Page 60

SyntheseESCo

5.2. Impacts environnementaux liés à l’exploitation Pour les nodules, ressources minérales profondes qui ont fait l’objet du plus grande nombre d’études, les méthodes d’exploitation sont encore loin d’être définitivement établies. Celles pour l’exploitation des sulfures et les encroûtements cobaltifères sont encore en cours de développement. D’une manière générale, l’exploitation comporte trois stades : • La récupération du minerai. • Son transport d’abord jusqu’au bateau, en surface, puis vers un port de débarquement. A noter que dans le cas des nodules, une partie du traitement peut éventuellement être réalisée sur les bateaux, consistant en une étape de fabrication d’une pulpe concentrée. • Son traitement métallurgique dans une usine à terre. La troisième étape, le traitement à terre, dépasse le domaine du rapport d’expertise. Elle n’est donc pas traitée dans cette étude. 5.2.1. Impacts spécifiques aux nodules polymétalliques Plusieurs groupes d’industriels et de scientifiques ont réalisé des tests d’exploitation minière ou de perturbation des couches sédimentaires du plancher océanique. Ces tests, menés dans les années 70 à 90, portent exclusivement sur les nodules polymétalliques. Certains de ces tests ont été complétés par des expériences, dans le Pacifique et l’Océan Indien, avec pour but la prédiction des impacts environnementaux potentiels de l’exploitation minière en eaux profondes. Des travaux scientifiques supplémentaires menés en 2006 et 2011 complètent et réactualisent ces données sur les nodules. Les résultats de ces différentes études ont montré que le système minier, opérant dans des conditions physiques, chimiques, biologiques et géologiques mal connues, influait significativement sur l’ampleur des impacts environnementaux. Cela explique en partie les différences relevées dans la littérature entre estimations quantitatives et conclusions sur leur importance. Enfin, les différences d’échelles (temporelle et spatiale) et l’évolution de la technologie rendent délicate l’extrapolation d’un certain nombre des résultats obtenus par ces tests. Les études menées sur les nodules ont permis d’identifier les impacts suivants : Destruction partielle des habitats Les nodules forment un substrat dur qui alterne avec les sédiments mous sur lesquels ils reposent sur plusieurs milliers de km2. Ces habitats de substrats durs sont irrémédiablement détruits par l’activité d’extraction minière, compromettant le développement des espèces locales qui en dépendent (micro-organismes, coraux, gorgones…). S’il est admis qu’à ces profondeurs (généralement autour de 5 000 m, exception faite de la Mer de Barents), les conditions d’opération et de manoeuvre des collecteurs ne permettent pas un ratissage systématique du champ de nodules ; il restera quelques nodules, mais cette quantité résiduelle, ne permettra pas une recolonisation et un maintien de ces populations d’espèces à leur niveau initial. Le poids des collecteurs tassera les sédiments sur toute la distance parcourue lors du ramassage, détruisant à la fois l’habitat et les organismes sessiles sur leur passage. Leur passage laissera un mélange de sédiments déstructurés et d’agrégats de sédiments resédimentés après 56


SyntheseESCo
To see the actual publication please follow the link above