Page 19

genomique-environnementale

FOCUS 3-3 : IDEALG Seaweed for the future Les macro-algues marines ont émergé en tant que lignées photosynthétiques indépen-dantes il y a plus d’un milliard d’années lors de l’intense diversification des eucaryotes. La grande diversité de leurs phylogénies, de leurs modes de vie, de leurs cycles de vie, des com-posants métaboliques et cellulaires qu’elles synthétisent, ainsi que leurs caractéristiques génétiques en font des modèles particulière-ment intéressants pour étudier les processus à l’origine de cette diversité et aussi un immense réservoir pour le développement de nouveaux produits et procédés. Notamment, les parois cellulaires de ces organismes contiennent une grande diversité de nouveaux polysaccharides qui n’ont pas d’équivalent chez les plantes terrestres. Les macro-algues sont également essentielles pour le fonctionnement des écosystèmes cô-tiers. Par exemple les champs de laminaires forment d’immenses forêts sous-marines qui abritent un grand nombre d’espèces ani-males et végétales et qui jouent un rôle majeur dans la structuration de la biodiver-sité des côtes rocheuses des mers tempérées à froides. Ce sont des écosystèmes très pro-ductifs, souvent comparés aux forêts tropicales, qui ont une grande importance écologique mais aussi économique car elles sont exploi-tées pour leur teneur en alginates et en iode. Le projet IDEALG lauréat de l’appel d’offres « Biotechnologie et Bioressources » des « Inves-tissements d’Avenir » vise à valoriser au mieux ces végétaux marins dans un contexte de déve-loppement durable de la filière. Il fédère la communauté scientifique et les ac-teurs privés autour de la thématique des grandes algues en Bretagne. Le projet s’intéresse à leur étude génomique et post-génomique afin de développer de nouveaux outils et méthodes permettant d’identifier et sélectionner des po-pulations « ressources » locales ayant un intérêt industriel. Le développement de nouveaux outils de génétique (SNP*, QTL, marqueurs RAD*) et dans certains cas particuliers, la construction de cartes génétiques d’algues ont pour objectif de mieux comprendre les mécanismes fondamen-taux de l’adaptation et des interactions phéno-type / environnement ainsi que d’améliorer les processus de domestication de ces populations pour contribuer au développement biotechnolo-gique de la filière. Un intérêt est aussi porté aux microorganismes associés aux algues afin de comprendre les interactions métaboliques entre les algues et les bactéries. L’ensemble de ces connaissances servira au développement de la filière de transformation des algues (dégra-dation, bioconversion, défenses naturelles…). Un des objectifs du projet est le dévelop-pement d’une plateforme virtuelle « seaweedomics » qui permettra l’intégration des données « omiques » depuis l’analyse des génomes d’algues et la métagénomique des bactéries associées, la connaissance des voies métaboliques et le phé-notypage jusqu’aux déve-loppements bioinforma-tiques afférents. L’essentiel de la biomasse d’algues produite en France est prélevé à partir de populations naturelles, la Bretagne se situant au coeur d’une région montrant une des plus fortes biodiversités al-gales au monde (hot-spot s’étendant du sud du Portugal jusqu’au nord de l’Angleterre et des Pays-Bas). Avec l’objectif de développer et diversifier l’utilisation des algues, le projet IDEALG vise aussi à promouvoir les techno-logies de production d’algues afin d’éviter une trop forte pression de récolte de ces populations naturelles. La culture d’espèces indigènes, non-modifiées et non-invasives représente les principaux critères de la feuille de route d’IDEALG. Le projet IDEALG porte un effort important sur l’étude des impacts de la récolte et de l’algoculture pouvant être générés sur l’environnement, mais aussi sur la société (acceptabilité) et sur l’activité économique des zones littorales. L’enjeu du projet repose sur l’intégration de cette filière à fort potentiel dans un contexte social, éco-nomique et environnemental durable. PROSPECTIVE DE L’INSTITUT ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT DU CNRS 17 Figure 3D. Champ de laminaires sur les côtes de la Manche.


genomique-environnementale
To see the actual publication please follow the link above