Page 19

CNRS_RA2013

17 VIVANT  BIOMATÉRIAUX UNE COLLE RÉVOLUTIONNAIRE POUR LES GELS ET LES TISSUS BIOLOGIQUES Coller des gels composés majoritairement d’eau, comme la gélatine, certains cosmétiques, les gelées alimentaires, ou même les lentilles de contact, était jusqu’à présent une opération difficile à réaliser, demandant des traitements agressifs ou compliqués. Grâce aux travaux de chercheurs des laboratoires Matière molle et chimie1 et Physico-chimie des polymères et milieux dispersés2, assembler des gels est devenu un jeu d’enfant et prend quelques secondes à peine : il suffit pour cela d’appliquer une solution de nanoparticules au lieu des traditionnels adhésifs à base de polymères. Une vraie révolution conceptuelle, puisque ce sont des particules solides comme la silice, la cellulose ou des nanotubes de carbone qui assurent l’adhésion en se liant au réseau moléculaire du gel. « Outre la rapidité et la simplicité de la mise en oeuvre, la fixation apportée par les nanoparticules est forte, la jonction résistant souvent mieux à la déformation que le gel lui-même. De plus, elle offre une très bonne résistance à l’immersion dans l’eau », explique Ludwik Leibler, du laboratoire Matière molle et chimie. Les applications industrielles, notamment alimentaires ou cosmétiques, sont évidentes… Les chercheurs vont plus loin, et proposent de coller des tissus biologiques avec la même méthode révolutionnaire ! En effet, du fait de leur structure – un réseau moléculaire baigné de liquide –, les gels présentent de fortes similitudes avec les tissus biologiques comme la peau ou les organes. Une intuition couronnée de succès : pour la première fois, ils ont réussi à coller des tissus conjonctifs impossibles à assembler, en l’occurrence deux morceaux de foie de veau. « Les perspectives en chirurgie sont immenses. Grâce à cette méthode, on peut faire de la suture là où c’était jusqu’à présent impossible », commente Ludwik Leibler, qui a démarré des essais in vivo en collaboration avec un laboratoire de l’Inserm. 1 CNRS/ESPCI ParisTech. 2 CNRS/ESPCI ParisTech/UPMC. Nature Décembre 2013 RADIOTHÉRAPIE Il serait possible d’améliorer la précision et la qualité du traitement contre le cancer en marquant des cellules cancéreuses par des molécules contenant des atomes lourds et en ciblant ces atomes avec un rayonnement X d’énergie finement choisie : ces molécules émettent alors des électrons de basse énergie capables d’induire la rupture des doubles brins d’ADN. Un dommage que les cellules cancéreuses n’ont pas la capacité de réparer… Nature Décembre 2013 online IMMUNOLOGIE Comment les cellules souches sanguines parent-elles aux urgences avec discernement en fabriquant les « bonnes » cellules pour lutter contre une infection ? Des biologistes ont découvert qu’une molécule « messagère » est alors produite en grande quantité par l’organisme. Message reçu 5/5 par les cellules souches : elles fabriquent en urgence les cellules les plus adaptées à la situation. Nature Avril 2013 © CNRS Photothèque / Cyril Frésillon © CNRS Photothèque/ESPCI/MMC / Marie Gracia Cette machine d’essai mécanique dans laquelle sont positionnées deux lanières de gel assemblées permet de démontrer la bonne résistance du collage. Les trois étapes pour coller deux morceaux de gel de nature différente à l’aide d’une solution aqueuse de nanoparticules de silice ne prennent qu’une dizaine de secondes.


CNRS_RA2013
To see the actual publication please follow the link above