Logo image de fond
La lettre d'info des Instituts du CNRS
Flèche gauche Édition du 03/05/2016Flèche droite
En direct des labos

Nouvelles publications scientifiques, créations de laboratoires, annonces de prix... Avec "En direct des labos", retrouvez toutes les deux semaines des informations issues des instituts du CNRS et complémentaires des communiqués de presse.

Institut des sciences biologiques (INSB)

Découverte d'un nouveau langage pour communiquer avec les gènes

Vignette

La recherche en épigénétique découvre comment l’environnement communique avec les gènes et instruit leur activité. Cette communication inclut un système qui utilise certaines molécules produites par le métabolisme cellulaire pour modifier chimiquement les protéines histones qui organisent l’ADN. Une collaboration internationale dont les résultats sont publiés dans la revue Molecular Cell, met en évidence une nouvelle voie de communication avec les gènes en caractérisant la fonction de modifications chimiques des histones inconnues jusqu’à présent.

Former des complexes fonctionnels stables pour étudier les protéines instables

Vignette

L’équipe de Marc Ruff à l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire a développé une méthodologie innovante permettant de produire des complexes macromoléculaires stables pour les études structurales et fonctionnelles des protéines. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Communications.

Les gibbérellines mettent du fer dans les épinards !

Vignette

L’équipe de Patrick Achard à l’Institut de biologie moléculaire des plantes révèle qu’une distribution asymétrique de la signalisation par les phytohormones gibbérellines (GAs) dans les racines, permet aux plantes d’adapter la croissance de la racine primaire et l’activité de la machinerie d’assimilation du fer aux variations du contenu en fer de la rhizosphère. Cette étude est publiée dans la revue Developmental Cell.

Le TIE checkpoint : un processus physiologique permettant d'optimiser la production d'anticorps

Vignette

Les anticorps sont produits par les plasmocytes, des cellules appartenant à la famille des lymphocytes B. Des chercheurs du laboratoire CRIBL identifient un processus de sélection négative permettant d’éliminer les plasmocytes lorsque la production d’anticorps se dérègle. D’un point de vue physiologique, ce point de contrôle baptisé "TIE-checkpoint" (Truncated-Immunoglobulin Exclusion) favorise l’émergence de plasmocytes capables de supporter une synthèse massive d’anticorps. Cette étude est publiée dans la revue The Journal of Experimental Medicine.

Mieux vaut tard que jamais !

Vignette

Jeune, notre cerveau est formidablement plastique. Il crée, défait, complète, réorganise une foule de réseaux neuronaux afin d’y stocker les traces des multiples expériences qui jalonnent notre vie. Cette capacité peut malheureusement décliner avec l’âge et conduire à des troubles cognitifs. Mais tout n’est pas forcément perdu. Malgré un âge avancé, l’enrichissement des conditions de vie peut rendre au cerveau une partie de sa jeunesse. Des chercheurs du Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives lèvent le voile sur des mécanismes moléculaires que l’enrichissement peut rétablir chez les sujets âgés au bénéfice de leurs capacités cognitives. Cette étude est publiée dans la revue The journal of Neuroscience.

Phosphorylation de Fas : un pas de plus vers une médecine personnalisée

Vignette

La signalisation du récepteur Fas, activée par la liaison avec son ligand FasL, est principalement connue pour conduire à la mort de la cellule, mais elle entraine aussi, notamment dans un contexte cancéreux, sa prolifération ou sa migration. L’équipe d’Anne-Odile Hueber au sein de l’Institut de biologie Valrose, révèle que le profil de phosphorylation de deux résidus tyrosine situés dans le domaine cytoplasmique de ce récepteur rend compte de cette différence de signalisation jusqu’alors incomprise. Cette étude, publiée dans la revue PLoS Biology, permet de proposer la détection du niveau de phosphorylation de Fas comme facteur prédictif de choix du traitement thérapeutique.

Institut de chimie (INC)

Comment se comporte l'azote atmosphérique exposé aux UV du soleil ?

Vignette

La description fine de l'interaction entre l'azote moléculaire N2 et le rayonnement UV du soleil est essentielle pour comprendre les processus physicochimiques présents dans la haute atmosphère terrestre. Plus particulièrement, la photo-ionisation dissociative impliquant les états électroniques excités de N2+ qui conduisent à la formation de N et N+ reste encore mal connue car ces états sont difficiles à analyser. Une équipe de chercheurs a participé à la mise au point d'une nouvelle méthode spectroscopique permettant de caractériser ces états excités difficilement accessibles par les techniques d’investigation standard. Ces travaux sont publiés dans Physical Review X.

