Page 20

inee-prospective-recherches-polaires

PROSPECTIVE RECHERCHES POLAIRES I.1.1 Conséquences pour la biodiversité marine Principales avancées et perspectives des recherches L’étude à macroéchellede la biodiversitémarine gionalisation abiotique et la biogéographie per- a été réalisée de deux manières : soit par l’inté- met de mieux comprendre les potentiels en bio- gration de connaissances d’experts selon l’ini- diversité des écorégions, mais aussi de mieux tiative de régionalisation pélagique de Longhurst évaluer les conséquences des changements en- (1998) principalement basée sur le phytoplanc- vironnementaux sur cette biodiversité. A mésoé- ton soit par l’utilisation de résultats liés à la bio- chelle et submésoéchelle, il est essentiel géographie des espèces. d’étudier les zones de transition et leur stabilité. • L’initiative internationale de création d’un Ce sont les zones frontales, non seulement les atlas biogéographique du milieu marin antarc- grands fronts océaniques connus pour l’océan tique s’appuyant sur le programme Census of Austral mais aussi les fronts plus modestes Antarctic Marine Life, comme le projet Scar-Mar- comme les fronts de talus. Il en est de même au Bin permettra d’intégrer de nouvelles données niveau du pourtour des îles océaniques favorisant sur la distribution géographique des espèces et la rétention des espèces et leur endémisme. de les coupler à une meilleure connaissance de D’autres secteurs étudiés dont l’importance est l’environnement abiotique les influençant. Ces majeure pour les territoires français sont les analyses à macroéchelle, couplées à des ap- zones de dépressions bathymétriques (fjords,ca- proches phylogénétiques et écophysiologiques nyons côtiers profonds ou systèmes de canyons nous renseignent sur les patrons de structura- de la marge continentale). Ces zones de transi- tion de la biodiversité et sur son histoire, per- tions, point de confrontation de diverses com- mettant d’établir des scénarios à la dimension munautés, habitats essentiels (zones de de l’océan Austral. frayères, de nurseries) pour de nombreuses es- • Il est également nécessaire de travaill r à mé- pèces de poissons, sont souvent identifiées en soéchelle. Une écorégionalisation couplant la ré- tant qu’écosystèmes marins vulnérables. Exemple concret 1 : 6 février La récente fracture du glacier Mertz fournit un mo- dèle d’étude. En 2010, toute une partie du glacier, 8O km de longueur et 40 km de largeur, s’est dé- tachée, modifiant largement la circulation des masses d’eau dans une zone au large de la Terre Adélie. Il sera particulièrement intéressant d’en suivre l’impact sur les populations zooplancto- niques, ichtyologiques et les prédateurs supé- rieurs. Un suivi au long terme est indispensable pour identifier clairement les conséquencesdues à ces modifications de l’environnement par rapport 6 mars aux variations interannuelles déjà constatées, liées aux fluctuations météorologiques et couran- tologiques. Un iceberg géant de 80 km de longueur et 40 km de largeur s’est détaché du glacier Mertz en février 2010. Séquence d’images radar du satellite ENVI- SAT montrant le mouvement de l’iceberg du 6 février au 6 mars 2010. La grille superposée a un 18 pas de 10 KM. (B. Legrezy)


inee-prospective-recherches-polaires
To see the actual publication please follow the link above