images    1  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 



La recherche de nouveaux traitements

Thérapie du cancer

Les nanotechnologies peuvent générer des médicaments activables à volonté, capables de traiter les cellules tumorales. Ainsi, en associant à une nanoparticule donnée une molécule capable de se diriger droit vers les cellules tumorales, on peut espérer cibler exclusivement les cellules cancéreuses et imaginer détruire très précisément les tumeurs.
La destruction mécanique des cellules tumorales ayant intégré les nanoparticules choisies avec la molécule chargée de les cibler peut être commandée à distance, selon le type de nanoparticules, par un champ magnétique, un laser , des rayons X , ou simplement de la lumière. On combine la plupart du temps, pour ces applications, à la fois le diagnostic et la thérapie .


Neutronthérapie (thérapie par capture de neutrons)
Irradier des cellules avec des neutrons thermiques est sans danger pour les cellules…sauf si celles-ci contiennent des nanoparticules à base de gadolinium auquel cas l’irradiation aux neutrons les détruit immédiatement. En fonctionnalisant ces nanoparticules, afin qu’elles ne ciblent et n’incorporent que les cellules cancéreuses (avec une sonde adéquate par exemple), on peut ensuite les détruire spécifiquement en soumettant l’organisme à un faisceau de neutrons…qui épargnera bien entendu toutes les cellules saines !

Les nanoparticules d’oxyde de gadolinium (Gd2O3) sont capables d’interagir très facilement avec les neutrons (en particulier les neutrons thermiques c’est-à-dire de faible énergie) ce qui les rend très attrayantes. La capture d’un neutron engendre en effet une cascade d’événements physiques très énergétiques.
"Sachant que l’internalisation par des cellules de nanoparticules de Gd2O3 ou que l’irradiation de cellules par des neutrons thermiques n’entravent pas leur développement mais que la conjonction des deux (l’irradiation neutronique de cellules contenant des nanoparticules) induit l’émission de particules énergétiques capables de détruire les cellules, ces nanoparticules pourraient être utilisées dans le cadre de la thérapie par capture de neutrons" explique Stéphane Roux.
Cette thérapie est actuellement en cours de développement aux USA et au Japon essentiellement mais avec des molécules à base d’isotope 10 du bore (10B) dont la capacité à capter les neutrons est 66 fois inférieure à celles dont sont dotées les molécules à base de gadolinium (157Gd).