Champ horizontal de précipitation et de l'écoulement de l'air d'un système convectif (cas du 17 février 1993) simulé avec le modèle de nuages du CNRM (z = 300m) (figure 4a) et déduit des observations du radar Doppler ASTRAIA (z = 500m) (figure 4b).
Cette première comparaison indique que le modèle est capable de reproduire l'écoulement de l'air observé avec des étalements d'air à l'avant des cellules convectives (côté droit des figures), ainsi que les grands traits de l'organisation des précipitations. Des différences existent cependant entre les champs de précipitation simulés et ceux déduits des observations radars (notons que la formule utilisée pour convertir les réflectivités radars en précipitations est très approximative et encore incertaine).
Une fois validé, en particulier avec les données radars Doppler, le modèle peut fournir un ensemble cohérent des autres champs aussi bien en zone précipitante qu'en air clair (principalement température, vapeur, contenus en eau liquide).


CENTRE NATIONAL DE RECHERCHE MÉTÉO


© CNRS- Météo-France, 42 Av. G. Coriolis, 31057 Toulouse Cedex