Percevoir Acquérir

Qu'est ce que le handicap?

Se déplacer - Prendre

Percevoir - Acquérir
 un logiciel de musique en   braille
 Lunettes intelligentes   pour plan braille   instantané
Télé-prof pour non-voyants  Les non-voyants et   internet
 Musée virtuel pour
  non-voyants

 Télétact, la canne laser

Communiquer






Schéma du système






 Mme X, non-voyante, apprend le braille, la dactylographie, et l’utilisation de différents logiciels de bureautique, près de chez elle, au Service d’Education et de Rééducation à Domicile pour Aveugles et Amblyopes (SERDAA) à Laval (Mayenne). Comme il se doit dans ce type d’enseignement spécialisé, son professeur, Mr Y, suit à l’écran les exercices de l’élève, sa frappe au clavier, et observe avec attention les gestes de Mme X sur sa plage tactile de lecture du braille, afin de corriger d’éventuelles mauvaises positions des mains. Bref, une interaction ordinaire entre un professeur et son élève. A ceci près que…Mr Y se trouve à 150 km de Mme X ! Puisqu’il enseigne au Centre Educatif Rural pour Aveugles et Déficients Visuels (CERADV) de Plénée-Jugon (Côtes d’Armor).


 "Ils utilisent TéDéVi, une plate-forme de Télé-enseignement pour les personnes Déficientes Visuelles", explique André Thépaut, de l’ENST Bretagne (Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Bretagne), à Brest, et responsable du projet.

"Il nous a semblé important d’apporter une solution d’apprentissage à distance pour les adultes perdant leurs capacités visuelles. Car, en France, très peu de centres proposent ce type d’enseignement pluridisciplinaire, ce qui oblige les utilisateurs à parcourir de nombreux kilomètres."


 Du côté du "poste professeur", on trouve un enseignant, attablé devant un ordinateur équipé des logiciels d’apprentissage à l’usage de l’élève non-voyant. Tandis que l’élève dispose d’un ordinateur (équipé des mêmes logiciels), d’une plage braille, et surtout d’une caméra. C’est elle que le professeur pilote, depuis son propre poste, afin de suivre les gestes de l’élève. Il commande aussi un système d’éclairage latéral de la plage tactile de l’élève, astuce technologique mise au point par l’équipe de l’ENST Bretagne. Car sans lui, impossible de suivre les gestes si minutieux de la lecture braille. Surtout, afin de suivre l’élève en temps réel, TéDéVi exige une image vidéo de haute définition au codage informatique conséquent. "Il faut donc transporter, entre les deux postes, une grande quantité d’information par seconde"", commente André Thépaut.

"Heureusement, les Conseils Régionaux de Bretagne et des Pays de la Loire ont décidé, il y a deux ans, de mettre en place le réseau à très haut débit " Mégalis " (France Télécom) dans toutes les grandes villes de ces deux régions." Pour ce " super câble téléphonique ", acheminer les 2 Mégabit d’information par seconde nécessaire à TéDéVi est un jeu d’enfant. Depuis un an, le prototype fonctionne donc à merveille entre Plénée-Jugon et Laval. Tandis que les concepteurs planchent sur le contenu pédagogique, avec des professeurs et ergonomes de ces deux centres.


 A terme, il s’agit de déployer le réseau dans toute la France afin de permettre à tout non-voyant de se connecter au réseau TéDéVi. Depuis chez lui, ou depuis un centre d’apprentissage de proximité, du moment que le lieu est équipé d’une liaison à haut débit.

"Actuellement l’ADSL fourni déjà un peu partout dans l’hexagone des connexions à 512 kilobit par seconde", commente André Thépaut.

"D’ici quelques années, on peut donc espérer qu’ils atteignent les 2 Mégabit par seconde nécessaire à TéDéVi". Une fois que le réseau aura correctement tissé sa toile, reliant un maximum de villes, TéDévi pourrait aussi s’adapter à de nouveaux " élèves ", comme les enfants hospitalisés ou les personnes en rééducation motrice.



 


moteur mode emploi plan du site sommaire