De nouveaux canaux potassiques artificiels hautement sélectifs

Vignette

Les canaux ioniques, formés de protéines, sont présents dans les membranes de toutes les cellules. Ils permettent le passage sélectif d’ions de part et d’autre de la membrane. Les canaux sélectifs au potassium jouent un rôle essentiel dans le bon fonctionnement du système nerveux. Les chercheurs tentent recréer artificiellement cette fonction. Pour cela, ils ont assemblé judicieusement de petites molécules pour qu’elles s’organisent de manière à constituer le canal de transport. Ces travaux sont parus dans les revues Journal of the American Chemical Society, Angewandte Chemistry et Chemistry an European Journal.

Fabriquer un polymère complexe, pas si simple !

Vignette

De nouvelles stratégies ont été développées pour permettre la synthèse de polymères dits "de précision", dotés d’une grande complexité structurale. Mais avec quelle précision peut-on contrôler l’agencement des monomères de l’objet final ? C’est la question que se sont posée les chercheurs qui proposent des éléments de réponse dans un article paru dans la revue Nature Communications.

Mécanisme catalytique de production d'hydrogène par des sulfures de Mo

Vignette

De nombreux efforts portent actuellement sur la synthèse de catalyseurs performants de production d’hydrogène à base de métaux non-nobles. Dans ce contexte, les sulfures de molybdène (Mo), notamment sous forme amorphe, présentent des comportements très prometteurs. Les chercheurs ont montré que ces formes amorphes étaient en fait des polymères de coordination basés sur des motifs [Mo3S13]2– partageant des ligands disulfures. Le mécanisme catalytique de production d’hydrogène a ainsi pu être réinterprété et associé à la formation d’intermédiaires catalytiques de type hydrure de molybdène(V). Ces travaux font l’objet d’une publication dans Nature Materials.

Quand le graphène rencontre des interrupteurs moléculaires pilotés par la lumière

Vignette

Des chercheurs ont montré qu’il est possible de créer des dispositifs à base de graphène sensibles à la lumière, ouvrant ainsi la voie à de nombreuses applications comme les photodétecteurs et les mémoires à commande optique. Ces travaux sont parus dans la revue Nature Communications.

Institut écologie et environnement (INEE)

Anchois côtier ou anchois du large ?

Vignette

Après avoir prouvé, grâce à l'étude de leurs gènes, que le bar et le loup ne constituaient pas une seule espèce, comme admis jusqu'à présent, mais deux lignées évolutives en cours de spéciation, une équipe de chercheurs vient d'aboutir aux mêmes conclusions avec l'anchois commun (Engraulis encrasicolus) : il faut désormais compter sur l'anchois du large et l'anchois côtier. Ces deux écotypes pourraient ne jamais frayer ensemble, l’un occupant la haute mer, l’autre préférant les milieux côtiers saumâtres voire dessalés. Ils se rencontrent néanmoins occasionnellement et produisent des hybrides viables. Publiés dans la revue Molecular Ecology, ces travaux apportent un nouvel éclairage sur les mécanismes de différenciation, de maintien et d’adaptation des espèces à leur milieu. Ils devraient également contribuer à améliorer la connaissance et la gestion des stocks d'anchois et plus généralement des espèces d'intérêt halieutique aux situations similaires.

Le cloporte abrite une armée de bactéries

Vignette

Les cloportes représentent le seul groupe de crustacés composé presque exclusivement d’espèces terrestres dont les premières traces fossiles avérées datent du Crétacé. Ils représentent donc un groupe clé dans l’étude de la sortie des eaux car ils ont développés de nombreuses adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales à la vie terrestre. On compte plus de 10 000 espèces présentes sur tous les continents. Ils sont très abondants dans la faune du sol, participent à la décomposition de la matière organique et régulent les communautés microbiennes du sol. Une équipe de chercheurs du laboratoire Ecologie et biologie des interactions a pour la première fois analysé le microbiote du cloporte commun Armadillidium vulgare. Leur étude, publiée dans la revue FEMS Microbiology Ecology, met en évidence une diversité microbienne surprenante chez le cloporte directement corrélée à celle de son environnement.

L'effet-prison : une explication aux comportements homosexuels d'une population de Tortues d'Hermann

Vignette

De nombreuses études attestent que les comportements homosexuels sont fréquents dans la nature et concernent de nombreux taxons, vertébrés ou invertébrés. Pour autant, leur compréhension demeure incertaine et les mécanismes qui les sous-tendraient (hormonaux, génétiques) sont controversés. D'un point de vue évolutif, la plupart des recherches se sont orientées sur les bénéfices qu'une telle sexualité pourrait procurer à l'espèce en termes adaptatifs : cohésion sociale ou hiérarchisation des individus au sein d'une population. Les hypothèses non-adaptatives ont quant à elles été bien moins étudiées. C'est l'une d'entre elles, intitulée "effet-prison", que vient de révéler pour la première fois en conditions naturelles une équipe européenne composée notamment de chercheurs français du Centre d'études biologiques de Chizé. Leurs travaux sur une population macédonienne de Tortues d'Hermann ont été publiés dans la revue Behavioral Ecology.

