Page 12

inee-prospective-recherches-polaires

PROSPECTIVE RECHERCHES POLAIRES LA PRÉSENCE FRANÇAISE DANS LES RÉGIONS POLAIRES Historiquement très présente en Antarctique, la péré (Amsterdam). L’isolementgéographi ue,les recherche française y a construit sa légitimité caractéristiques de leurs écosystèmes font de scientifique internationale. Moins présente en l’Antarctique et de ces îles périantarctiques des Arctique, elle tend cependant à se développer modèles d’un grand intérêt pour l’étude des ré- compte tenu de l’intérêt scientifique et politique ponses des espèces autochtones, des espèces de ces régions et du caractère bipolaire de la plu- introduites et de leurs interactions face aux mo- part des thématiques scientifiques. difications actuelles du climat. La recherche polaire française repose largement sur l’Institut Polaire Français Paul-Emile Victor Ces caractéristiques se retrouvent dans les par- (IPEV), agence de moyens et de compétencesau ties insulaires de l’Arctique où l’IPEV est présent service de la recherche scientifique française (Spitsberg) et pourraient être prises en compte dans les régions de hautes latitudes. L’IPEV est pour une meilleure valorisation de la comparai- un Groupement d’Intérêt Public (GIP), doté d’un son Nord/Sud. Les recherches qui concernent personnel permanent d’une cinquantainede per- l’homme, son histoire, son adaptation, ses so- sonnes et d’un budget annuel d’une trentaine de ciétés et ses comportements sont actuellement millions d’euros (dont la moitié environ sert à limitées à l’Arctique. mettre en oeuvre le navire océanographique Ma- rion-Dufresne, l’autre moitié étant dédiée à la re- Les membres des laboratoires INEE, avec bien cherche polaire). Cet organisme assure souvent le soutien de l’IPEV,sont engagés dans annuellement la logistique de 60 à 70 pro- des programmes répartis autour de l’océan arc- grammes de recherche conduits par des scienti- tique, dans des zones parfois peu étudiées car fiques appartenant à près de 80 laboratoires difficiles d’accès, en raison de contraintes en- répartis sur l’ensemble de l’hexagone. Ces pro- vironnementaleset/ou administratives difficiles. grammes sont sélectionnés sur la base d’une La Sibérie orientale (Iakoutie, Kamtchatka) re- évaluation de leur qualité scientifique rigoureuse, présente une zone de recherche importante réalisée par un conseil scientifique international pour les communautés scientifiques INEE, par- et indépendant de l’IPEV. ticulièrement pour les interactions hommes-mi- lieux. Ces études sont réalisées en collabora- L’existence de territoires français,les TerresAus- tion avec les équipes nationales impliquées trales et Antarctiques Françaises (TAAF) ainsi que (Fédération de Russie, Danemark, Canada). des infrastructures permanentes que sont les Dans tous les cas, il s’agit de recherches origi- bases scientifiques des îles Crozet, Kerguelen, nales conçues sur les spécificités des équipes Amsterdam et Terre Adélie, témoignent d’un in- françaises, telle la prise en compte du passé, térêt ancien de la France pour ces régions de qui ont fait émerger des projets dont les résul- l’hémisphère Sud et explique que 75% des pro- tats sont susceptibles de modifier la connais- grammes soutenus par l’IPEV concernent les ré- sance actuelle de l’histoire du peuplement hu- gions australes. Ces infrastructures permettent main de ces régions (implantations médiévales de positionner les recherches sur un gradient de dans l’Arctique sibérien et au Groenland par latitude allant du Plateau Antarctique (Concordia) exemple). L’importance des relations bilatérales et de l’Antarctique côtier (Dumont d’Urville) au dans le cadre de la recherche arctique doit être Subantarctique (Crozet, Kerguelen) et au tem- soulignée. 10


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above