Page 46

CNRS_RA2013

D’Internet aux grands instruments de recherche, le volume mondial des données numériques ne cesse d’augmenter. Par son approche globale et proactive de ces Big Data, le CNRS effectue un travail pionnier de structuration. Génomique, climatologie, astrophysique, bio-informatique… les grandes masses de données, leur écosystème et leurs applications impactent désormais tous les secteurs de la recherche. Consciente des perspectives offertes par les Big Data, la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS a lancé en 2012 un grand programme transverse sur la gestion, l’ana-lyse et l’exploitation des très grandes masses de données scientifiques : le défi Mastodons. Son objectif ? Produire des solutions originales pour lever des verrous scientifiques et sociétaux, tout en favorisant l’émergence d’une communauté de chercheurs autour de la science des données. L’année 2013, marquée par une volonté de consolidation de Mastodons, s’est ainsi soldée par l’ajout de cinq nouveaux projets aux seize déjà financés en 2012, auxquels viennent s’ajouter des plateformes de collaboration avec l’Insee, l’Inserm et l’Institut Pasteur. Les premiers résultats de ce Défi ont été présentés lors d’un colloque de restitution tout début 2014. Pour Mokrane Bouzeghoub, directeur adjoint scientifique de l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I), qui coordonne Mastodons, « cet élan doit être pérennisé au-delà des cinq ans du programme. 44 2013, UNE ANNÉE AVEC LE CNRS C’est pourquoi nous étudions un projet de groupement de recherche interdisciplinaire afin d’offrir un cadre d’anima-tion et de prospective à cette communauté émergente. Le démarrage est prévu en 2015. » Une base de travail essentielle tant il reste de méthodes et d’outils à élaborer. D’autant que la France ne doit pas passer à côté du challenge des Big Data, qui constituent dorénavant le quatrième pilier de la science moderne, avec la théorie, l’expérimentation, et la modélisa-tion et la simulation. Illustration de cette dynamique d’innovation, le CNRS étu-die la possibilité d’héberger dans son centre pour le calcul numérique intensif de très haute performance (Idris1) à Orsay l’Institut français de bioinformatique. Cette infrastructure nationale de service se propose de fournir des ressources de base en bioinformatique à la communauté des sciences de la vie. Côté infrastructures toujours, le CNRS, associé à IBM, Inria et la start-up SysFera, a lancé en 2013 l’E-Biothon. Cette plateforme de Cloud surpuissante, hébergée à l’Idris, offre aux chercheurs un portail applicatif d’analyses biomédicales et une puissance de calcul importante qui permettra d’aborder le traitement des données complexes de la biologie. Elle a connu un réel succès au salon Supercomputing de Denver en novembre 2013. Le CNRS n’a pas fini d’investir ce champ du futur… 1 Institut du développement et des ressources en informatique scientifique. MÉMOIRES La miniaturisation ultime des mémoires électroniques consiste à n’utiliser qu’un seul atome pour stocker un bit d’information. Justement, des physiciens sont parvenus à charger et à décharger électriquement un atome de silicium individuel avec la pointe d’un microscope à effet tunnel. Et pour la première fois, ce contrôle de la charge a été réalisé avec un atome de silicium situé à la surface d’un échantillon massif. Physical Review B Décembre 2013 TROIS MATHÉMATICIENS À L’ACADÉMIE DES SCIENCES Le 10 décembre 2013, Laure Saint-Raymond, Jean-François Le Gall et Cédric Villani ont été élus à l’Académie des sciences. Membre du laboratoire Jacques-Louis Lions1, professeur à l’UPMC et à l’ENS de Paris, Laure Saint-Raymond en devient la plus jeune membre élue. Les champs d’étude de cette numéricienne couvrent notamment l’hydrodynamique, la physique statistique et la mécanique des fluides. Chercheur au Laboratoire de mathématiques d’Orsay2, Jean-François Le Gall est un probabiliste, spécialiste du mouvement brownien. Quant à Cédric Villani, professeur à l’université Lyon 1 et directeur de l’Institut Henri Poincaré3, il a ouvert des voies nouvelles dans trois domaines des mathématiques : équation de Boltzmann, transport optimal et géométrie, amortissement de Landau. 1 CNRS/UPMC. 2 CNRS/Université Paris-Sud. 3 CNRS/UPMC. STRATÉGIE Big Data : structurer l’avenir PRIX De gauche à droite, Laure Saint-Raymond, Jean-François Le Gall et Cédric Villani. © CNRS Photothèque / Benoît Rajau © CNRS Photothèque / Sébastien Ruat © Pierre Maraval


CNRS_RA2013
To see the actual publication please follow the link above