Page 51

INEE : Prospective écologie fonctionnelle

maine reste théorique, les échelles de temps • A une échelle plus large, des études récentes considérées rendant difficil s les expériences sur ont montré à quelle point une bonne connais- le terrain. L’évolution expérimentale est à ce titre sance de la distribution des traits fonctionnels un outil exceptionnelpour étudierensemble fonc- des espèces pouvait améliorer notre compré- tionnement et dynamique évolutive (Venail et al. hension du fonctionnement des écosystèmes 2008). Ce champ de recherche pourrait être ren- (Cadotte et al. 2008) ainsi que nos prédictions forcé, notamment pour renforcer les interfaces des conséquences des changement globaux entre les personnes élaborant des concepts et (Thuiller et al. 2011). Un effort particulier doit les expérimentateurs. Dans le champ de la mi- être fait pour fournir à la communauté scienti- crobiologie, une meilleure mise à disposition des fique des bases de données extensives sur la techniques modernes de microbiologie (souvent distribution des traits fonctionnels des espèces très onéreuses et hors de portée des équipes ainsi que des phylogénies robustes. d’écologie évolutive) pourrait être renforcée. . IV3 Scienace Eeologerre nctionnelle -ofeitalcdsecfretnI IV.3.1 Introduction La thématique regroupe les interactions entre les recherches portant sur le fonctionnement des systèmes écologiques, et celles portant plus spécifiquement sur la dynamique physique et chimique des milieux terrestres et aquatiques. Ces interactions concernent en particulier le rôle des cycles de matière (eau,sols,roches,éléments chimiques) et d’énergie sur le fonctionnement des écosys- tèmes (flux biogéochimiques,dynamique des systèmes écologiques), de l’échelle de l’écosystème à celle du paysage. IV.3.2 Résultats de l’analyse bibliométrique Les publications situées à l’interface entre éco- logie fonctionnelle et sciences de la Terre se si- tuent approximativement à la 4ème place mondiale et représentent environ 8% de la litté- rature internationale en écologie fonctionnelle, et sont ainsi en légère progression sur la pé- riode 2002-2011 (Figure 48). Figure 48 : proportion des articles publiés à l’échelle mondiale et comprenant un auteur affilié au CNRS, dans le champ de l’interface écologie fonctionnelle-sciences de la terre, sur les périodes 2002-2006 et 2007-2011. 49 PROSPECTIVE DE L’INSTITUT ECOLOGIE ET ENVIRONNEMENT DU CNRS


INEE : Prospective écologie fonctionnelle
To see the actual publication please follow the link above