Percevoir Acquérir
Qu'est ce que le handicap?

Se déplacer - Prendre

Percevoir - Acquérir
 Un logiciel de musique en   braille
 Lunettes intelligentes   pour plan braille   instantané
 Télé-prof pour
  non-voyants

 Les non-voyants et   internet
 Musée virtuel pour
  non-voyants

Télétact, la canne laser

Communiquer






 "Avant je rasais les murs ! ", s’exclame Laurence Agro, non-voyante. Télétact en main, elle progresse dorénavant dans la rue avec une facilité déconcertante. Son boîtier, format télécommande de téléviseur, développé par René Farcy, du laboratoire Aimé Cotton (UPR 3321), et Yacine Bellik, du Limsi (LPR-CNRS 32-51) à Orsay (université Paris-Sud), permet en effet de détecter les obstacles. Il suffit de balayer l’horizon. Dès que le boîtier pointe un obstacle, son éloignement est instantanément mesuré grâce à un rayon laser.

Simple gadget? Qu’apporte-t-il de plus que la traditionnelle canne blanche?
"La canne ordinaire, promenée sur le sol, permet d’éviter les murs, de deviner l’imminence d’un trottoir ou d’un trou dans la chaussée, répond Yacine Bellik. Mais elle est dangereuse face à un camion, surélevé sur ses roues, tout simplement parce qu’elle passe en dessous sans encombre ! ", observe le chercheur.

"Beaucoup d’aveugles ont opté pour le Télétact car ils en avaient assez de ce genre de risque. Mais notre dispositif ne remplace pas la canne, insiste-t-il. Elle est indispensable, ne serait-ce que pour signaler aux passants que son propriétaire est non-voyant, et qu’il ne faut pas lui couper la route brusquement par exemple."


Afin d’indiquer à l’utilisateur non voyant les fameuses distances mesurées au laser, le premier modèle de Télétact émettait dans une oreillette une indication sonore. Extrêmement précise, celle-ci réclamait une longue période d’apprentissage. Autre inconvénient : pour pallier la vue, l’oreillette monopolisait un autre sens - l’audition - alors que les bruits sont tout particulièrement utiles pour appréhender l’environnement. " Aujourd’hui, tout en conservant l’oreillette en option, nous développons donc une deuxième génération de Télétact, plus simple à utiliser, avec quatre boutons vibreurs ", explique Yacine Bellik. Par exemple, pour un obstacle situé à plus de 6 m, c’est le bouton de l’index qui vibre. Celui du majeur pour les obstacles se trouvant entre 4 et 6 m devant, et ainsi de suite.
"Les intervalles exacts seront déterminés d’après les tests que viennent de démarrer les utilisateurs.", précise le chercheur.

Le Télétact II, en cours d’industrialisation par la société EREO, devrait être commercialisé courant 2003 par la société Medexa, au prix de 2200 euros environ. Quant au stage de formation, qui coûtait 1800 euros aux utilisateurs de la première version, il sera désormais financé par Lions Club, une association à but humanitaire. Mieux encore : le Télétact pourrait bientôt être remboursé par la sécurité sociale.

"Il faudra d’abord en avoir vendu une soixantaine", prévient Yacine Bellik.
Mais l’objectif est proche puisqu’une quarantaine d’exemplaires de la première version ont déjà été écoulés. Les yeux brillants, le chercheur avoue même qu’ " un modèle de 3ème génération est déjà en préparation, mais c’est top secret !, sourit-il. Ce sera une grande avancée, très grande… "



 


moteur mode emploi plan du site sommaire