© CNRS Photothèque - J. L. Auguste





 



Quels sont les problèmes éthiques soulevés par les nanotechnologies ?

Les possibilités de fracture nanotechnologique et de détournement des usages

A qui et à quoi serviront les futurs nanoproduits ? Les fantastiques possibilités ouvertes par cette capacité à manipuler la matière à l’échelle de l’infiniment petit posent le problème de qui y aura accès et de l’usage que l’on en fera. Outre la question des applications militaires, les nanotechnologies ont notamment la particularité de nous donner la faculté de pouvoir partager et multiplier à l’infini le recueil de l’information. Que fera-t-on de cette incroyable masse de données ? Afin d’éviter un détournement des usages des nanoproduits, pouvant mettre en danger la liberté du citoyen, la mise en place de moyens de contrôle d’ordre réglementaire ou juridique apparaît nécessaire.

Bien qu’ils soient encore rares sur le marché, les nanoproduits seront destinés à terme à de très nombreux secteurs d’activité. Mais, si la capacité des scientifiques à agir sur l’infiniment petit ouvre des perspectives fantastiques pour les industriels lesquels imaginent déjà des instruments et des matériaux high tech au service de la santé, de l’environnement ou de la communication, cet ensemble de procédés pourrait être utilisé à des fins funestes ou être monopolisé par un petit nombre créant une sorte de «fracture nanotechnologique».

Ainsi les technologies de l’information compteront vraisemblablement parmi les premières à bénéficier des découvertes des nanosciences. Grâce à celles-ci, la course à la miniaturisation depuis longtemps lancée dans l’industrie des micro-processeurs pourra se poursuivre jusqu’à des échelles aujourd’hui à peine envisageables. C’est ainsi qu’émergerait, prédisent certains, une nouvelle génération de petits objets spécialisés, dotés d’une grande puissance de calcul, d’autonomie et d’une capacité à communiquer. L’intérêt de la réduction de taille étant aussi économique, les coûts de fabrication et de vente de ces nouveaux instruments seront faibles, voire négligeables, banalisant ainsi leur déploiement. A l’aide des nanotechnologies, il sera donc en théorie possible de suivre et de recouper simultanément entre eux des milliards d’événements. Or, que fera-t-on de ce formidable pouvoir ? L’accès à une masse d’informations sans cesse augmentée pose le problème de son contrôle et de son partage. C’est-à-dire des dérives susceptibles de mettre en danger le respect de la vie privée, la démocratie, voire l’ordre social ou planétaire.

Les nanosciences pourraient être également à l’origine de nouveaux procédés, l'un des intérêts de ces technologies étant de doter des matériaux ou des systèmes de propriétés inédites à notre échelle. Se pose là aussi la question du détournement éventuel de ces capacités hors du commun par tous les acteurs du marché : les industriels bien sûr, mais aussi les consommateurs qui pourraient être tentés d’utiliser un produit à une autre fin que celle pour laquelle il a été fabriqué.

Pour limiter le risque de détournement des usages des nanotechnologies, une concertation et une implication accrues des principaux maillons de la chaîne commerciale (consommateur, industriel, chercheur, associations et instances de régulation, comme l’Etat par exemple) visant à l’élaboration d’une réglementation adaptée apparaît donc non seulement nécessaire mais indispensable.

Le cas des applications militaires
Si les nanosciences seront peut-être à l’origine de médicaments ou de thérapies d’un genre entièrement nouveau, elles pourraient également servir à l’élaboration de nouvelles armes et d’instruments furtifs high tech. Ainsi ces technologies permettraient la réalisation de capteurs et d’émetteurs petits et légers, susceptibles d’être disséminés sur un champ de bataille ou transportés par le fantassin. Grâce à ces systèmes, le combattant du futur recevra en permanence des informations sur les mouvements de l’ennemi, tout en restant en liaison avec son centre de commandement. En clair, les nanotechnologies fourniront aux militaires les moyens de démultiplier les moyens d’acquisition et de transmission de l’information, un élément stratégique de la guerre moderne.