Page 66

CNRS_RA2013

concours situé à Meudon. Pro-cédant d’une volonté de sim-plification, ce service centra-lisé allège la charge de travail des délégations régionales et renforce l’expertise nationale dans ce domaine. La démarche est similaire concernant les marchés de for-mation et de restauration so-ciale. Auparavant devaient être passées autant de procédures de marché que de délégations régionales concernées, avec tout ce que l’on imagine de pièces et d’actes juridiques, de délais… et de risques conten-tieux. Désormais, les tâches administratives sont effectuées une seule fois pour le bénéfice de tous, soit dans une déléga-tion régionale qui a développé une expertise particulière (sur un marché de formation, par exemple), soit à la direction déléguée aux achats, au siège. La mise en place de l’appli-cation Agate, pour la gestion des congés et des comptes épargne-temps, ainsi que la refonte des outils de gestion de certaines primes, est également de nature à améliorer l’activité des services RH au quotidien. ÊTRE SOLIDAIRE ET ATTRACTIF En 2013, le CNRS s’est aussi attaché à amé-liorer son intervention sur le volet social. Ainsi, le dispositif en matière de logement a été entièrement refondu. « Dans un mar-ché locatif tendu, il s’agit de prendre en charge les besoins particuliers des nou-veaux agents mais aussi de ceux qui effec-tuent une mobilité, y compris les cher-cheurs L'ACCOMPAGNEMENT DES INGÉNIEURS ET TECHNICIENS 64 2013, UNE ANNÉE AVEC LE CNRS étrangers. Et ce, en tenant compte des ressources ou des situations particu-lières, de handicap par exemple », précise Christophe Coudroy. Sont ainsi proposés des réservations ciblées de logements, une plateforme d’accompagnement, une ga-rantie des risques locatifs, un prêt bonifié pour l’accession à la propriété, des prêts pour la prise en charge des premières dé-penses liées à l’installation, etc. L’accompagnement du handicap a égale-ment progressé en 2013. Le CNRS dispose désormais d’un document de référence précisant les modalités pratiques d’accueil et d’accompagnement d’agents en situa-tion de handicap. Par ailleurs, la conven-tion avec le fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) ayant été renouvelée, le CNRS bénéficiera d’un financement de 5 millions d’euros sur les trois prochaines années et pourra ainsi poursuivre sa poli-tique volontariste. ANTICIPER LES ÉVOLUTIONS DE L’EMPLOI AU CNRS « Parce que la recherche est par essence synonyme de mouvement et projette dans le futur, la politique RH au CNRS se doit d’intégrer cette dimension dynamique », explique Christophe Coudroy. En 2013, la mise en oeuvre de cette gestion prévi-sionnelle des effectifs, des emplois et des compétences (GPEEC) a donc conduit la DRH à organiser de nombreux groupes de travail pour réexaminer les métiers au CNRS afin de mieux les caractériser et d’anticiper les évolutions. Ces travaux ont abouti à une importante contribution envoyée au ministère sur le référentiel des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche. « Le travail collectif que nous avons mené sur l’accompagnement des IT a permis de mutualiser nos pratiques et de formaliser une offre de service homogène au niveau national. Cela s’est traduit par la mise en place d’outils communs aux services RH (guide d’entretien, tableau de suivi, etc.) et par la diffusion d’une plaquette de com-munication sur le service apporté en matière d’accompagnement des personnels. En effet, on ne rencontre pas un conseiller RH uniquement lorsque ça va mal, mais aussi, par exemple, pour se former, pour évoluer dans son parcours professionnel… Cette démarche s’inscrit dans une politique RH de prévention des situations probléma-tiques, initiée avec la mise en place des cellules de veille sociale, qui constituent aussi un acteur important du dispositif d’accompagnement. » Valérie Roch, responsable ressources humaines de la délégation Bretagne et Pays de Loire © CNRS Photothèque/IRD / Erwan Amice


CNRS_RA2013
To see the actual publication please follow the link above