Page 18

genomique-environnementale

16 PROSPECTIVE GÉNOMIQUE ENVIRONNEMENTALE Le projet OCEANOMICS – wOrld oCEAN biOres-sources, biotechnologies, and Earth-systeM servICeS - est un projet de recherche fondamentale et appli-quée, lauréat du programme des « Investissements d’Avenir », dans sa section « Biotechnologies et Bio-ressources ». D’une durée de 7 ans, le projet fédère 10 partenaires académiques, 6 partenaires privés et de nombreux autres partenaires non-financés directement mais qui souhaitent collaborer. Le projet OCEANOMICS vise à comprendre la bio-complexité et le potentiel biotechnologique du plus grand écosystème planétaire : le plancton océanique (Figure 3C). Il s’appuie sur les milliers de données et d’échantillons éco-morpho-génétiques récoltés lors de l’expédition Tara-Océans. OCEANOMICS va tout d’abord explorer cette collection unique qui couvre l’ensemble des communautés planctoniques (des virus aux animaux). Une combinaison de protocoles de séquençage et d’imagerie à très haut débit est mise en place pour extraire l’information de ces échantillons biologiques à plusieurs niveaux systé-miques : DNA, RNA, phénotypes. Des comparaisons de ces nouvelles données aux métadonnées environ-nementales et aux nouveaux génomes et trans-criptomes de souches/organismes planc-toniques de référence séquencés dans le cadre du projet mèneront à une compréhension taxinomique, mé-tabolique, et éco-systémique pro-fonde de la structure, de la dynamique, et de l’évolu-tion de la biodiversité planctonique. Cette approche éco-systémique des océans révèle des enjeux considérables. Les 98% du volume de notre biosphère représentés par le plancton laissent imaginer l’énorme ressource potentielle en formes de vie encore inconnues et en composés bioactifs inexplorés. Une fois les connaissances de cette biodi-versité approfondies, le projet OCEANOMICS s’orien-tera vers des collaborations avec ses partenaires pri-vés afin 1) de transférer les nouvelles technologies et méthodes de séquençage et d’imagerie haut-débit à des études de cas en biomonitoring aquatique, 2) de procéder à du phénotypage d’échantillons envi-ronnementaux et de souches de choix pour l’analyse de leurs lipides, métabolites secondaires, et exo-métabolomes ; 3) cribler des souches de choix pour leurs composés bioactifs d’intérêt pharmaceutique, nutraceutique (en terme d’effet positif sur la santé), en aquaculture, cosmétique, et dans les secteurs de l’agriculture et de l’environnement. En parallèle de toutes ces activités scientifiques, OCEANOMICS ser-vira de cas d’étude pour définir un modèle juridique équilibré pour la bio-prospection du plancton ma-rin, un monde encore très peu utilisé, sou-vent au-delà des territoires nationaux, et en conséquence, à l’extrême limite des cadres réglementaires en vigueur. FOCUS 3-2 : OCEANOMICS Figure 3C. Aperçu de la diversité morphologique observable chez les protistes marins. de recherche transfrontaliers dans lesquels la France est absente. Une initiative plus large concerne le réseau international des observatoires génomiques, « Genomic Observatories (GO) » (type LTER, Long Term Ecological Research Network) qui regroupe le « Genomic Standards Consortium (GSC ) » et le « Group on Earth Observations Biodiversity Observation Network (GEOBON) ». Les objectifs de ce réseau sont : 1) collecter des données génomiques, biophysiques et socio-écono-miques selon des standards partagés sur des sites d’intérêt et à long terme, 2) construire des modèles prédictifs d’évolution de la qualité et de la distribution des services écosystémiques, et 3) fournir formations, assistance technique, ressources et guide de bonnes pratiques via un site web en particulier pour les GO des pays du Sud. Quatorze observatoires sont actuellement identifiés dans ce réseau : 2 dans la région Indo-Pacifique (dont un en Polynésie française), 8 en Europe (dont celui de Roscoff), 1 en zone polaire, et 3 en Amérique.


genomique-environnementale
To see the actual publication please follow the link above