Page 22

INEE : Prospective écologie fonctionnelle

PROSPECTIVE ECOLOGIE FONCTIONNELLE Ces avancées dans la quantification et la ca- ractérisation des stocks de carbone, de leur ractérisation des flux se sont accompagnées degré de mobilité, et des paramètres impliqués d’avancées théoriques. Nous citerons ici deux dans leur immobilisation, tant biologiques (na- de ces avancées : 1) les règles de la stoechio- ture des composés carbonés, caractère réfrac- métrie, grâce aux travaux de Sterner & Elser taire, dégradabilité, labilité), que climatiques (2002), offrent désormais un cadre théorique (température, humidité des sols),physiques (pié- pouvant inclure des aspects évolutifs ; 2) La geage) ou chimiques, et la manière dont les pra- théorie du « Dynamic Energy Budget » (DEB), pro- tiques anthropiques modifient ces processus posée par Kooijman (2000), et qui repose cette (ajouts de charbons, de matière organique, la- fois principalement sur les flux d’énergie. bours, etc), ces différents facteurs agissant bien Enfin, des recherches actives concernent la ca- entendu en interaction. III.3.4 Perspectives Les perspectives pour cette thématique sont les • Poursuivre la formalisation théorique du fonc- suivantes : tionnement des écosystèmes basé sur les flux • Poursuivre les avancées permettant de relier de matière et d’énergie. Ce travail devra intégrer la caractérisation des gènes à celle des flux. le rôle de la biodiversité dans la variabilité des Ces progrès seront particulièrement néces- flux et réciproquement. Il permettra d’offrir éga- saires à une meilleure prise en considération lement un cadre théorique à la validation / ré- des compartiments microbiens dans le fonc- futation des processus fonctionnels. tionnement des écosystèmes qu’ils soient aqua- • La prise en compte des gènes et l’émergence tiques ou terrestres. d’une théorisation ouvrent la possibilité de dé- • Renforcer les études permettant de mieux in- velopper une recherche plus forte faisant le lien clure la variabilité des flux à l’échelle locale afin entre les flux de matière et d’énergie et l’écolo- d’alimenter la réflexion et la modélisation à une gie évolutive. échelle globale. En fonction de ces prospectives, le rôle du CNRS • Poursuivre le développement de la modélisa- apparaît majeur, car il apparaît clairement tion couplée du gène à l’écosystème. Une telle qu’une partie des avancées de ce thème se fera approche pourra s’appuyer sur la détermination grâce à la mise en synergie de communautés de proxys afin de réaliser des changements disciplinaires différentes. Cette synergie existe d’échelle entre niveaux d’organisations, la dé- déjà au sein de la communauté scientifique qui termination de ces proxys devant résulter de re- est rassemblée autour de la section 20 du co- cherches interdisciplinaires : par exemple, la mité nationale ou encore dans le cadre de pro- dénitrification qui lorsqu’on passe du site mi- grammes tels que EC2CO. Poursuivre et crobien au bassin versant nécessite de quanti- renouveler ces interactions entre chercheurs est fier le rôle de la géomorphologie (structure et un élément clé de la pertinence future de la re- texture des sols et sédiments), de la topogra- cherche française dans le domaine. phie (anaérobiose) et de l’hydrologie (durée et fréquence des apport de réactants). 20


INEE : Prospective écologie fonctionnelle
To see the actual publication please follow the link above