Page 31

INEE : Prospective écologie fonctionnelle

Les publications issues de ces travaux ont un facteur d’impact élevé, se situant aux alentours de 3,5, ce qui les positionne à près de 20% au- dessus de la médiane à l’échelon mondial (Fi- gure 26). On note une amélioration du facteur d’impact des revues dans lesquelles la commu- nauté des chercheurs CNRS a publié entre les deux derniers contrats quinquennaux, ce qui se traduit par un tassement de la proportion des articles émargeant à des revues généralistes au cours du dernier contrat (Figure 28, droite), sans que cela nuise à l’équilibre France-monde dans le domaine (Figure 28, gauche). Figure 27 : facteur d’impact médian des articles relevant du fonctionnement des écosystèmes dans le monde et au CNRS, pour les périodes 2002-2006 et 2007-2011. Spécialistes Généralistes Figure 28 : proportion d’articles publiés dans le champ du fonctionnement des écosystèmes, dans des re- vues généralistes à l’échelle mondiale, ou au sein du CNRS (graphique de gauche, période 2007-2011) et évolution de cette proportion au CNRS entre les périodes 2002-2006 et 2007-2011 (graphique de droite). Le champ disciplinaire s’est particulièrement distingué en France par des approches fonctionnelles, ou centrées sur les flux de matière et d’énergie. En termes de domaines de publications,le CNRS est particulièrement dynamique dans les études relatives aux écosystèmes aquatiques et marins. En effet, ce domaine arrive au 3ème rang des publications en nombre à l’échelon mondial, mais au 2ème rang au CNRS. Par ailleurs, on note la faiblesseparticulière des sciences végétales au CNRS par rap- port à la communauté internationale. III.6.3 Les avancées majeures au cours de ces 10 dernières années L’accent a été particulièrement mis durant cette (3) les relations diversité–stabilité et diversité- dernière décennie sur : fonctionnement des écosystèmes, (1) la formalisation des théories de structuration (4) le rôle des organismes ingénieurs et de la fa- des écosystèmes, et le travail sur les bouclesde cilitation dans le fonctionnement des écosys- rétroaction habitat-communautés, tèmes, (2) la conception ou ad minima l’adaptation de (5) le rôle de la composante « sol » dans le fonc- métriques et d’outils pour aborder la diversité tionnement des écosystèmes, et en particulier fonctionnelle (indices de diversité, signification les interactions sol–microorganismes–macro- fonctionnelle des traits adaptatifs et approches organismes, et stoechiométriques, par exemple), (6) l’analyse des pressions abiotiques(p. ex., fer- 29


INEE : Prospective écologie fonctionnelle
To see the actual publication please follow the link above