Percevoir Acquérir
Qu'est ce que le handicap?

Se déplacer - Prendre

Percevoir - Acquérir
Un logiciel de musique en braille
 Lunettes intelligentes
  pour plan braille
  instantané

 Télé-prof pour non
  voyants

 Les non-voyants et   internet
 Musée virtuel pour
  non-voyants

 Télétact, la canne laser

Communiquer







 Alain Breheret est pianiste, professeur de musique dans un collège à Toulouse. Il est aussi non-voyant. Depuis son enfance, il utilise le braille musical, cette déclinaison du braille ordinaire définissant les notes de musique. S’il a toujours trouvé, avec plus ou moins de bonheur, des partitions à jouer, préalablement traduites en braille, restait le problème de la composition de nouvelles pièces.


 "En général, les musiciens jouent sur un clavier, relié à un ordinateur sur lequel est installé un logiciel d’édition de musique.", explique-t-il. Les notes jouées s’inscrivent à l’écran. Au final, ils obtiennent une partition, avec les dièses, les bémols, les silences, etc. qu’ils peuvent faire rejouer à loisir par le logiciel.

"Mais si j’utilise ce dispositif, il m’est impossible de relire à l’écran la partition graphique ainsi affichée", commente Alain Breheret.
"Dans ce cas, comment vérifier qu’un ‘la’, que j’ai voulu jouer au clavier comme une croche, est effectivement au bon rythme? Et comment corriger la partition que je compose?"


 Aujourd’hui, grâce au logiciel européen BME (Braille Music Editor), développé par plusieurs partenaires dont l’IRIT (UMR 5055), à Toulouse, et financé par la communauté européenne (Projet PLAY2 n°11908), les musiciens non-voyants peuvent composer en toute quiétude. Il leur suffit de pianoter sur le clavier d’ordinateur pour écrire les notes qui leur chantent (bien sûr, pour cela, il est indispensable de connaître le braille musical). Et, ensuite, ils peuvent relire tout ce qu’ils ont écrit, en braille, sur leur plage tactile, un dispositif couramment utilisé par les non-voyants travaillant sur ordinateur.
Mais ce n’est pas cette tablette, hérissée de minuscules picots amovibles, se levant et s’abaissant afin d’afficher les caractères brailles, qui constitue une innovation. Le progrès vient de ce que, contrairement aux modèles ordinaires, le logiciel lui-même reconnaît les caractères brailles et leur associe une signification musicale. Ce qui permet d’écouter ensuite la partition ainsi écrite.


 Alain Breheret teste BME (disponible sur www.dodiesis.com au prix de 300 euros) depuis deux ans et l’utilise de manière professionnelle depuis six mois. " Il m’apporte la précision pour laquelle je devais, auparavant, avoir recours à l’aide d’une tierce personne. ", explique le concertiste.
"Je pense qu’il sera aussi utile pour enseigner la musique aux non-voyants, commente le musicien. Cela m’a ouvert de nouveaux horizons."

 

 



 


moteur mode emploi plan du site sommaire