Les hommes et les femmes ne sont pas égaux face au premier stade de l’infection par le VIH-1

Biologie
Santé

Pour la première fois, une équipe de recherche a mis en évidence un mécanisme génétique dépendant du sexe dans la réponse immunitaire innée qui a lieu lors de la phase aiguë de l’infection par le VIH-1. Ces travaux, publiés dans JCI Insight le 18 juin et soutenus par l’ANRS, viennent éclairer d’une façon nouvelle les différences de charge virale entre les hommes et les femmes dans le premier stade de l’infection par le VIH-1, déjà observées précédemment. Cette publication contribue à une meilleure compréhension des mécanismes de l’infection par le VIH-1, qui reste un problème de santé mondiale avec 1,7 million de personnes nouvellement infectées en 2018 dans le monde*. Ces travaux ont été menés par l’équipe de Jean-Charles Guéry (Centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, Université de Toulouse III-Paul Sabatier, Inserm, CNRS), en collaboration avec Laurence Meyer (Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Inserm, Université Paris-Saclay), Pierre Delobel (Service des maladies infectieuses et tropicales, CHU de Toulouse, Inserm) et Michaela Müller-Trutwin (Unité HIV, inflammation et persistance, Institut Pasteur).

 

 

  • *. Source : ONUSIDA 2019 (www.unaids.org/fr/resources/fact-sheet)
Bibliographie

TLR7 dosage polymorphism shapes interferogenesis and HIV-1 acute viremia in women
Pascal Azar, José-Enrique Mejía, Claire Cenac, Arnoo Shaiykova, Ali Youness, Sophie Laffont, Asma Essat, Jacques Izopet, Caroline Passaes, Michaela Müller-Trutwin, Pierre Delobel, Laurence Meyer et Jean-Charles Guéry
JCI Insight, 18 juin 2020 – DOI: 10.1172/jci.insight.136047

Contact

Jean-Charles Guéry
José-Enrique Mejía
Chercheur Inserm
Séverine Ciancia et Cécile Pinault
Service Information scientifique et communication de l'ANRS
Samira Techer
Assistante presse CNRS