertiques...). La perturbation s'étend bien au delà de cette zone. Le sud-est asiatique et l'Océanie voient leur climat fortement modifié (mousson indienne atténuée, sécheresse en Australie et à Bornéo entraînant des incendies accrus, sécheresse sur certaines îles du Pacifique entraînant la disparition entière de population d'oiseaux de mer, mort des coraux par suite d'eaux anormalement chaudes...). Même les populations de manchots de l'océan antarctique semblent affectées lors d'un El Niño. La modification de la composition chimique de l'atmosphère enregistrée dans les glaces de l'Antarctique (augmentation de MSA, acide méthane-sulfonique, lors d'événements El Niño) permet de remonter aux différents El Niño passés
.

 


LABORATOIRE D'OCÉANOGRAPHIE PHYSIQUE


© CNRS- IRD, Centre IRD de Nouméa,BP A5, Nouméa, Nouvelle Calédonie