Page 20

SyntheseESCo

Dans la Zone, la convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM) est appliquée, ainsi que les règlements émis par l’Autorité Internationale des Fonds Marins (AIFM). Les grandes lignes des procédures émis par l’AIFM sont décrites dans le tableau ci-dessous. Pour l’exploration et l’exploitation des ressources minérales marines profondes, les Etats ont deux types de législation à mettre en place : • A l’intérieur de la ZEE, la législation relative à l’exploration et l’exploitation dans les espaces maritimes sous leur juridiction. • Au-delà de la ZEE, la législation relative à leurs responsabilités dans la Zone via les entreprises qu’ils patronnent. 2.2. Connaissance et degré d’exploration des différentes ressources Les explorations scientifiques menées depuis une quarantaine d’années ont identifié la diversité et la complexité des processus géologiques et géochimiques conduisant à la concentration des métaux dans les grands fonds. Les études de la circulation de fluides, du contexte tectono-magmatique et sédimentaire ont été déterminantes pour la compréhension des dépôts métallifères océaniques, mais aussi de la construction et de l’évolution spatio-temporelle des habitats océaniques profonds. D’un point de vue économique, les nodules et encroûtements d’hydroxydes de fer et de manganèse sont intéressants pour leurs concentrations en nickel, cuivre et cobalt mais ils peuvent également être enrichis en platine, titane, terres rares (en particulier le cérium), zirconium, molybdène, vanadium, tellure, thallium et phosphore (Tableau 2). Selon le contexte et la nature du substratum impliqué, les sulfures hydrothermaux peuvent être fortement concentrés en cuivre, zinc, cobalt, plomb, baryum mais aussi en éléments plus rares tels que or, argent, cadmium, antimoine, cobalt, germanium, indium, sélénium, mercure (Tableau 2). 16 ESCo sur les impacts environnementaux de l’exploitation des ressources minérales marines profondes tels que or, argent, cadmium, antimoine, cobalt, germanium, indium, sélénium, mercure (Tableau 2). Tableau 2 Compositions moyennes des principaux types de minéralisations des grands fonds océaniques pour les principaux environnements dans lesquels ils se forment. (Fouquet and Lacroix, 20122) Nodules Encroutements Sulfures hydrothermaux Clipperton Pacific Ocean Pacific Ocean Polynésia SW pacific East Pacifique Atlantic % poids Iron 6,90 12,70 15,99 15,08 11,22 25,45 27,64 Manganese 25,40 18,50 21,95 19,48 0,18 0,05 0,04 Copper 0,82 0,42 0,09 0,27 3,48 3,85 8,49 Zinc 0,14 0,09 0,07 0,06 16,28 10,46 6,64 Cobalt 0,24 0,24 0,69 0,79 0,00 0,04 0,11 Nickel 1,28 0,63 0,41 0,38 0,00 0,00 0,02 Titanium 0,53 0,78 1,20 0,93 - - - Sulfur - - - - 21,46 33,34 31,59 Baryum 0,28 0,20 0,18 0,14 12,19 1,99 3,35 Silica 7,60 8,80 4,14 2,40 14,84 11,48 8,24 grammes/tonne Lead 450 820 1626 1163 14493 1180 450 Platinum 0,10 0,10 0,64 1,05 - - - Gold - - - - 2,44 0,61 3,40 Silver <0,2 <0,2 <0,2 <10 404 115 81 Arsenic 159 159 272 248 1484 351 211 Cérium 530 530 1605 702 - - Molybdenum 520 360 442 307 132 103 55 Zirconium 350 620 618 484 - - - 2.3.1. Les nodules polymétalliques Les nodules polymétalliques forment des boules sombres de 5 à 10 cm de diamètre contenant environ 40 % d’eau. Ils sont principalement composés d’hydroxydes de manganèse et de fer. Tableau 2 : Compositions moyennes des principaux types de minéralisations des grands fonds océaniques pour les principaux environnements dans lesquels ils se forment. (Fouquet and Lacroix, 20122) 2. Fouquet, Y. and D. Lacroix (2012). Les ressources minérales marines profondes : Etude prospective à l’horizon 2030, Editions Quae.


SyntheseESCo
To see the actual publication please follow the link above