Les tintinnides polaires : ces stars planctoniques en manque de doublures

Vignette

Qu’ils soient marins ou terrestres, les systèmes des hautes latitudes contiennent un nombre d’espèces très réduit par rapport aux populations des zones tempérées ou tropicales. C’est ce qu’on appelle le gradient latitudinal de biodiversité. Mais que se passe-t-il à l’échelle des populations ? Le nombre d’espèces dominantes diminue-t-il au même rythme que celui des espèces minoritaires ? Pour le savoir une collaboration internationale s’est intéressée aux tintinnides. Ces organismes planctoniques rassemblés en quelque 1 200 espèces, dont certaines, dites dominantes, sont largement représentées alors que les autres, moins nombreuses, servent en quelque sorte de doublures aux premières. Dans une étude publiée dans The ISME Journal, les scientifiques ont mis en évidence un appauvrissement global des populations de ce groupe de zooplancton ainsi qu’une variation de leur composition lorsque l’on se rapproche du pôle Nord.

Un gène "clé" pour la transmission du chromosome Y

Vignette

Chez l’homme, les chromosomes X et Y sont transmis avec la même probabilité et il naît autant de filles que de garçons. Mais chez certaines espèces de drosophiles, ce n’est pas toujours le cas : les chromosomes X des mâles sont parfois privilégiés et leur descendance presque exclusivement composée de femelles. Des chercheurs viennent de mettre en évidence chez l'espèce Drosophila simulans un gène "clé" impliqué dans la transmission du chromosome Y lors de la formation des gamètes mâles. Les résultats de leurs travaux, qui apportent un nouvel éclairage sur les mécanismes de l’évolution et de la spéciation, ont été publiés dans la revue PNAS.

Institut des sciences de l'information et de leurs interactions (INS2I)

ERC de Cédric Févotte : "Décomposer les tableaux pour mieux comprendre les données"

Vignette

Pour analyser des données matricielles, c’est-à-dire qui peuvent être organisées et stockées dans un tableau, il est souvent nécessaire de les décomposer en deux sous-tableaux dits “facteurs”. Les approches existantes trouvent souvent leurs limitations dans l’utilisation d’hypothèses statistiques simplificatrices ou encore dans l’utilisation de pré-traitements des données. Cédric Févotte ambitionne de lever ces verrous dans le cadre de son projet ERC FACTORY (New paradigms for latent factor estimation).

PRETIV : adaptation des véhicules autonomes au contexte culturel

Vignette

Pour les véhicules autonomes, il devient de plus en plus important de prendre en compte les différences culturelles et régionales dans la définition et le développement de systèmes avancés d’assistance au conducteur (ADAS). Le laboratoire Heuristique et diagnostic des systèmes complexes, avec trois autres partenaires, se concentre sur cet objectif dans le cadre du projet PRETIV.

Institut des sciences de l'ingénierie et des systèmes (INSIS)

Créer des suspensions intelligentes pour mieux en contrôler les propriétés d'écoulement

Vignette

L’appel ERC Consolidator Grants du Conseil européen de la recherche (ERC) récompense chaque année des chercheurs d'excellence ayant entre sept à douze ans d'expérience après leur thèse. Parmi les 302 projets lauréats en 2015 figure le projet PaDyFlow mené par Anke Lindner, chercheuse au sein du laboratoire de Physique et mécanique des milieux hétérogènes. Ses recherches visent à comprendre le lien entre la dynamique microscopique des particules et les propriétés macroscopiques des suspensions.

Premier Tour de France en fauteuil dans un cadre scientifique

Vignette

Un tour de France en 33 jours et en fauteuil roulant électrique, c’est le défi inédit que s’est lancé Ibrahim Khalil Hamzaoui, 33 ans, atteint de paraplégie, doctorant en informatique au laboratoire CRIStAL et impliqué dans l’IRCICA. Du 2 mai au 3 juin 2016, il parcourra plus de 3 000 km, traversera 14 villes de France et se rendra dans 17 universités, pour sensibiliser au handicap et recueillir des données scientifiques sur les dispositifs mobiles.

Institut national des sciences mathématiques et de leurs interactions (INSMI)

Une médaille d'argent à l'interface des mathématiques, de la géophysique et la physique statistique

Vignette

Lauréate de la médaille d’argent 2016 du CNRS, Isabelle Gallagher travaille en équations aux dérivées partielles (EDP) dans le cadre de la mécanique des fluides. Elle a apporté avec ses collaborateurs des éléments de compréhension sur l’un des célèbres problèmes du millénaire énoncé par l’Institut Clay sur les équations de Navier Stokes. Elle s’est aussi intéressée au comportement des fluides géophysiques et a étudié des équations modélisant l’océan, décrivant notamment les mouvements ondulatoires de la circulation océanique. Ses travaux récents s’intéressent aux modèles cinétiques, dont les équations les plus connues sont les équations de Vlasov et de Boltzmann. Dans un article qui vient d'être publié dans la prestigieuse revue Inventiones, elle a justifié avec Laure Saint-Raymond et Thierry Bodineau l'obtention du mouvement brownien à partir de modèles déterministes de sphères dures en interaction.

