Communiquer
Qu'est ce que le handicap?

Se déplacer - Prendre

Percevoir - Acquérir

Communiquer
"Signeuse virtuelle " & logiciels pour les sourds
 Un assistant de   communication
 Mieux communiquer avec
les autistes




Signeuse virtuelle

Sophie : la signeuse virtuelle


 


Configuration manuelle

Générateur de configurations manuelles






"C’est une sorte de Lara Croft de la Langue des Signes Française (LSF)", sourit Jean-Marc Toulotte, du laboratoire d’automatique I3D (Interaction Image et Ingénierie de la Décision, FRE CNRS 2497) à l’Université des Sciences et Technologies de Lille. Avec son équipe, il travaille en effet à la mise au point d’un personnage virtuel capable de mimer tous les gestes du langage visuel utilisé par les personnes sourdes. Cette "signeuse virtuelle 3D" est ainsi capable de bouger bras, mains et doigts exactement comme une personne de chair et d’os.

"Même son regard est pilotable", précise le chercheur, "car certains signes de la LSF impliquent des mouvements des yeux, tout comme des expressions du visage que nous allons bientôt ajouter".


Cette marionnette virtuelle, au physique plus qu’avantageux, n’a rien d’une coquetterie de chercheur. "Elle nous est devenue indispensable pour développer nos logiciels à destination des sourds", commente Jean-Marc Toulotte, "en particulier GASPARD, programme d’aide à l’apprentissage de la lecture, développé avec le CEJS à Arras (Centre d’Enseignement pour les Jeunes Sourds); et Corpus LAC, logiciel de vocabulaire en LSF développé en collaboration avec une institution belge, l’Université de Liège et des associations britannique et grecque". Car beaucoup de l’intérêt de ces logiciels tient dans leurs petits films mettant en scène une signeuse. Qu’elle raconte une histoire en LSF, ou qu’elle signe tel et tel mot, c’est bien elle qui montre à l’utilisateur sourd l’exacte configuration des mains à apprendre (ce qui n’a rien d’évident à partir des dessins des dictionnaires papiers…).

"Pour incorporer ces petits films dans nos logiciels, raconte Jean-Marc Toulotte, nous avons d’abord utilisé la vidéo. Mais elle présente deux inconvénients de taille."
- Primo : en terme d’espace informatique, ces vidéos sont très " lourdes". Leur nombre serait donc très limité sur un CD-ROM. Pour preuve, les logiciels de vocabulaire en LSF déjà en vente ne contiennent en général pas plus de 800 mots.
- Secundo : la vidéo une fois tournée, impossible de la modifier.

"Or notre philosophie veut que les utilisateurs, personnes sourdes ou enseignants, puissent ajouter des mots, des phrases ou même des textes dans nos logiciels", insiste Jean-Marc Toulotte. "Afin que ceux-ci vivent avec leurs utilisateurs. C’est la seule façon de leur fournir un outil réellement adapté".

 

 

 


 


moteur mode emploi plan du site sommaire