Page 39

SyntheseESCo

Impacts environnementaux de l’exploitation des resources minérales marines profondes 4. Biodiversité, milieux et écosystèmes profonds Biodiversité, milieux et écosystèmes : quelques définitions Le terme biodiversité, apparu dans les années 1980, est défini précisément dans l’article 2 de la Convention sur la Diversité Biologique (Rio, 1992) comme la « variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie ; cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes. » La biodiversité c’est donc tout d’abord la diversité biologique naturelle des organismes vivants telle qu’on l’observe autour de nous. Elle s’apprécie en considérant la diversité des espèces, de leurs habitats ou milieux, et celle des écosystèmes qui résultent de leurs interactions. Mais c’est aussi la diversité des gènes, dans l’espace et dans le temps, qui définit des populations distinctes susceptibles d’évoluer en espèces. La richesse spécifique, ou diversité alpha, est une première approche de la biodiversité, consistant à dénombrer les espèces d’un habitat donné (aspect qualitatif), en estimant aussi leur abondance (aspect quantitatif). On parle également de diversité béta, une mesure des différences et similitudes entre habitats, et de diversité gamma lorsque l’on considère tout un ensemble d’habitats reliés entre eux, au sein d’un écosystème par exemple. La notion de biodiversité est en réalité beaucoup plus complexe car elle intègre les interactions qui existent entre les différents organismes précités, tout comme les interactions entre ces organismes et avec leurs milieux de vie, pour former des écosystèmes. Ainsi les interactions métaboliques en microbiologie et les réseaux trophiques entre organismes participent à la structuration écologique de ces écosystèmes, engendrant des flux de matière et d’énergie ou cycles biogéochimiques. Ces activités biologiques peuvent à leur tour modifier le milieu, entrainant des modifications telles qu’elles induisent une dynamique temporelle de la biodiversité. Naturellement, des activités anthropiques, comme l’exploitation des ressources minières, en modifiant les habitats ou les cycles biogéochimiques, engendrent elles aussi des changements de biodiversité. 35 4.1. Introduction Ce chapitre a pour objectif de décrire l’état de l’art des connaissances concernant la biodiversité, les milieux et les écosystèmes susceptibles d’être impactés par une exploitation de ressources minières dans l’océan profond. La notion de biodiversité se décline ici en diversité des espèces, diversité des habitats et diversité des écosystèmes eux-mêmes, et intègre les interactions entre les organismes et leur milieu (voir encadré). Le milieu est défini par les propriétés physiques et chimiques de l’environnement. Expertise scientifique colective CNRS-Ifremer


SyntheseESCo
To see the actual publication please follow the link above