Institut de physique (INP)

Comment une avalanche granulaire érode-t-elle les sols ?

Vignette

Des physiciens ont montré que l’érosion d’un sol par un écoulement granulaire dense peut aboutir à la formation de cascades. Ce phénomène a permis de mettre en évidence le rôle de l’inertie des grains dans ces processus d’érosion.

Piéger et manipuler un objet sans contact avec un faisceau acoustique

Vignette

En sculptant le front d’onde d’un faisceau ultrasonore, des physiciens ont réalisé la première pince acoustique et l’ont utilisée pour piéger et manipuler un objet élastique de taille submillimétrique.

Institut national de physique nucléaire et de physique des particules (IN2P3)

Le CNRS participe au festival "Pint of Science" du 23 au 25 mai 2016

Vignette

Chercheurs, doctorants et post-doctorants de plusieurs laboratoires renouvellent leur participation à l'édition 2016 du Festival Pint of science qui se déroulera du 23 au 25 mai dans une vingtaine de villes de France. Quelles sont les particules les plus élémentaires de la matière ? Mécanique quantique et relativité générale sont-elles conciliables ? Leurs lois relèvent-elles de la science-fiction ? Qu'est-ce qu'une étoile à neutrons ? Autant de questions abordées, qui ne resteront pas sans réponse, dans un cadre détendu et convivial pour les chercheurs et le grand public.

Institut national des sciences de l'Univers (INSU)

Destruction et reconstruction des disques galactiques

Vignette

Un groupe de chercheurs et d’ingénieurs informaticiens du Laboratoire d’astrophysique de Marseille a effectué des simulations utilisant des supercalculateurs pour étudier le résultat d'une fusion de deux galaxies à disque de masses environ égales et situées à des redshifts intermédiaires. Les résultats de cette étude ouvrent une toute nouvelle perspective pour la compréhension des processus mis en jeu dans la formation des galaxies, qui reste encore méconnue à ce jour.

Retour sur le séisme survenu en Equateur le 16 avril 2016

Vignette

Un séisme de magnitude 7.8 est survenu le 16 avril 2016 à 23h58 (UTC) en Equateur, à une profondeur située entre 15 et 30 km. Il s'agit d'un séisme de subduction lié à la convergence relative entre les plaques Pacifique (Nazca) et Sud-Amérique. Le mécanisme au foyer, déterminé par plusieurs agences, indique bien un évènement compatible avec une rupture localisée sur l’interplaque de subduction. L’épicentre, proche de la côte pacifique, est localisé à quelques dizaines de kilomètres des localités de Muisne, Cojimies et Pedernales. Le séisme, à environ 170 km à l'ouest-nord-ouest de la capitale Quito, s'est produit juste au sud du promontoire d'Atacames, pointe de Galera, au sud d'Esmeraldas.

Une élévation du niveau de la mer revue à la hausse en cas de maintien des émissions de gaz à effet de serre

De nouvelles simulations ont été réalisées par une équipe internationale comprenant un chercheur du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement afin d’étudier les conséquences d’une déstabilisation des calottes antarctique et groenlandaise sur le climat. Cette étude a conduit les chercheurs à revoir fortement à la hausse les risques climatiques associés. Ainsi, si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel, la montée du niveau des mers pourrait atteindre plusieurs mètres dans plus de 100 ans.

Directeur de la publication : Alain Fuchs
Directeur de la rédaction : Brigitte Perucca
Responsable éditorial : Julien Guillaume
Secrétaire de rédaction : Fabienne Arpiarian
Comité éditorial : Christophe Cartier Dit Moulin, Jonathan Rangapanaiken (INC) ; Clément Blondel, Mounia Garouche (INEE) ; Jean-Michel Courty, Marie Signoret, Marine Charlet-Lambert (INP) ; Clotilde Fermanian, Pétronille Danchin (INSMI) ; Ana Poletto, Jennifer Grapin, Perrine Royole-Degieux (IN2P3) ; Jean-Antoine Lepesant, Corinne Brachet-Ducos, Marina da Silva Moreira (INSB) ; Armelle Leclerc (INSHS) ; Muriel Ilous, Chloé Rimailho (INSIS) ; Laure Guion (INS2I) ; Christiane Grappin, Dominique Armand, Géraldine Gondinet, Guillaume Duveau (INSU).